Naviguer dans les chapitres de ce livre

Diagramme — Les Sept Plans De Notre Système Solaire, La Constitution De l’Homme

Diagramme — Les Sept Plans de Notre Système Solaire, La Constitution de l'Homme

[xv]

LA CONSTITUTION DE L'HOMME

La constitution de l’homme, telle qu’elle est exposée dans les pages suivantes, est fondamentalement triple :

1.           La Monade[1] ou pur Esprit, le Père dans les Cieux. Cet aspect reflète les trois aspects de Dieu :

a)       La Volonté ou la Puissance           Le Père.

b)       L’Amour-Sagesse                           Le Fils.

c)        L’Intelligence active                        Le Saint-Esprit.

L'homme n'entre en contact avec elle que lors des dernières initiations lorsqu'il s'approche de la fin de son voyage et est devenu parfait.

La Monade se reflète également dans :

2.           L'Égo, le Moi supérieur ou Individualité.

Cet aspect est virtuellement :

a)       La Volonté Spirituelle                     Atma.

b)       L’intuition                                          Bouddhi.

L’Amour-Sagesse, Le principe Christique

c)        La pensée abstraite, Le mental [2]

Supérieur                                         Manas supérieur.

L'Égo commence à faire sentir son pouvoir chez les hommes avancés, et de façon plus accrue sur le sentier de Probation jusqu'à ce que, à la troisième initiation, l'emprise du Moi supérieur sur le moi inférieur soit parfaite, et que l'aspect le plus élevé commence à faire sentir son énergie.

L'Égo se reflète dans :

3.           La Personnalité ou moi inférieur, l'homme sur le plan physique.

Cet aspect est également triple :

a)       Un corps mental                             Manas inférieur.

b)       Un corps de désirs                         Le corps astral.

c)        Un corps physique                         Le corps physique dense

et le corps éthérique.

L'évolution a donc pour but d'amener l'homme à la réalisation de l'aspect égoïque et de soumettre la nature inférieure à sa volonté.


 


[1] Voir la définition de ce mot dans le lexique, chapitre XIX. On voit ici que la Monade, employée au sens ésotérique, n’a aucun rapport avec la monade telle qu’elle est définie par la philosophie classique, notamment par Leibnitz.

[2] Le substantif «mental» traduit de l’anglais «mind» et du sanscrit «manas» désigne l’ensemble des activités se situant sur le plan mental.