Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Bulletin / Derniers numéros / 2008 #2 - Le se... / Démocratie et transmutation  

La démocratie et la transmutation - de la conscience individuelle à la conscience de groupe

 Idéalement, dans une démocratie, tout le monde, chaque personne en particulier, devrait être l’un des dirigeants, un membre de ce groupe qui est le dirigeant collectif de leur pays. En d'autres termes, dans une démocratie tout le monde devrait être un politicien. Un homme politique (du grec ancien terme "polis" (Etat-Cité)) est celui concerné et impliqué dans les affaires publiques. Dans la Grèce antique, le terme idiot signifie celui qui ne se préoccupe que de ses propres affaires privées, et est indifférent aux préoccupations du public.
On sait communément qu’on devrait avoir des conseillers afin de prendre les bonnes décisions sur ce qu’on ignore. Il est essentiel que les décisions soient sages. Dans un  dialogue célèbre, Socrate demanda: Qu'est-ce que le travail des politiciens ? Quel est leur métier ? Si vous êtes malade, vous avez besoin d'un médecin. S’il vous faut une paire de chaussures, vous recherchez un bon fabricant de chaussures. Donc, vous avez besoin de certaines compétences et connaissances. Socrate était en train d’essayer de découvrir quelles étaient les compétences d'un homme politique. Puisque tout ce qui fait de quelqu’un une personne civilisée, un membre d'une société, un citoyen, doit être appris et maîtrisé, comment le faire ? Quel genre de discipline faut-il pour cela ?

L'idée de la démocratie est née dans des cités-états grecques relativement petites, à une époque où, dans la plupart d’entre elles, les différents régime se sont développés de façon significative en un court laps de temps, de la monarchie traditionnelle en passant par  l'aristocratie et la tyrannie jusqu’à la démocratie. Idéalement, ce fut la transition entre le régime d'un seul monarque ou roi et celui de nombreux rois égaux, tous ensemble appelé Peuple ou Commune. Dans une ancienne cité-état, il y avait potentiellement de nombreux rois (en fait tous les guerriers) et un seul royaume. Donc, il n'y avait pas de nombreuses façons de résoudre la contradiction profonde. Historiquement la première solution fut de tenter d'éliminer les rivaux, ce qui se termina par le désastre de la guerre civile. La solution suivante fut le consensus, le partage et la Constitution. 

Ainsi, la démocratie est une étape dans l'évolution politique où le «nombre» comme rois potentiels, arrive à se mettre d'accord pour diriger ensemble dans le cadre d'un système de réglementation. Il s'agit d'un système de la citoyenneté fondée non plus sur la supposée noblesse du sang, mais clairement sur l'intérêt commun de la cité-état, et le sentiment de partager la même destinée. Il est essentiel que les membres de cette communauté soient considérés comme ayant des droits égaux de régner sur la ville. Ils ont dû gagner ce privilège et se battre pour le conserver. En fait, ces citoyens dans les démocraties ont tous été inclusivement des guerriers d’origine et d’anciens guerriers (les anciens). Tout ceux formant le reste de la population n'étaient pas égaux. Ils étaient des esclaves, des immigrants, des femmes et des enfants. Le conclave de ces guerriers-roi était leur parlement. Les cités étaient petites. Ils pouvaient tous se rassembler dans un seul endroit appelé la «agora» («forum» en latin).
Dans ces rassemblements, ils ont dû trouver une façon de gérer et de diriger les affaires de l'État. Il était essentiel qu'ils puissent convaincre les autres citoyens de la justesse de leurs propositions. À cette fin, ils ont eu besoin de la raison et l'intelligence. Ainsi, ils ont commencé à se former domaine aux arts de l'éloquence/rhétorique à côté des arts martiaux. Mais manifestement éloquent n'est pas suffisant, à moins d’être un expert du sujet en question. Ainsi, ils devaient connaître autant de choses que possible. Donc, est apparue la nécessité d'un nouveau type de l'homme : une synthèse de guerrier, d’intellectuel, de scientifique, de conseiller, une personne large d’esprit avec un sens aigu de l'intérêt commun et de la conscience du groupe : un vrai homme politique. Dans l'histoire de l'humanité, ce fut littéralement une transmutation en évolution. Une nouvelle espèce apparut issue de l'homme physique des champs et du désert. Et nous avons ici le lien vers ce que nous pourrions appeler une véritable démocratie. 

Maintenant, nous savons que la conscience de groupe est le résultat du processus de transformation d'un être centré sur sa vie privée à un homme politique. Un vrai homme politique a une conscience de groupe. Lorsque celle-ci manque, alors un homme politique est une sorte d'homme d'affaires. Il est motivé par des intérêts personnels, et n’a pas la motivation plus élevée de l'intérêt public. Etre un véritable homme politique est donc le destin de tous. Cependant, entrer dans le monde de la conscience de groupe, le monde de la vraie politique, dépend de sa décision personnelle et de sa formation. 

La démocratie et les représentants du peuple

Dans les sociétés modernes, il est impossible pour tout le monde de se réunir en personne dans un parlement. Ainsi, plusieurs systèmes de représentation ont été inventés à travers les âges. Ici encore, nous avons le même problème que dans le cas des anciennes démocraties. Combien de représentants sont suffisamment bons ? Comment sont-ils nommés à leurs fonctions ? Pour combien de temps ? Quel serait le représentant idéal ? 

Il est tout à fait évident que le représentant idéal serait celui qui aurait un intérêt identique à ceux qu’il représente, et plus de talent, si possible, à promouvoir leurs finalités. La théorie politique moderne a accepté plus ou moins l'analyse marxiste selon laquelle toute société est divisée en classes qui luttent pour imposer leurs propres intérêts de groupes sur les autres groupes. Mais ici, il y a une sorte de contradiction. Si on établit l’existence d’un certain  pourcentage de représentativité, disons un représentant pour 50000 ou 100000 personnes, on pourrait croire que les représentants des pauvres sont plus nombreux que ceux des riches. Mais ce n'est pas le cas. Pourquoi ? 

On ne reconnaît pas bien également dans la théorie politique l’existence d’un axe vertical si l'on considère la répartition des classes en l'imaginant comme un axe horizontal. Cet axe vertical représente le niveau d'éducation des gens ou plutôt leur réalisation spirituelle. Il est peu vraisemblable qu'un agriculteur sans éducation serait élu par d'autres agriculteurs pour représenter leur cause dans un parlement. C'est là un problème majeur avec les démocraties modernes. Il n'est pas possible que toutes les classes ou groupes sociaux seront suffisamment représentées, sauf si un pourcentage crucial d'entre eux est suffisamment instruite. Ce type d'éducation est légèrement différent du système éducatif moyen des sociétés modernes. Il devrait être un système de production de citoyens plutôt que de travailleurs qualifiés des entreprises ou de gestionnaires. En fin de compte, un homme vraiment libre, qui mérite de vivre dans une démocratie est celui qui a l'esprit d'équité : qui a le sens de l'entière responsabilité de l'état de l'ensemble, conscience de groupe, et qui est disposé à servir les besoins de la richesse commune.