Lucis Trust / École Arcane / Introduction / La Formation Ésotérique  

La Formation Ésotérique

Par le Tibétain

La Période de Transition

De l'état actuel du monde résulte l'accélération de toutes les vies atomiques à la surface et à l'intérieur de la planète. Cela implique nécessairement une activité vibratoire accrue du mécanisme humain, avec pour conséquence un effet sur la nature psychique, produisant une sensibilité anormale et une prise de conscience psychique. Il serait intéressant ici de se rappeler que l'état de l'humanité à l'heure actuelle n'est pas le résultat d'un seul facteur, mais de plusieurs, qui agissent simultanément entre deux ères.

Les facteurs auxquels je fais allusion sont au nombre de trois:

1. Nous vivons une période de transition entre la fin de l'ère des Poissons, où l'accent était mis sur l'autorité et la croyance, et le début de l'ère du Verseau, où l'accent est mis sur la compréhension individuelle et la connaissance directe. L'activité des forces caractéristiques de ces deux signes produit une activité correspondante dans les atomes du corps humain. Nous sommes à la veille de nouvelles connaissances et les atomes du corps sont en voie d'être accordés pour les recevoir. L'activité des atomes où prédomine l'influence des Poissons décline. Ils sont, au sens occulte, "retirés" ou soustraits, tandis que ceux qui répondent aux tendances du nouvel âge sont stimulés et leur intensité vibratoire grandit.

2. La guerre mondiale a marqué un point culminant dans l'histoire de l'humanité, et son effet subjectif a été beaucoup plus puissant qu'on ne l'a compris jusqu'à présent. Par le pouvoir du son prolongé, objet d'une vaste expérimentation sur les champs de bataille du monde entier pendant quatre ans (1914-1918), et par la tension émotionnelle intense de tous les peuples de la terre, le tissu de matière éthérique (appelé "voile du temple") qui sépare le plan physique du plan astral fut déchiré et le processus stupéfiant de l'unification des deux mondes, celui de la vie sur le plan physique et celui de l'expérience sur le plan astral, commença et progresse lentement. Il est donc évident que d'immenses changements doivent se produire dans la conscience humaine. Alors que s'ouvrira l'ère de la fraternité, de la compréhension et de l'illumination, des réactions surgiront aussi et des forces psychiques seront libérées. Celles-ci menacent aujourd'hui les ignorants et ceux qui ne se dominent pas. Elles justifient quelques paroles de mise en garde et de prudence.

3. Depuis longtemps, les mystiques de toutes les religions et les étudiants de l'ésotérisme savent partout que certains membres de la Hiérarchie planétaire s'approchent de la terre à l'heure actuelle. Je veux dire par là que la pensée ou l'attention mentale du Christ et de certains de ses grands disciples, les Maîtres de la Sagesse, se concentre actuellement sur les affaires humaines ; que certains d'entre eux se préparent à rompre leur long silence et pourraient par la suite apparaître parmi les hommes. Cela a nécessairement un effet puissant sur leurs disciples et sur ceux qui sont synchronisés avec leur mental. Il faut ensuite se rappeler que l'énergie qui s'écoule par ces points focaux de la Volonté divine aura un double effet : elle détruira ou construira en fonction de la qualité des corps qui y réagiront. Selon leur type, les hommes répondent distinctement à n'importe quel afflux d'énergie ; la stimulation psychique considérable qui se produit en ce moment aura des résultats à la fois divinement bénéfiques et tristement destructeurs.

On pourrait ajouter aussi que certaines relations astrologiques entre les constellations libèrent de nouveaux types de force qui influent notre système solaire et notre planète ; elles rendent possibles des développements qui jusque là n'avaient pas pu s'exprimer, provoquent une manifestation de pouvoirs latents qui révèlent de nouvelles connaissances. Celui qui travaille dans le domaine des affaires humaines doit garder tout cela soigneusement à l'esprit s'il veut apprécier avec justesse la crise actuelle et utiliser correctement les splendides occasions qu'elle offre. Je crois sage d'écrire quelques mots sur l'état du monde d'aujourd'hui, spécialement en ce qui concerne les groupes ésotériques, occultes et mystiques, ainsi que le mouvement spirite.

Tous les vrais penseurs et ceux qui sont portés à la spiritualité se sentent concernés à l'heure actuelle par l'accroissement de la criminalité en tous lieux, la manifestation de pouvoirs psychiques inférieurs, la détérioration apparente du corps physique révélée par l'extension de la maladie, l'extraordinaire augmentation des maladies mentales, des névroses et du déséquilibre mental. C'est le résultat de la déchirure du tissu planétaire ; par ailleurs, cela fait partie du plan de l'évolution et offre à l'humanité l'occasion de faire un pas en avant.

L'opinion de la Hiérarchie des Adeptes a été divisée (si l'on peut appliquer un terme aussi impropre à un groupe d'âmes et de frères qui ignorent la séparativité et ne diffèrent que sur les problèmes "d'habileté dans l'action") quant aux conditions actuelles du monde. Certains d'entre eux les croient prématurées, donc indésirables et provoquant une situation délicate ; d'autres, se basant sur le fait que l'humanité est fondamentalement saine, considèrent la présente crise comme inévitable et engendrée par le développement même de l'homme. Ils considèrent cette situation comme une source d'éducation et comme devant être limitée par le temps ; lorsque le problème sera résolu, il conduira l'humanité vers un avenir encore plus glorieux. Néanmoins, il est indéniable que de grandes forces, souvent dévastatrices, ont été lâchées sur la terre et que leurs effets sont cause d'inquiétude chez tous les Maîtres, leurs disciples et leurs collaborateurs.

En général, la difficulté provient d'une stimulation excessive et d'une tension exagérée sur le mécanisme des corps que doivent utiliser les âmes, lorsqu'elles s'incarnent sur le plan physique, pour être sensibles à leur environnement. Le courant d'énergie qui se déverse du plan astral et, à un moindre degré, du plan mental inférieur, entre en contact avec des corps qui, d'abord non responsifs, le deviennent ensuite trop ; il se déverse dans certaines cellules du cerveau qui, inutilisées, ne sont pas habituées au rythme puissant qui leur est imposé. Les connaissances humaines sont si médiocres que la plupart des gens n'ont même pas assez de bon sens pour avancer prudemment et lentement. Par conséquent, ils se trouvent bientôt en danger et en difficulté ; leur nature est souvent si impure et si égoïste que les nouveaux pouvoirs qui commencent à se faire sentir et qui ouvrent de nouvelles voies à la prise de conscience et au contact sont mis au service de fins purement égoïstes et prostitués à des objectifs matériels. Les aperçus accordés à'homme de ce qui se trouve au-delà du voile sont mal interprétés, et les renseignements acquis sont mal utilisés et faussés par de mauvais motifs. Pourtant, si une personne est, sans le vouloir, victime d'une force ou mise délibérément en contact avec elle, elle paiera dans son corps physique le prix de son ignorance ou de sa témérité, même si son âme "va de l'avant".

Il ne sert à rien actuellement de fermer les yeux devant ce problème immédiat, de rendre responsable la stupidité de tristes ratés, d'occultistes perdus, de médiums à moitié fous, de mystiques hallucinés, de faibles d'esprit qui se mêlent d'ésotérisme, ou d'accuser certains instructeurs, groupes ou organisations. On pourrait en vérité distribuer des blâmes ici et là, mais le rôle de la sagesse est de voir les faits en face et de comprendre la cause de ces événements, ce qui peut être décrit de la manière suivante.

La cause de l'accroissement du psychisme inférieur et de la sensibilité grandissante de l'humanité à l'heure actuelle est l'afflux soudain d'une nouvelle forme d'énergie astrale par la déchirure du [voile qui, jusqu'ici protégeait la multitude. Ajoutez à cela une masse de véhicules humains inadaptés à la tension nouvellement imposée et vous aurez une certaine idée du problème.

N'oubliez pas, néanmoins, que le tableau a une autre face. L'influx de cette énergie a conduit des centaines de personnes à une réalisation spirituelle nouvelle et profonde ; il a ouvert la porte par laquelle beaucoup passeront d'ici peu pour prendre la deuxième initiation, et il a fait pénétrer un flot de lumière dans le monde, lumière qui s'accroîtra pendant les trente prochaines années, apportant l'assurance de l'immortalité et une révélation nouvelle des forces divines dans l'être humain. C'est l'aube du nouvel âge. L'accès à des niveaux d'inspiration jusqu'ici inaccessibles est facilité. La stimulation généralisée des facultés supérieures est maintenant possible, et la coordination de la personnalité avec l'âme et l'utilisation correcte de l'énergie peuvent se poursuivre, ceci avec une compréhension et une hardiesse renouvelées. Ce sont toujours les forts qui gagnent la course, et il y a toujours beaucoup d'appelés et peu d'élus. Telle est la loi occulte.

Nous vivons actuellement une période de force spirituelle considérable et d'occasions offertes à tous sur le sentier de probation et sur le sentier du disciple. C'est l'heure où le clairon sonne pour appeler l'homme au courage et à la bonne volonté, car la délivrance est proche. C'est aussi l'heure des dangers et des menaces pour l'imprudent, l'endormi, l'ambitieux, l'ignorant, et pour ceux qui cherchent la Voie en égoïstes et refusent de fouler le sentier du service avec des motifs purs. Au cas où cet immense bouleversement et le désastre consécutif vous sembleraient injustes, laissez-moi vous rappeler qu'une vie n'est qu'une seconde dans la vie plus grande de l'âme et que ceux qui échouent et sont brisés par l'impact des forces puissantes qui inondent actuellement notre terre verront néanmoins leur vibration s'élever vers des choses meilleures ; ils rejoindront la masse de ceux qui parviennent au but, même si leur véhicule physique est détruit au cours du processus. La destruction du corps n'est pas le plus grand désastre qui peut arriver à un homme.

Mon intention n'est pas d'être exhaustif quant à l'effet de l'influx d'énergie astrale dans le domaine du psychisme. Je cherche à me limiter à l'effet de cet influx sur les aspirants et les personnes sensibles. J'utilise les termes aspirants et personnes sensibles pour distinguer le chercheur qui est éveillé et qui est parvenu à maîtriser la nature psychique inférieure, du médium qui est dominé et maîtrisé par elle. Il est nécessaire ici de vous rappeler que ce qu'on appelle psychisme peut être étudié sous deux aspects:

Psychisme supérieur Psychisme inférieur
Divin Animal
Maîtrisé Non Maîtrisé
Positif Négatif
Intelligemment Appliqué Automatique
Médiation Médiumnité

Ces distinctions sont peu comprises, et l'on ne saisit pas non plus le fait que ces deux séries de qualités expriment notre divinité. Toutes ces qualités sont des expressions de Dieu.

Il existe certains pouvoirs psychiques que les hommes ont en commun avec les animaux ; ces pouvoirs sont instinctifs et inhérents au corps animal, mais chez la plupart des êtres humains, ils sont tombés au-dessous du seuil de la conscience, y demeurant ignorés, et donc inutiles. Ce sont, par exemple, les pouvoirs de clairvoyance et de clairaudience astrales, la perception des couleurs, et d'autres phénomènes. La clairvoyance et la clairaudience sont aussi possibles sur les niveaux mentaux ; nous leur donnons le nom de télépathie et de vision de symboles, car toute vision de formes géométriques est de la clairvoyance mentale. Tous ces pouvoirs sont néanmoins liés au mécanisme humain ou appareil de réponse, appelé personnalité, et servent à mettre l'homme en contact avec des aspects du monde phénoménal. Ils sont le résultat de l'activité de l'âme divine en l'homme, qui prend la forme de ce que nous appelons "l'âme animale" et correspond en vérité à l'aspect du Saint-Esprit dans la trinité humaine microcosmique. Chaque pouvoir inférieur correspond à un pouvoir spirituel supérieur qui se manifeste lorsque l'âme devient consciemment active et domine son mécanisme par le mental et le cerveau. Quand la clairvoyance et la clairaudience astrales ne se trouvent pas en dessous du seuil de la conscience, mais sont utilisées et fonctionnent, le centre du plexus solaire est ouvert et actif. Quand les facultés mentales correspondantes sont présentes dans la conscience, cela veut dire que le centre de la gorge et le centre entre les sourcils "s'éveillent" et deviennent actifs. Les pouvoirs psychiques supérieurs tels que laperception spirituelle et sa connaissance infaillible, l'intuition et son jugement toujours juste, et la psychométrie supérieure qui révèle le passé et l'avenir sont les prérogatives de l'âme divine. Ces pouvoirs supérieurs entrent en action quand le centre de la tête, le centre du coeur et le centre de la gorge deviennent actifs à la suite de la méditation et du service. Que l'étudiant se souvienne cependant de deux choses :

Le supérieur peut toujours inclure l'inférieur, mais le psychisme purement animal n'inclut pas le psychisme supérieur.

Entre le type le plus bas de médiumnité négative et le type le plus élevé de voyant et d'instructeur inspiré, il y a une grande diversité de degrés ; les centres ne sont pas uniformément développés dans l'humanité.

La question est très complexe, mais on peut comprendre la situation générale et saisir la signification de l'occasion offerte ; il est possible de faire sortir du bien de la période critique actuelle, et ainsi de promouvoir et de nourrir le développement psychique et spirituel de l'homme.

Je pense que deux questions devraient à l'heure actuelle retenir l'attention de tous les ésotéristes et de ceux qui ont entrepris d'instruire des étudiants et des aspirants.

1.Quelle formation pouvons-nous donner à ceux qui sont sensibles, et aux médiums pour éviter les dangers et permettre aux hommes d'aller de l'avant en toute sécurité vers leur glorieux nouvel héritage ?

2.Comment les écoles ésotériques, ou "disciplines" ainsi qu'elles sont parfois appelées, peuvent-elles répondre correctement à l'occasion offerte ?

Parlons d'abord de l'instruction et de la protection des médiums et des personnes sensibles.

La Formation des Médiums

La première chose à retenir est que la médiumnité et le psychisme négatif et inintelligent réduisent leur représentant au niveau d'un automate ; ils sont dangereux et à déconseiller car ils privent l'homme de son libre arbitre et de sa positivité et vont à l'encontre de son rôle d'être humain libre et intelligent. L'homme, dans ce cas-là, ne joue pas le rôle de canal au service de son âme et n'est guère plus qu'un animal instinctif, en admettant qu'il ne soit pas littéralement une coque vide qu'une entité obsédante occupe et utilise. Je traite là du type le plus bas de médiumnité animale, qui est beaucoup trop répandue en ce moment et qui préoccupe sérieusement les meilleurs esprits des mouvements qui la développent. Une médiumnité peut être juste et bonne si on l'aborde en pleine conscience, avec une attitude concentrée, dans laquelle le médium fait place en toute connaissance de cause et intelligemment à une entité dont il est pleinement conscient et qui prend possession de son corps avec sa permission dans le but de servir un but spirituel et d'aider ses compagnons. Mais voyons-nous souvent ce genre de médiumnité ? Peu de médiums connaissent la technique qui gouverne l'entrée et la sortie d'une entité informante ; ils ne savent pas non plus comment accomplir cette opération de manière à ne jamais perdre un seul instant la conscience de ce qu'ils font et du but de leur activité. Avec détermination et intention, ils prêtent leur corps temporairement à une autre âme pour le service tout en conservant leur propre intégrité. L'expression la plus élevée de ce type d'activité fut le don de son corps fait par le disciple Jésus afin que le Christ l'utilisât. Toute la question et la sauvegarde réside dans le mot service. Quand cette vraie médiumnité sera mieux comprise, le médium sortira de son corps, en pleine conscience éveillée, par l'orifice du sommet de la tête et non pas, comme c'est souvent le cas de nos jours, par le plexus solaire, avec perte de conscience et sans aucun souvenir de ce qui s'est passé.

Nous aurons alors l'entrée temporaire d'un nouvel occupant le long d'une ligne de vibration synchrone par l'orifice de la tête, et l'utilisation subséquente de l'instrument qu'est le corps prêté dans le but de servir d'une façon ou d'une autre. Cette technique ne sera cependant jamais employée pour satisfaire une vaine curiosité ou un chagrin également vain fondé sur la solitude personnelle et l'apitoiement sur soi-même. A l'heure actuelle, beaucoup de médiums de basse catégorie sont exploités par un public curieux ou malheureux. Ces êtres particuliers, dont la conscience est entièrement centrée au-dessous du diaphragme et dont le plexus solaire est en fait le cerveau (le plexus solaire est le cerveau de l'animal), sont forcés de jouer le rôle de médiums pour satisfaire l'amour des sensations ou le désir de consolation de leurssemblables presque aussi inintelligents qu'eux.

Par ailleurs, il existe des médiums d'un ordre beaucoup plus élevé, dont la vie est mise au service d'âmes avancées se trouvant de l'autre côté du voile, et qui font don d'eux-mêmes afin que les hommes en retirent un enseignement. Ainsi, les âmes sont aidées des deux côtés du voile et il leur est donné l'occasion d'entendre ou de servir. Pourtant, ces derniers gagneraient à recevoir un entraînement plus intelligent et à comprendre plus exactement la technique de leur travail et l'organisation de leur corps. Ils feraient alors de meilleurs canaux et de plus sûrs intermédiaires.

Par-dessus tout, il faut que les médiums comprennent aujourd'hui la nécessité de dominer et non d'être dominés ; qu'ils comprennent que tout ce qu'ils font peut être réalisé par n'importe quel disciple entraîné de la Sagesse immémoriale si l'occasion l'exige et si les circonstances justifient pareille dépense de force. Les médiums sont aisément trompés. Par exemple, il est évident que, sur le plan astral, il existe une forme-pensée de moi-même, votre frère le Tibétain. Tous ceux qui ont reçu les instructions mensuelles du degré de disciple, tous ceux qui ont lu les livres que j'ai lancés dans le monde avec l'aide de A.A.B. et tous les membres de mon groupe de disciples ont naturellement contribué à construire cette forme-pensée astrale. Mais ce n'est pas moi-même, car elle ne m'est pas liée et je ne l'utilise pas. Je m'en suis dissocié avec détermination et ne l'emploie pas pour prendre contact avec ceux que j'instruis. J'ai choisi de travailler sur les niveaux mentaux, ce qui sans aucun doute limite la portée de mes contacts, mais accroît l'efficacité de mon travail. Cette forme-pensée astrale est une distorsion de moi-même et de mon travail ; est-il besoin de dire, elle n'est qu'une coque animée et galvanisée.

Du fait que dans cette forme se trouve beaucoup de substance émotionnelle et une certaine quantité de substance mentale, celle-ci peut avoir beaucoup d'attrait. Comme toutes les coques, et par exemple celles avec lesquelles on entre en contact dans la salle de séance, elle se fait passer pour moi, et lorsque l'intuition n'est pas éveillée, l'illusion est complète et réelle. Des étudiants fervents peuvent donc entrer en contact avec beaucoup de facilité avec cette forme illusoire et en être complètement dupes. Sa vibration est d'un ordre relativement élevé. Son effet mental ressemble à une belle parodie de moi-même et sert à mettre ceux qui me sont dévotement attachés et qui sont trompés en rapport avec ce qui, dans la lumière astrale, n'est qu'un reflet des annales akashiques. Ces dernières sont le rouleau éternel où est inscrit le plan concernant le monde et sur lequel ceux d'entre nous qui enseignent trouvent leur documentation et beaucoup de renseignements. La lumière astrale n'en est qu'une distorsion et une dégradation. Du fait que c'est une image déformée qui agit dans les trois mondes de la forme et qu'elle n'a aucune source de référence plus élevée que celle de la forme, elle contient les semences de la séparativité et du désastre. Elle décerne des flatteries, lance des idées de séparativité et sème des pensées qui nourrissent l'ambition et l'amour du pouvoir ; à son contact apparaissent les germes du désir et de la convoitise personnelle qui divisent les groupes. Pour ceux que cette forme-pensée trompe, les résultats sont tristes.

Je voudrais signaler que ce qu'on appelle la médiumnité en transe doit inévitablement céder la place à la médiumnité qui demande la pleine conscience éveillée d'un cerveau alerte et actif chez l'homme clairvoyant ou clairaudient sur le plan astral. Il peut s'offrir comme intermédiaire entre les hommes limités au plan physique, et donc aveugles et sourds sur les niveaux plus subtils, et ceux qui, ayant rejeté leur corps, sont coupés de toute communication physique. Ces médiums peuvent communiquer avec les deux groupes, et leur valeur et leur utilité en tant qu'intermédiaires sont inestimables lorsque leur objectif est altruiste, pur et voué au service. Dans l'entraînement auquel ils s'assujettissent, ils doivent éviter les méthodes actuelles négatives ; au lieu "d'attendre le développement" dans un silence vide, ils devraient s'efforcer de travailler positivement comme âmes, demeurant en possession consciente et intelligente de leur mécanisme inférieur. Ils doivent savoir quel centre du corps ils utilisent lors du travail psychique, et apprendre à observer en tant qu'âmes le monde d'illusion dans lequel ils s'engagent pour travailler. Que de leur haute et sereine position, ils voient clairement, qu'ils entendent fidèlement et qu'ils rendent compte avec exactitude ; de cette façon, ils servent leur groupe et leur génération et font du plan astral un lieu d'activité familier et bien connu ; ainsi l'humanité s'accoutumera-t-elle à un état d'existence dans lequel les hommes vivent, trouvent un champ d'expérience et suivent le Sentier.

Je ne peux vous donner ici la technique de cet entraînement. Le sujet est trop vaste pour un bref article. Mais, j'insiste sur ce point, une formation plus prudente et plus sage est nécessaire, et il faut utiliser avec plus d'intelligence les connaissances disponibles, dans la mesure où vous les recherchez. J'en appelle à tous ceux qui s'intéressent au développement des connaissances psychiques pour qu'ils étudient, pensent, expérimentent, enseignent et apprennent jusqu'à ce que toute la question des phénomènes psychiques passe du stade actuel d'ignorance, de spéculation et de négativité à celui d'une profonde certitude, d'une technique éprouvée et d'une expression spirituelle. Je fais appel à des mouvements tels que les Sociétés de recherches psychiques et le Mouvement spirite pour qu'ils mettent l'accent sur l'expression divine et non plus sur les phénomènes ; pour qu'ils abordent la question sous l'angle du service et poursuivent leurs recherches dans le domaine de l'énergie et pour qu'ils cessent de flatter le mauvais goût du public. L'occasion qui leur est offerte est grande et leur travail répond à un besoin vital. Le service rendu a été réel et essentiel ; pourtant, si ces mouvements entendent profiter du nouvel afflux d'énergie spirituelle, il faut qu'ils dirigent leur attention vers le domaine des vraies valeurs. Leur principal objectif devrait être d'entraîner l'intellect d'un groupe de médiums intelligents et de les présenter au monde. Le plan astral ne sera alors pour eux qu'une étape vers le monde où les guides spirituels et les Maîtres résident et d'où les âmes descendent, s'incarnent et reviennent après être passées là où elles sont mûries par l'expérience.

On pourrait se demander quels sont les sujets que cet entraînement devrait comporter. Je suggère que l'on enseigne la constitution de l'homme, le dessein et les objectifs de l'âme. L'instruction peut inclure la technique de l'expression ainsi que l'utilisation prudente des centres du corps éthérique, et le développement de l'aptitude à conserver intacte l'attitude positive de l'observateur qui est toujours le facteur de direction et de maîtrise. Il faudra analyser soigneusement le type et le caractère du médium, et appliquer des méthodes différentes et adaptées, pour qu'il puisse progresser avec le moins d'entraves possible. Les écoles et les cours d'instruction qui cherchent à développer l'étudiant doivent être gradués selon son point d'évolution, et il faudra cesser de le placer au hasard dans un groupe, en espérant avec optimisme qu'il lui arrivera de ce fait quelque chose.

Le but à atteindre pour le médium négatif de niveau inférieur devrait être l'entraînement du mental et la fermeture du plexus solaire jusqu'à ce qu'il puisse fonctionner comme un vrai médiateur. Si cela implique la cessation temporaire de ses pouvoirs médiumniques (et par voie de conséquence de leur exploitation commerciale), alors tant mieux pour lui en tant qu'âme immortelle, ayant une destinée et une mission spirituelles.

L'instruction donnée au médium intelligent devrait le conduire à une parfaite compréhension de lui-même et de ses pouvoirs ; elle devrait développer ses pouvoirs sans risques et avec prudence et le stabiliser dans la position du facteur dominant positif. Ses pouvoirs de clairvoyance et de clairaudience devraient être perfectionnés progressivement, et il lui faudrait cultiver une juste interprétation de ce qu'il voit et rencontre sur le plan de l'illusion, le plan astral.

Ainsi nous verrons apparaître progressivement dans le monde un grand corps de médiums exercés, dont les pouvoirs seront compris, qui fonctionneront sur le plan astral aussi intelligemment que sur le plan physique, et qui se prépareront à exprimer les pouvoirs psychiques supérieurs : perception spirituelle et télépathie. Ces personnes constitueront par la suite un corps d'âmes reliant deux mondes, servant d'intermédiaires entre ceux qui, prisonniers du véhicule physique, ne peuvent ni voir ni entendre sur le plan astral, et ceux qui, tout aussi prisonniers sur le plan astral, n'ont plus d'appareil de réponse physique.

La nécessité première n'est donc pas de cesser de consulter et de former les médiums, mais de les instruire correctement et de les protéger intelligemment, afin de relier, grâce à eux, le monde physique et le monde astral.

Ecoles et disciplines ésotériques

Notre second sujet se rapporte au travail des écoles ou "disciplines" ésotériques, comme on les appelle parfois, et à l'instruction et à la sauvegarde des aspirants qui y travaillent.

J'aimerais tout d'abord rendre un point plus clair. La grande entrave au travail de la majorité des écoles ésotériques est aujourd'hui leur sens de séparativité et leur intolérance envers d'autres écoles et méthodes. Les dirigeants de ces écoles doivent bien comprendre le fait suivant. Toutes les écoles qui reconnaissent l'influence de la Loge trans-himalayenne et dont les membres sont liés consciemment ou inconsciemment avec des Maîtres de la Sagesse tels que le Maître Morya ou le Maître K.H. forment une seule école et font partie d'une seule "discipline". Il n'y a donc aucun véritable conflit d'intérêts. Du côté intérieur, si elles fonctionnent avec quelque efficacité, les diverses écoles sont considérées comme une unité. Il n'y a aucune différence de base dans l'enseignement, même si la terminologie utilisée peut varier ; la technique du travail est fondamentalement identique. Si l'on veut que le travail des Grands Etres avance comme il est souhaité en ces temps de tension et de besoin mondial, il est impératif que ces divers groupes commencent à reconnaître leur unité de but, de direction et de technique, et que leurs dirigeants réalisent que c'est la peur d'autres dirigeants et le désir que leur groupe soit le plus important numériquement, qui favorisent l'usage fréquent de certaines réflexions, comme : "c'est une discipline différente" ou "leur travail n'est pas le même que le nôtre". C'est une attitude qui empêche la vraie croissance de la vie et de la compréhension spirituelles chez les nombreux étudiants, groupés dans les multiples organisations extérieures.

Actuellement, la "grande hérésie de la séparativité" les corrompt. Les dirigeants et les membres parlent en termes de "notre" et "votre", de telle "discipline" ou telle autre, de telle méthode qui est bonne (généralement la leur) et de telle autre qui est peut-être correcte, mais probablement douteuse, sinon franchement mauvaise. Chacun considère son groupe comme étant spécifiquement voué à lui et à son mode d'instruction, et menace les membres de conséquences désastreuses s'ils coopèrent avec les membres d'autres groupes. Ils devraient au contraire reconnaître que tous les étudiants qui travaillent dans les écoles analogues et selon la même impulsion spirituelle sont les membres d'une seule école, unis par une unité subjective fondamentale. Il faut qu'un jour ces divers corps ésotériques, à présent séparatifs, proclament leur identité, et que les dirigeants, étudiants et secrétaires se rencontrent et apprennent à se connaître et à se comprendre. Cette reconnaissance et cette compréhension les amèneront, un jour, à essayer de joindre leurs efforts mutuels, à échanger des idées et, en vérité et en fait, à constituer une grande école ésotérique dans le monde, avec des cours et des degrés, différents et ayant pour but d'instruire les aspirants, de les préparer à l'état de disciple, et de surveiller le travail des disciples se préparant à l'initiation. Alors cessera la tentative actuelle d'entraver le travail par des comparaisons de méthode et de technique, par la critique et la diffamation, par les mises en garde et le culte de la peur et par l'exclusivité. Ce sont ces attitudes et ces méthodes qui, à l'heure actuelle, entravent l'entrée de la pure lumière de la vérité.

Les aspirants, dans ces écoles, présentent un problème différent de celui des médiums ordinaires. Ils se sont soumis à un entraînement intellectuel et à un processus accéléré qui est censé amener la fleur de l'âme à une floraison prématurée, pour servir la race humaine plus rapidement et plus efficacement, et pour coopérer au plan de la Hiérarchie. Ce faisant, ces étudiants se rendent vulnérables à des dangers et des difficultés qu'ils auraient évités s'ils avaient choisi un chemin plus long, mais tout aussi sûr. Ce fait doit être compris de tous ceux qui travaillent dans ces écoles ; le problème doit être soigneusement expliqué au nouvel aspirant, pour qu'il soit sur ses gardes et observe scrupuleusement règles et instructions. Il ne doit pas avoir peur ni refuser de se soumettre à ce processus accéléré, mais il doit l'aborder avec les yeux ouverts ; il faut lui enseigner comment profiter des protections offertes et de l'expérience des étudiants plus anciens.

Dans toutes les écoles ésotériques, l'accent est mis nécessairement et à juste titre sur la méditation. Du point de vue technique, la méditation est le processus par lequel le centre de la tête est éveillé, maîtrisé et utilisé. Lorsqu'il en est ainsi, l'âme et la personnalité sont coordonnées et fusionnées ; une unification a lieu qui produit chez l'aspirant un influx considérable d'énergie spirituelle, qui galvanise tout son être, le rend actif, et attire à la surface tout le bien latent et aussi le mal. C'est là que se trouve une grande partie du problème et du danger. D'où l'accent mis dans les vraies écoles sur la nécessité de la pureté et de la vérité. Il a été trop insisté sur la nécessité de la pureté physique et pas assez sur la nécessité d'éviter tout fanatisme et toute intolérance. Ces deux défauts entravent l'étudiant bien plus
qu'un mauvais régime ; ils nourrissent les feux de la séparativité plus que n'importe quel autre facteur.

La méditation implique de vivre chaque jour une vie à but unique.

Ceci impose forcément une tension trop forte sur les cellules du cerveau, car des cellules en repos sont mises en activité et la conscience du cerveau s'éveille à la lumière de l'âme. Ce processus de méditation ordonnée, poursuivi pendant plusieurs années et complété par une vie méditative et un service à objectif précis, stimule avec succès tout l'organisme et fait passer l'homme inférieur sous l'influence et la domination de l'homme spirituel. Les centres de force du corps éthérique sont éveillés et le mystérieux courant d'énergie qui dort à la base de la colonne vertébrale devient actif. Quand ce processus se poursuit avec soin et avec les sauvegardes nécessaires, sous surveillance et sur une longue période, il y a peu de risques de danger ; l'éveil se fera normalement selon la loi de l'être. Si, néanmoins, l'accélération des vibrations et l'éveil sont trop poussés ou engendrés par différents exercices avant que l'étudiant ne soit prêt, que ses corps ne soient coordonnés et développés, alors l'aspirant court à la catastrophe. Les exercices de respiration ou l'entraînement du pranayama ne devraient être entrepris que sous direction experte, et seulement après des années d'application spirituelle, de dévotion et de service. La concentration sur les centres du corps de force, en vue de les éveiller, doit toujours être évitée ; elle causera une stimulation excessive, et ouvrira, sur le plan astral, des portes que l'étudiant pourrait avoir de la peine à fermer.

Je ne saurais trop insister auprès des aspirants de toutes les écoles occultes sur le fait que le yoga de cette période de transition est le yoga de l'intention concentrée, du dessein dirigé, de la pratique constante de la Présence de Dieu et de la méditation régulière et ordonnée, poursuivie systématiquement et fermement pendant des années.

Quand cela est accompli avec détachement et une vie de service aimant, l'éveil des centres et la montée du feu dormant de Kundalini se font en toute sécurité, et tout le système parvient au stade nécessaire de "vie". Je ne conseillerais jamais trop à l'étudiant d'éviter une méditation intensive durant des heures, d'éviter les pratiques ayant pour objectif d'éveiller les feux du corps, un centre particulier ou le serpent de feu. La stimulation générale du monde est si grande en ce moment, l'aspirant moyen si sensible et si délicatement organisé, qu'une méditation excessive, un régime fanatique, la réduction des heures de sommeil, ou trop d'intérêt pour l'expérimentation psychique, bouleverseront l'équilibre mental et causeront souvent un dommage irréparable.

Que les étudiants des écoles ésotériques s'installent dans un travail régulier, et de méditation paisible, et dénué d'émotivité. Qu'ils évitent les heures d'études prolongées. Leur corps est encore incapable de supporter la tension voulue et ils ne se font que du mal. Qu'ils aient une vie normale et active en se souvenant, dans la fièvre des tâches et du service quotidiens, de ce qu'ils sont essentiellement ainsi que de leurs objectifs. Qu'ils méditent régulièrement chaque matin, en commençant par une durée de quinze minutes et en ne dépassant jamais quarante minutes. Qu'ils s'oublient dans le service et qu'ils ne se concentrent pas sur leur propre développement psychique. Qu'ils se forment l'intellect par une étude normale et apprennent à penser intelligemment, afin que leur mental puisse contrebalancer leurs émotions et leur permette d'interpréter correctement ce avec quoi ils entrent en contact à mesure que leur prise de conscience s'étend.

Les étudiants doivent se rappeler que la dévotion au Sentier ou au Maître ne suffit pas. Les Grands Etres cherchent des collaborateurs intelligents, beaucoup plus qu'ils ne souhaitent une dévotion à leur personnalité ; l'étudiant qui poursuit sa route avec indépendance à la lumière de sa propre âme leur semble être un instrument plus sûr qu'un dévot fanatique. La lumière de son âme révélera à l'aspirant sérieux l'unité qui sous-tend tous les groupes et lui permet d'éliminer le poison de l'intolérance qui entache et entrave tant de gens. Elle lui fera reconnaître les éléments spirituels fondamentaux qui guident les pas de l'humanité ; elle l'obligera à ne pas tenir compte de l'intolérance, du fanatisme et de la séparativité qui caractérisent les petits esprits et les débutants sur le Sentier ; elle l'aidera à les aimer si bien qu'ils commenceront à voir plus juste et à élargir leur horizon.

Elle lui permettra d'apprécier exactement la valeur ésotérique du service et lui apprendra avant tout à être inoffensif ; ce qui est la qualité dominante de tous les fils de Dieu. Il s'agit d'être inoffensif en ne prononçant aucun mot qui puisse faire du mal à une autre personne, en n'ayant aucune pensée qui puisse empoisonner ou produire un malentendu, en n'accomplissant aucune action pouvant le moins du monde blesser autrui. Voilà la principale vertu qui permet à l'étudiant de l'ésotérisme de fouler avec sécurité le difficile sentier de l'évolution. Lorsque l'accent est mis sur le service dédié à ses compagnons et que la tendance de la force de vie va vers l'extérieur, vers le monde, il n'y a plus alors de danger ; l'aspirant peut en toute sécurité méditer, aspirer et travailler. Ses motifs sont purs ; il cherche à faire passer le centre de son attention de lui-même au groupe. Ainsi la vie de l'âme peut se déverser en lui et s'exprimer en amour envers tous les êtres. Il sait qu'il fait partie d'un tout ; la vie de ce tout peut circuler en lui consciemment, le conduisant à comprendre la fraternité et son unité avec toutes les vies manifestées.

* * * * * * *

Cet article fut dicté par le maître Tibétain, Djwal Khul, en 1934. Il est contenu dans l’ouvrage, Extériorisation de la Hiérarchie, pp. 3-20 (édition anglaise), publié par les Editions Lucis. Le besoin en ésotéristes formés est tout aussi urgent de nos jours.