Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Bulletin / Derniers numéros / 2012 #2 - Le Cô... / Vues Fraîches sur l'Eau  

Vues Fraîches sur l'Eau

Dans l'esprit d'une recherche libre et sans préjugés, telle que prônée par Sheldrake dans The Science Delusion, on constate qu'un certain nombre de scientifiques explorent les nouvelles frontières de la connaissance. Par exemple, le Réseau Scientifique et Médical (www.scimednet.org) est un groupe qui manifeste l'engagement explicite de fournir un forum sûr pour une discussion critique et dans un état d'esprit ouvert, des idées dépassant les paradigmes classiques de la science, la médecine et la philosophie.

Dans l'univers, une molécule parmi les plus simples, combinant deux éléments des plus communs, l'hydrogène et l'oxygène, est l'eau. Elle constitue plus de la moitié du poids de chaque être humain et se révèle essentielle à toute vie organique. En dépit de la simplicité de l'eau, quelques-unes de ses propriétés sont très inhabituelles - un exemple bien connu est le fait que la glace est en réalité, moins dense que l'eau à l'état liquide. Au fil des ans, ce fluide vital a attiré l'attention d'un certain nombre de chercheurs : l'un des pionniers était l'Autrichien Viktor Schauberger qui explora la nature de tourbillons dans l'eau. Des travaux sur les propriétés électriques de l'eau sont actuellement en cours à l'Université de Washington, sous la direction du Dr Gerald Pollack, professeur de bio-ingénierie. Son travail remet en question un certain nombre de dogmes scientifiques, y compris l'idée que les charges électriques, positives et négatives, restent séparées dans l'eau.

La principale attention du Dr Pollack porte sur l'interaction entre les couches d'eau, au niveau de leurs surfaces de contact. Après avoir utilisé, pour les étudier, une grande variété de techniques, le DrPollack et son groupe, sont arrivés à la conclusion inattendue qu'une couche d'eau possède un degré élevé de structuration qui peut s'élever à plusieurs millions de molécules d'épaisseur quand elle entre en contact avec certaines surfaces. L'« eau structurée », se comporte très différemment de l'eau en vrac. L'une des observations les plus intéressantes, est qu'une différence de potentiel existe entre l'eau structurée et l'eau en vrac, comme celle d'une pile électrique. C'est cet effet qui peut être mis en évidence, dans l'une des plus importantes - et des plus efficaces - réactions biochimiques sur la planète, la photosynthèse.

La vaste perspective ouverte par les travaux du Dr Pollack, appelle à des investigations plus approfondies. Par exemple, s'il est vrai qu'il existe un pourcentage d'eau structurée dans les cellules de tout organisme vivant, et que ce pourcentage peut être augmenté par l'application d'une énergie rayonnante, alors, émergent des applications possibles en faveur de la guérison par application d'un spectre électromagnétique. Pollack fait l'hypothèse également, que la structuration de l'eau par les rayonnements, peut avoir été impliquée dans les origines de la vie sur notre planète.

Pour plus d'informations sur les travaux du Dr Pollack, voir http://faculty.washington.edu/ghp/