Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Bulletin / Derniers numéros / 2008 #2 - Le se... / Une nouvelle vision de la citoyenneté  

Une nouvelle vision de la citoyenneté

L'idée que les gens devraient partager leur propre gouvernement est au cœur de notre compréhension de ce que l'on entend par démocratie. Le philosophe Aristote a écrit: «Si la liberté et l'égalité, comme le pensent certains, doivent être principalement trouvées dans la démocratie, elles seront mieux atteintes lorsque toutes les personnes du gouvernement la partageront pleinement avec équité." L'expérience démocratique de la Grèce antique est toujours à juste titre considérée comme un phénomène extraordinaire. L'Etat-nation moderne, avec le suffrage universel des adultes, et les populations se chiffrant par millions, doit clairement fonctionner d'une manière différente, et tous les moyens ne sont pas démocratiques. La plupart des démocraties modernes donnent aux gens la possibilité d'élire un gouvernement tous les quatre ou cinq ans. Entre les élections, le gouvernement poursuit ses programmes et son calendrier législatif et avec l'élévation ou l’abaissement des impôts, laissant le peuple qui l’a élu continuer sa propre vie avec une relative liberté. Bien que nous appelions ce système démocratique, de nombreuses mesures en faveur de l'idéal d'une participation pleine et continuelle de tous les peuples ont été de toute évidence supprimées. 

Ainsi, dans une démocratie moderne, quelles sont les responsabilités d'un citoyen ? Comment peut-il participer « pleinement » au gouvernement comme le dit Aristote ? Il est évident que le premier devoir et le plus important pour nous tous est de s’intéresser aux problèmes politiques et économiques actuels, d'y réfléchir de manière constructive, d'en discuter et de voter chaque fois que l'occasion se présente. Réfléchir de façon créative à ces questions est une véritable aide à la recherche de solutions, et également à l'acceptation de solutions qui pourraient parfois être désagréables pour maintes gens. Toutefois, il existe plusieurs facteurs défavorables à cela. 

Beaucoup soupçonnent la politique d’être corrompue, parce que les membres élus sont tentés de subordonner leurs principes aux promesses séduisantes des groupes de pression industriels et commerciaux. Bien que cela caractérise injustement beaucoup de membres honnêtes et ayant des principes, il y a assez de vérité dans cela pour altérer l'ensemble. Le remède à cette situation réside entre les mains de gens de bonne volonté. Si plus de gens de bonne volonté s'impliquent et se présentent aux élections à tous les niveaux du gouvernement, cela aiderait à compenser l'intrigue et la corruption. Comme Alice Bailey l’écrit: "On peut trouver la raison de la corruption politique et des projets ambitieux et avides de tant de dirigeants du monde dans le fait que les hommes et les femmes orientés spirituellement n'ont pas assumé – en tant que leur devoir et leur responsabilité spirituelles -- la direction de la population. Ils ont laissé le pouvoir dans de mauvaises mains et ont permis aux égoïstes et aux indésirables de diriger."[1] 

Un effet dissuasif plus subtil réside dans la convergence d’idéologies opposées de droite au sein d’un centre dominant. Dans des circonstances normales en Europe, c'est la partie qui arrive à occuper le centre du terrain qui gagnera une élection. Naturellement cela produit des partis politiques adverses qui n’ont pas réellement des politiques opposées et qui intriguent pour occuper une place éminente au centre. Certains pourraient arguer qu'il s'agit là d'une amélioration par rapport à l'ancienne faction et la position contradictoire de la gauche et la droite, mais cela engendre l'apathie des électeurs puisque chaque parti aura à former un gouvernement et que leurs politiques seront à peu près les mêmes mises à part quelques différences superficielles. Noam Chomsky a plutôt un ton affligé quand il écrit: "Ce qui reste de la démocratie est en grande partie le droit de choisir entre les matières premières." Cette tendance a poussé de nombreuses personnes de bonne volonté à renoncer à la politique des partis pour s'impliquer dans des campagnes concernant des questions uniques telles que de nombreux mouvements sur le développement, l'environnement et les droits de l'homme. 

Cela nous amène à un autre élément dissuasif : comment les médias traitent-elles les affaires politiques actuelles. Dans notre ère numérique, il y a eu une prolifération des canaux télévisés  et de radio, et les managers des médias sont constamment confrontés à comment accroître leur cote de popularité – c’est particulièrement important si les revenus de votre chaîne reposent sur les recettes de la publicité. Les journaux vivent trop généralement le déclin de leurs taux de tirage et y répondent avec des gros titres de plus en plus extravagants et mélodramatiques. La couverture des actualités politiques semble souvent plus être aujourd’hui sur les événements à sensation que sur les tendances sous-jacentes, ou donner plus de renseignements sur les personnalités impliquées que sur les principes mis en cause. Les effets de ces mesures dissuasives semblent être une baisse générale d'intérêt du public. Néanmoins, comme le montre l'actuelle campagne présidentielle américaine, lorsque les problèmes sont suffisamment critiques, et que se présente le type de politicien en phase avec la tendance populaire, l'intérêt tant général, et peut-être plus important encore, que celui des jeunes électeurs, peut être revitalisé.

Nous devons contrebalancer le pessimisme en regardant la démocratie comme une expérience beaucoup plus universelle. Le sens du bien de groupe et un bon esprit de coopération sont les qualités intrinsèques de l'humanité. Cette prise de conscience est un contrepoids bien nécessaire à la croyance largement répandue et la vision erronée et que la nature humaine est fondamentalement conflictuelle et violente, et que seuls des systèmes de loi autoritaires  peuvent freiner cette tendance. On a dit qu'une qualité de base de l'humanité peut être décrite par l’expression «l'harmonie au travers  du conflit». Et tandis qu’un sentiment de prédilection dramatique et morbide pour la souffrance fait que l’aspect « conflit » de cette liaison préoccupe de nombreuses gens au premier chef, l'«harmonie» plus prosaïque s’est toujours manifestée et continue de croître lors des réunions,des assemblées, des parlements, des clubs et des comités à travers le monde. 

L'un des plus remarquables événements de ces 100 dernières années est la façon dont la démocratie a éclos dans le monde entier. En 1900, aucun pays ne pouvait se vanter d’avoir une démocratie multipartite alimentée par le suffrage universel. En 1997 60% des nations du monde pouvait prétendre l’avoir. Et maintenant, en 2008, des 194 pays du monde, seuls 54 sont jugés non-démocratiques et autoritaires, le reste ayant des régimes partiellement ou pleinement démocratiques. 

Il existe de nombreuses raisons extérieures à cela : la propagation massive de l'éducation - sans doute l’évènement le plus spirituel au monde au cours des 150 dernières années, la croissance économique généralisée, le développement planétaire de communications comme Internet, qui expose tout le monde à de nouvelles idées et au sentiment d'être relié à toute la famille humaine ; des voyages internationaux abordables. Tous ces facteurs élargissent notre mode de réflexion. 

Ce sont des raisons importantes. Mais les causes spirituelles internes de cette évolution vers la démocratie sont plus importantes à long terme et sont donc ici notre principale préoccupation. Nous pourrions exprimer ces causes spirituelles de la manière suivante: 

  • Le désir de liberté compris spirituellement
  • Le sens croissant de responsabilité et l’impulsion de l'âme à l'exprimer au concret dans le service.
  • Une reconnaissance de la conscience de groupe.
  • Une prise de conscience qu’un grand groupe responsable d’un électorat peut avoir le pouvoir de compenser ou de réduire à néant l'égoïsme de la clique dirigeante au pouvoir.

Ces causes spirituelles font irruption dans le monde de la pensée et de l’action humaine d’une multitude de façons. À l'instar de toutes les manifestations d’idées spirituelles, elles sont soumises à des distorsions à des degrés divers. Le désir de liberté dans le sens spirituel a peut-être été le mieux formulé par Franklin Roosevelt dans les "quatre libertés" - la liberté de parole et d'expression, la liberté de culte, libération de la misère, et la libération de la peur. Mais, si elles ne sont pas associées à un sens correspondant de responsabilité aimante envers l'ensemble, elles peuvent être déformées par des motifs égoïstes en licence, superstition,  expansion personnelle au détriment des autres, et stockage de l'armement. 

Une prise de conscience des limites de la pensée humaine et de l'étendue des motifs égoïstes conduit naturellement la personne de bonne volonté à réfléchir sur la meilleure façon de favoriser le bon aspect et de contrer les incidences négatives. En plus de faire de la politique, il existe de nombreuses autres façons pour une personne responsable de contribuer à la communauté, à la nation et au monde. Toutes peuvent se résumer dans les termes « citoyenneté pratique». 

Par exemple, considérez la citoyenneté dans le cadre de la responsabilité financière. Certains considèrent les taxes, comme, au mieux, une réalité gênante: d'autres y voient une occasion de tricher. Mais un citoyen responsable voit les taxes comme l’expression d’un mode de contribution financière à l'ensemble dont il fait partie - elles sont alors perçues à juste titre comme une occasion de servir. Nous devons également garder à l'esprit que nos contributions financières ne s'arrêtent pas au niveau local ou à celui des frontières nationales. Notre sentiment croissant de citoyenneté mondiale doit nous conduire à exiger de tous nos représentants élus et de nos gouvernements l’évaluation d’une responsabilité financière mondiale et qu’ils favorisent une contribution éthique. À cet égard, et comme citoyens du monde responsables, nous devons également consacrer du temps et de l'énergie à appuyer les travaux des Nations Unies. Les huit «Objectifs du Millénaire pour le développement», ont été élaborés sous les auspices de l'ONU dans le but de réduire sensiblement la pauvreté et la faim, la lutte contre la maladie, l'inégalité entre les sexes, le manque d'éducation, le manque d'accès à l'eau potable et la dégradation de l'environnement d'ici à 2015. Pour atteindre ces objectifs vitaux, l'appui des citoyens du monde est partout bien plus nécessaire, en maintenant la vision sous les yeux de l'humanité tout en faisant de plus en plus pression sur nos gouvernements démocratiques à tenir leurs promesses de financement des programmes adaptés requis. Nous commencerons ensuite collectivement à manifester les propos visionnaires de Barbara Ward qui a écrit : "C'est notre problème à nous, peuples du monde d’agir pour s’entre-aider ».
Shakespeare a fait observer que: "l’évolution du véritable amour ne se déroule jamais sans heurts". On peut dire également avec une grande précision que le cours d’une véritable démocratie ne doit jamais se dérouler sans heurts. Ce parallèle de l'amour et de la démocratie n'est pas un hasard, car, comme nous l'avons vu, à l'origine de la démocratie réside l'âme, le principe de l'amour au sein de l'humanité. Ce que nous appelons la démocratie est tout simplement un élargissement de la notion de coopération et de responsabilité de groupe sur le plan national et supranational. 

Alors quel est l'avenir de la démocratie ? Nous pouvons être certains que les prochaines années verront l'humanité être testée à l’extrême. Ce test sera caractérisé en partie par une énorme tension entre le désir de certains d'imposer des solutions aux crises humanitaires de manière autoritaire et la volonté de la majorité de conserver l'initiative créatrice et le potentiel nécessaires pour parvenir à une solution selon la voie consensuelle inspirée par l'âme. La première est la voie de la dictature et, bien qu'elle puisse résoudre les problèmes, l'humanité ne tirera pas de bénéfice ou d’évolution spirituelle pour avoir compris les problèmes et fait le bon choix. Cette dernière approche est la voie démocratique et celle de l'âme de l'humanité. Faire toujours face à la démocratie et à l'humanité est le plus grand défi. Mais avec une bonne volonté cultivée et largement répandue, nous pouvons relever le défi.

[1]. Alice Bailey, Problèmes de l'humanité pp.168-9. Lucis édition, 1964.