Lucis Trust / École Arcane / Douze Fêtes Spi... / Cancer / Allocution Fête du Cancer  

Allocution Fête du Cancer

Bonsoir
 et
 bienvenue 
à
 cette
 réunion 
de 
pleine 
lune 
du 
signe
 du 
Cancer.




Comme
 vous
 le
 savez,
 le
 Cancer
 est
 la
 porte
 d'entrée
 de
 l'incarnation
 où
 nous
 prenons
 forme
 pour
 revenir 
et
 revenir 
à
 chaque 
rotation 
de 
la 
roue, 
fouler
 le
 sentier
 des 
hommes.
 C'est
 sur
 ce 
sentier 
que
 nous 
apprenons 
à 
reconnaître 
Dieu
 et
 à 
retourner
 un 
jour 
vers 
Lui.


Dans
 la 
lettre
 de 
la
 méditation
 occulte 
il
 est 
écrit 
: 
«
A
 travers 
les
 éons,
 toujours 
le
 Fils
 Prodigue
 se 
lève
 et
 retourne 
vers 
son
 Père, 
et 
toujours, 
latente 
en 
lui,
 est 
la 
mémoire
 de
 la
 maison
 du
 Père
 et
 la
 gloire 
à 
y
 être
 trouvé. 
(...)
 La 
recherche 
de 
la 
lumière 
et
 de 
l'idéal 
est 
nécessairement 
longue
 et 
difficile.
» 
[1] 


Ce
 Fils
 Prodigue
 est
 aussi
 notre 
Humanité 
prise
 comme 
un 
tout.
 Civilisation
 après
 civilisation
 les
 idées
 nouvelles
 sont
 précipitées
 et
 des
 idéaux
 nouveaux
 construisent 
une 
maison
 commune
 de 
plus
 en
 plus
 illuminée.
 A
 un
 moment
 donné
 de
 son
 évolution
 la
 conversion
 s’opère
 et
 c’est
 alors
 en
 groupe
 que
 «
nous 
nous
 levons 
pour
 retourner
 vers 
la
 maison 
du 
Père
».


Prenons
 maintenant
 un
 temps
 de
 silence
 pour
 visualiser
 toutes
 les
 personnes
 qui
 se
 réunissent
 physiquement 
ou 
en 
conscience 
avec 
le
 Nouveau 
Groupe
 des 
Serviteurs
 du 
Monde.
 Nous 
nous
 voyons
 faire
 un 
seul
 groupe
 subjectif 
et 
avec 
le
 Mantram
 de
 l'affirmation
 du 
Disciple
 ‐
 en
 résonnance
 avec 
ce
 signe 
‐
 nous
 disons
 ensemble 
:


Je 
suis 
une 
étincelle
 dans 
une
 grande 
lumière.

Je
 suis
 un 
filet
 d’énergie
 aimante 
dans
 le
 fleuve 
de 
l’amour
 divin.

Je
 suis, 
centrée
 dans
 l’ardente
 volonté
 de 
Dieu,

Une
 étincelle
 de 
la
 flamme 
du 
sacrifice.

Et
 ainsi 
je 
demeure.

Je
 suis
 une 
voie 
de 
réalisation
 pour 
les 
hommes.

Je
 suis 
une 
source 
de 
force 
qui 
les
 soutient.

Je
 suis
 un
 rayon
 de 
lumière 
éclairant
 leur 
chemin.

Et 
ainsi
 je
 demeure.

Et, 
demeurant
 ainsi,
 je
 reviens

Et
 foule 
le 
sentier
 des
 hommes

Et
 je
 connais
 les
 voies 
de
 Dieu.

Et 
ainsi 
je 
demeure.


Dans
 notre
 Humanité
 moderne
 divers
 états
 de
 conscience
 coexistent.
 Une
 foule
 et
 des
 individus
 manipulés
 par
 un
 mauvais
 berger
 peuvent
 commettre
 les
 pires
 atrocités 
:
 exécutions
 sommaires,
 lynchages,
 attentats 
suicides ...
 Une
 frange
 importante 
de
 la 
population
 mondiale 
est
 dans 
l’affirmation
 de 
soi.
 L’expression
 de 
la
 personnalité
 est
 exacerbée 
au 
sein 
d’une
 société
 où
 un
 consumérisme
 débridé
 flatte 
l’individu.


 Nous 
trouvons 
aussi, 
fort
 heureusement,
 des 
personnes
 pour
 qui
 le
 groupe 
et 
le
 sort
 de 
leurs
 semblables
 prennent 
de
 plus
 en
 plus
 d’importance. 
Une 
opinion 
publique
 de 
mieux
 en 
mieux
 éclairée 
émerge 
au 
sein
 de 
chaque
 État.
 Une 
conscience 
transnationale
 et
 mondiale 
se 
fait 
également
 jour
 en
 faisant
 preuve
 de
 maturité
 et
 d’un
 réel
 sens
 des
 responsabilités.
 Maturité
 en
 effet
 prouvée
 à
 l’aune 
d’engagements
 pluriels
 au‐delà
 de 
sa 
famille,
 de
 sa
 communauté
 ou 
bien 
encore
 de
 son 
pays.


Le 
crabe 
est
 le 
signe 
de 
masse 
par
 excellence 
et
 d’ailleurs
 dans 
notre
 langage
 moderne
 nous
 employons
 facilement 
des
 expressions
 comme
 :
 consommation
 de
 masse,
 communication
 et
 loisirs
 de
 masse 
pour
 ne
 prendre
 que
 ces
 quelques
 exemples.
 On
 peut
 cependant
 se
 rassurer
 et
 se
 dire
 que
 cette
 frénésie
 d’une 
consommation
 de 
masse
 va 
au
 plus
 vite 
nous
 conduire
 à
 une 
«
divine
» 
satiété
 et 
amener
 cette
 conversion, 
ce 
retournement
 évoqué 
en 
introduction.
 Cette
 réaction
 de 
masse
 est 
cependant 
bénéfique
 en
 ce
 sens
 qu’elle
 nous
 fait
 réagir
 collectivement
 comme
 un
 «
seul
 homme
».
 Une
 réaction
 émotionnelle
 certes, 
à 
l’occasion
 d’un
 attentat 
ici 
et
 là
 ou 
d’une
 catastrophe 
naturelle 
comme 
au
 Népal
 dernièrement.
 Le
 signe
 encourageant
 est
 que
 pour
 la 
première
 fois 
dans
 l’histoire 
de
 notre
 humanité
 l’intégration
 planétaire,
 fusse‐telle
 au
 niveau
 affectif,
 se
 dessine.
 N’est‐ce
 pas
 l’occasion
 pour
 chacun
 d’élever
 cette
 réaction
 émotionnelle
 qui
 surgit
 aussi
 en
 nous,
 dans
 ces
 occasions
 à
 répercution
 planétaire.
 Nous
 devenons
 ainsi
 les 
alchimistes
 qui
 opèrent
 cette 
transmutation
 des 
énergies,
 signant
 en
 cela
 notre
 participation
 active
 dans
 la
 conscience
 de
 Groupe.
 Avant
 la
 troisième
 initiation,
 la
 conscience
 de
 groupe
 n’est
 pas
 encore
 permanente
 et
 «
instinctive
»
 mais
 sporadique
 pour
 apporter
 cependant 
notre 
petite
 flamme
 et
 illuminer
 ainsi
 un
 peu
 plus
 la 
maison 
commune.
 Faire
 la 
différence
 entre 
«
conscience 
de
 masse
», 
«
conscience
 de
 soi
»
 et 
la 
«
conscience
 de 
groupe
»
 est
 à
 notre
 portée
 et
 comme
 aspirants
 nous
 oscillons
 entre
 la
 conscience
 de
 soi
 et
 cette
 conscience
 de
 Groupe
 vers
 laquelle 
vont 
tous
 nos
 efforts.


Ces 
trois 
stades,
 que 
nous 
évoquons 
ici
 sont 
représentés,
 par
 les 
trois
 constellations 
:


1.
 Le
 Cancer 
–
 conscience
 de 
masse
 – 
Conscience
 de
 l'instinct
;

2.
 Le
 Lion 
–
 Conscience 
de 
soi
 –
 Conscience 
de 
l'intelligence
;

3.
 Le
 Verseau 
– 
Conscience 
de 
groupe
 –
 Conscience 
de
 l'intuition.

L’opinion
 publique
 à
 l’échelle
 mondiale
 s’édifie
 lentement
 par
 les
 moyens
 de
 communication,
 les
 voyages,
 les 
échanges
 d’étudiants,
 le
 commerce
 international, 
la
 diplomatie
 et 
Internet .... 
Ceci
 se 
vérifie
 par 
de
 nombreux 
et 
vastes
 groupes 
de
 pression sur 
le 
web
 qui
 mettent
 en 
mouvement
 cette 
opinion
 publique 
à 
l’échelle
 planétaire.


Mais
 que
 dire
 de
 tous
 nos
 frères 
qui
 sont
 sans
 maison.
 Les
 véritables
 apatrides
 sont
 ainsi
 dans
 nos
 villes
 tous 
ceux 
que 
nous
 avons
 abandonnés 
à
 la 
périphérie
 (morale, 
économique
 et
 géographique ...).
 Il
 existe
 au
 sein
 des
 Etats,
 des
 régions
 entières
 abandonnées
 du
 centre,
 où
 les
 populations
 sont
 laissées
 pour
 compte. 
Nous 
le 
voyons 
notamment
 au
 Nigéria,
 en
 République
 Démocratique
 du
 Congo, 
au
 Pakistan,
 en Afghanistan
 ou
 ailleurs.
 Ces
 populations
 subissent
 de
 plein
 fouet
 la
 pauvreté,
 le
 chômage
 et
 la
 délinquance ...
 Des
 pans
 entiers
 se
 paupérisent
 dans
 tous
 les
 sens
 du
 terme.
 Dans
 ces
 conditions
 comment
 ne 
pas 
comprendre
 que
 tous
 ces
 abandonnés 
font 
des 
rêves
 d’idéaux
 pour
 lesquels
 ils 
sont
 prêt 
à
 mourir 
en
 martyre, 
niant
 toutes 
les
 valeurs 
d’une 
civilisation
 qui 
a
 été 
incapable 
de 
les 
accueillir
 dignement.


Au 
mois 
de 
janvier 
de
 cette 
année,
 le
 mari
 de
 Claudia
 PRIEST 
‐ 
bénévole 
humanitaire
 française 
‐
 enlevée
 en
 Centre 
Afrique 
par 
les 
Anti‐Balaka,
 après 
la 
libération
 de 
sa
 femme,
 a 
eu
 ces
 mots
 magnifiques 
: 
«
Ni
 moi,
 ni
 mon 
épouse
 n’en
 voulons
 aux
 ravisseurs.
 Ce
 sont
 des 
jeunes
 qui
 n’ont
 pas
 eu
 d’éducation 
et
 qui
 n’ont 
aucun
 avenir.
» 
En
 écho 
nous 
pouvons 
entendre 
les 
dernières
 paroles 
du
 Christ
 sur 
la 
croix 
: 
«
Père
 pardonne‐leur 
car
 ils 
ne 
savent
 pas 
ce 
qu’ils
 font
»


On
 nous
 dit 
que
 la
 volonté 
de 
bien
 surgira 
de 
la
 masse
 et 
que 
l’humanité
 doit
 y
 travailler. 
Lutter
 contre
 le
 fanatisme
 la 
radicalisation 
sans 
rénover 
nos
 cœurs
 et
 nos
 différentes
 maisons 
‐ 
où
 les
 mêmes
 causes
 produisant 
les
 mêmes 
effets 
‐
 conduiront 
à 
des 
catastrophes. 
Combien 
de
 brebis 
égarées
 ne 
sont 
pas
 encore
 dans
 la
 bergerie.
 Le
 cœur
 de
 nos
 villes,
 de
 nos
 nations
 est
 une
 partie
 du
 cœur
 christique.
 Ils
 doivent
 devenir
 une
 maison
 d’accueil
 digne
 de
 ce
 nom.
 Accueillir
 c’est
 s’ouvrir
 en
 renonçant
 aux
 postures 
«
anti
»
 ou
 «
contre
» 
et 
engager 
le 
combat 
pour 
l’inclusion 
dans
 toutes 
les
 acceptions
 de
 ce
 terme. 
C’est
 seulement
 en
 mettant
 de
 l’ordre
 dans
 la
 maison
 de
 l’humanité
 que
 nous
 nous préparons
 pour
 de
 nouvelles
 révélations
 en
 rendant
 le
 retour
 du
 Christ
 enfin
 possible.
 Il
 s’agit
 d’accorder
 notre
 maison
 avec
 la
 Maison
 du
 Père
 comme
 nous
 le
 dit
 le
 Tibétain.

 «
La
 volonté‐de‐bien
 de
 la
 Maison
 du
 Père
 peut
 devenir
 la
 bonne
 volonté
 du
 royaume
 de
 Dieu,
 et
 être
 transformée
 en
 relations
 humaines
 justes,
 par
 l'humanité
 intelligente.
 Ainsi,
 la
 ligne
 directe,
 (...)
 peut,
 en
 temps
 voulu,
 devenir
 un
 câble
 d'ascension 
pour
 les 
fils
 des
 hommes
 ;
 et 
de
 descente
 pour 
l'esprit
 aimant
 et
 vivant 
de 
Dieu.
» [2] 


Ce
 signe 
du 
Cancer
 est
 associé 
à 
la
 nature 
matérielle,
 à
 la
 mère
 des 
formes,
 le 
crabe 
vit 
à
 la 
fois
 sur 
terre
 sur 
le 
plan
 physique 
et 
aussi
 dans 
la 
mer
 des
 émotions.
 Et 
c’est 
bien
 là
 dans 
cette
 mer
 des
 émotions
 que
 nous, 
connaissant
 notre 
dharma, 
devons 
agir
 au 
niveau
 individuel 
et
 au
 plan
 collectif. 
Qui
 en 
dehors
 de
 nous 
peut 
faire 
ce 
travail
 de
 clarifier
 cette
 mer 
troublée
 par 
les 
épreuves 
qu’endure
 notre 
humanité?


Dans
 le
 Mythe 
d’Hercule
 dans 
la
 quatrième 
épreuve
 du
 Cancer 
(capture 
de 
la
 biche
 de 
Cérynée) 
il 
est
 dit
:
 "Procurez‐lui
 une
 épreuve
 qui
 suscitera
 son
 choix
 le
 plus
 judicieux.
 Envoyez‐le
 au
 travail
 dans
 un
 domaine 
où 
il
 devra
 décider 
quelle
 voix,
 parmi
 beaucoup 
d'autres,
 éveillera
 l'obéissance 
de 
son
 cœur»[
3] .


Pour
 paraphraser
 ce
 mythe 
:
 quelle
 est
 cette
 épreuve
 où
 l’humanité
 devra
 décider
 quelle
 voix,
 parmi
 beaucoup
 d'autres,
 éveillera
 l'obéissance
 de
 son
 cœur.
 Quel
 est
 ce
 test
 simple
 qui
 aussi
 du
 côté
 intérieur
 de
 la 
vie,
 lui
 ouvrira
 les
 yeux
 sur
 la
 plénitude 
de
 sa 
sagesse 
et
 la
 justesse 
de 
son 
pouvoir
 de
 choisir.



Nous
 avons
 par
 exemple
 des
 choix
 à
 faire
 pour
 aboutir
 à
 un
 accord
 international
 sur
 le
 climat
 qui
 permettra
 de
 contenir
 le
 réchauffement
 global
 en
 deçà
 de
 2°C.
 La
 Conférence
 des
 parties
 à
 la
 convention
 des
 Nations
 Unies
 sur
 les
 changements
 climatiques
 aura
 lieu
 à
 Paris
 en
 cette
 fin
 d’année
 2015. 
Ce 
ne 
sont 
pas 
seulement
 des
 défis
 climatiques
 qui
 nous 
sont
 posées
 aujourd’hui.
 La 
moralisation
 de
 la
 finance
 internationale,
 du
 sport,
 de
 la
 vie
 publique,
 des
 systèmes
 de
 santé,
 de
 l’élevage
 des
 animaux 
etc., 
recèlent 
bien
 d’autres
 questions
 pour
 éveiller
 et 
en 
tous
 les
 cas
 éprouver 
l’obéissance 
de
 nos 
cœurs.
 Il
 en
 est
 ainsi
 dans 
notre 
vie
 d’aspirant 
où
 chaque 
jour 
nous
 présente 
les 
opportunités 
pour
 éveiller
 cette 
obéissance
 du
 cœur.
 C’est 
le
 parallèle, 
car
 comment 
imaginer 
que 
les 
nations
 ou
 que 
nos
 dirigeants 
puissent 
relever 
tous
 ces 
défis
 si
 nous
 au
 quotidien 
ne 
nous 
attelons 
pas
 à
 la 
tâche
 qui 
est 
la
 nôtre.
 C’est
 sur 
le 
plan
 subjectif
 que
 nous 
pouvons
 déjà
 faire
 le
 ménage 
et 
en 
quelque 
sorte 
mettre 
de
 l’ordre.
 Ainsi
 nous
 pouvons
 aider
 nos
 dirigeants
 dans
 les
 différends
 départements
 de
 la
 vie
 planétaire.


Nous
 demandons
 souvent
 pourquoi
 les
 épreuves
 nous
 sont
 plusieurs
 fois
 présentées
 que
 ce
 soit
 au
 niveau
 individuel,
 celui
 des
 Etats
 et
 de
 l’humanité
 prise
 comme
 un 
tout.
 Et 
après 
chacune
 des
 épreuves
 nous 
pouvons 
avec 
Hercule
 poser 
cette 
sempiternelle
 question.

"Ai‐je
 accompli
 l'épreuve,
 ô
 sage
 Instructeur
 ?


De 
la 
Chambre 
du
 Conseil
 du
 Seigneur,
 où 
siège 
le 
grand
 Être 
qui
 préside,
 une
 voix
 se 
fit
 entendre
 : 
«
A
 maintes
 et
 maintes
 reprises,
 tous
 les
 fils
 des
 hommes
 qui
 sont
 les
 Fils
 de
 Dieu
 cherchent
 le
 faon
 aux
 cornes 
d'or
 et 
le
 portent
 dans 
le
 Lieu
 Saint.
 A 
maintes
 et
 maintes 
reprises.
»

L’Agni
 Yoga
 dans 
«
Monde
 de 
feu
» 
nous 
enseigne 
aussi
 que 
:
 “Seul 
un 
voyageur
 expérimenté
 sait
 que
 le
 logement
 d'une
 nuit
 n'est 
pas
 une 
destination,
 et
 comprend
 avec 
quel
 soin 
il
 faut 
traiter
 les
 choses
 qui
 peuvent
 servir 
à
 la 
caravane 
qui 
suit.
 Il
 ne
 consommera
 pas
 tout
 le
 bois
 de
 chauffage,
 mais
 pensera
 aux
 autres.
 Il
 ne
 polluera
 pas 
le
 puits,
 de 
par
 son 
utilité 
pour 
les
 autres.”
 [4] 



Au
 plan
 individuel
 ou
 collectif
 il
 nous
 faut
 venir
 et
 revenir
 pour
 bâtir
 et
 habiter
 cette
 maison.
 Aussi
 méditons
 sur
 la
 note 
clé
 du
 Cancer 
: 
«
 Je 
bâtis
 une 
maison
 illuminée 
et 
l’habite
».

[1] Lettres
 sur 
la 
méditation 
occulte 
[2@257]
 éd.
franc.
[2] Extériorisation
 de 
la 
Hiérarchie 
[13@606]
 éd.
franc.
[3] Les 
travaux
 d’hercule
 [25@37]
 éd.
franc.
[4] Collection 
Agni
 Yoga. Monde
 de 
Feu
I.
 P.94 
éd.
franc.