Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Bulletin / Derniers numéros / 2008 #4 - Quelq... / RISQUE  

RISQUE

Le risque est une part inévitable de la vie, et ceux impliqués dans la finance le comprennent bien. Quantifier le risque autant que possible, et le réduire là où ils le peuvent, les concernent donc. Cette politique fonctionne généralement assez bien, mais là où l'ensemble du marché sous-estime systématiquement le risque lié à certains types d'investissement, le danger d'une bulle spéculative apparaît.

Pour examiner la crise actuelle de manière plus détaillée, il est utile de réfléchir sur l'un des concepts évoqué longuement par Alice Bailey dans ses livres, à savoir les rayons. Les rayons sont dits être les énergies majeures qui conditionnent la conscience, et le rayon principalement en rapport avec l'argent et les finances est le troisième rayon de l'Intelligence Active. Comme tous les rayons, cette énergie est essentiellement neutre, mais peut produire des effets tant positifs que négatifs. L'un de ses effets négatifs est une tendance à l'intelligence et à l'amour de la complication tournées vers son propre intérêt, ce qui a conduit, comme on l'a noté plus tôt, à la création d’instruments financiers de plus en plus complexes. On aurait pu penser qu’il n'y a rien de très compliqué à un prêt hypothécaire - un prêt garanti contre les biens. Mais par le processus du génie financier, des millions de prêts hypothécaires, accordés aux personnes avec peu ou pas de contrôle, à condition de pouvoir les rembourser raisonnablement, (la soi-disant «sous-prime » des prêts hypothécaires) ont été divisés en milliards de minuscules morceaux, puis re-combinés en paquets financiers appelés Obligations de Dettes sur Nantissement (CDO). Et il existe d'autres instruments financiers encore plus exotiques, tels que les échanges de défauts de crédit, impliqués dans la crise actuelle. Ce sont les soi-disant «actifs toxiques» qui empoisonnent le système financier.

Pourquoi scinder comme cela les prêts hypothécaires ? La réponse brève est : tenter de réduire les risques. Les prêts hypothécaires sous-prime sont à risque en raison du manque de sélection des emprunteurs. En divisant un prêt hypothécaire sous-prime et en distribuant les fragments sous un certain nombre de CDO, chaque CDO devrait devenir un investissement moins risqué que l'ensemble de l'hypothèque, parce que, alors qu'un emprunteur hypothécaire pourrait manquer à ses engagements, cela ne devrait pas se produire avec les multiples hypothèques impliqués dans le CDO. Malheureusement pour tous les intéressés - les titulaires de l'hypothèque, les responsables de transactions d’hypothèque, et les créateurs et les investisseurs dans les CDO, indirectement, à peu près tout le monde - cette hypothèse s'est révélée fausse. Le marché de la propriété(2) aux États-Unis a fait l'objet d'une longue période de croissance des prix, et il était inévitable qu’à un moment donné il y ait un réajustement. Le réajustement est arrivé, les prix ont commencé à baisser sur l'ensemble du marché, les emprunteurs ont commencé en grand nombre à faillir à leurs engagements sur leurs prêts hypothécaires, et tout à coup, les CDO ont commencé, certes, à ressembler à un très mauvais investissement. Fondamentalement, parce que les prêts hypothécaires défaillants sont disséminés dans de nombreux CDO, il est devenu presque impossible d’estimer correctement la valeur de ces CDO. Donc, ceux qui détiennent de grandes quantités de ces actifs n’ont maintenant aucun moyen de les vendre, et ignorent leur valeur, ce qui crée une grande incertitude concernant leur propre santé financière. Et comme les CDO ont été vendus à de nombreux investisseurs et institutions dans le monde entier, le problème est donc très répandu. L'une des façons dont le problème est maintenant abordé par les gouvernements est le rachat de ces «actifs toxiques» par les institutions financières. Cela, nous l'espérons, va permettre aux institutions avec de grosses participations à se rétablir, et lorsque les biens seront finalement vendus par les gouvernements, l’autre espoir est qu'ils soient vendus à peu près à leur valeur initiale, afin d'assurer que peu ou pas de perte - ou peut-être même des bénéfices - aux contribuables.

Ainsi, une grande partie de la crise actuelle porte sur la difficulté d'évaluer correctement les risques. Il semble étrange que la banque, qui par le passé, avait eu la réputation de répugner fortement à prendre des risques, jusqu’au point même de stagnation, ait occupé principalement l’arène où cette insouciance apparente a prospéré. Peut-être l’explication la plus simple, la moins agréable à notre goût est que, se trouvant dans une position de force sur de vastes montants et flux d'argent, les banquiers ont succombé à la fascination de la richesse matérielle, ce qui les a rendus aveugles à leurs plus grandes responsabilités et aux risques encourus. Il est facile de juger et de condamner les autres pour cette faute - mais comme le Christ nous a mis en garde, juger les autres sans nous juger nous-mêmes est une erreur. Qui peut dire ce que nous aurions fait, placés dans la même situation? Mais sans montrer du doigt quiconque en particulier, on a certainement raison de dire que la cupidité a infecté le système et travaillé à son détriment.  

Haut de Page