Lucis Trust / École Arcane / Le pont électrique / Divers / Science, Alchimie et Transmutation Psychologique  

Science, Alchimie et Transmutation Psychologique

Conférence donnée par Laurence Newey au Theoversity : Oxford Conférence, Christ Church College, les 18 & 19 Mars 2011 sur le thème Ésotérisme & Psychologie : Le pont entre Spiritualité et Science.

 

 

Une des choses les plus passionnantes à remarquer au sujet du pont qui peut être établi entre ésotérisme et psychologie, spiritualité et science, est que ce pont existe déjà -n'ayant tout simplement pas été reconnu comme tel. Ce pont entre science ésotérique et exotérique en général, est un pont électrique - et le langage qui l'exprime est celui de l'électricité. En conséquence, nous jetterons un oeil sur l'idée d'intégrer la science de l'électricité en commençant par son application la plus vaste, à savoir, la cosmologie. C'est dans ce cadre, qu'ensuite toutes les autres sciences devraient trouver leur place, y compris dans les relations qu'elles ont toutes entre elles. Suite à cela, il nous sera possible d'envisager la renaissance future de l'alchimie dans une forme électrique, et de voir comment l'alchimie électrique établit des rapports avec les domaines de la psychologie et avec la transmutation psychologique.

Les Trois types de Mouvement

La psychologie est généralement définie comme l'étude scientifique des processus mentaux et comportementaux. Il peut s'agir des caractéristiques comportementales et cognitives d'un individu ou d'un groupe spécifique, d'une activité, ou d'une circonstance. Et, selon les termes du Dr Leary, dans le livre d'Alice Bailey L'Âme et son Mécanisme, « Le comportement des êtres humains, psychologiquement parlant, ...se réduit à des faits et des découvertes physiologiques, pouvant être reliés à des faits et des découvertes dans le domaine de la biologie, puis de la même manière, dans le domaine de la biochimie, puis dans le domaine de la chimie en général et ensuite, inévitablement, dans le domaine de la physique comme science de la matière en mouvement. »

Alors traitons en tout premier lieu de l'idée de la matière en mouvement : Pour commencer dans un cadre cosmologique, postulons à partir de la Doctrine Secrète de Helena Blavatsky, pour nous incontestable, que la caractéristique fondamentale du Cosmos est un mouvement incessant. Elle écrit : « LA VIE UNE [est], éternelle, invisible, mais pourtant Omniprésente, sans commencement ni fin, mais pourtant périodique dans ses manifestations régulières, .... Son attribut un et absolu, qui est LUI-MÊME, éternel et animé d'un mouvement incessant, est appelé en langage ésotérique, « La Grande Respiration », mouvement perpétuel de l'univers, dans le sens d'illimité, un ESPACE toujours présent. Ce qui est immobile ne peut être divin. Mais alors, il n'y a, en faits et en réalité, rien d'absolument immobile au sein de l'âme universelle ». (Préface, p.2 de la Doctrine Secrète)

Cette belle citation nous livre un point de repère pour qu'ésotérisme et science se rencontrent, un lieu de convergence aussi bien pour le penseur spirituel et que pour l'agnostique. Elle peut être le socle d'un nouveau dynamisme ésotérique : la psychologie du mouvement et de la relation manifestés par un organisme donné, en réponse aux impacts internes et externes reçus par son système de réponse.

Selon La Doctrine Secrète et Le Traité sur le Feu Cosmique, il y a trois types fondamentaux de mouvement dans le cosmos, chacun lié à un aspect de la trinité divine qui est au coeur de la plupart des grandes religions et philosophies mondiales - la Volonté, l'Amour-Sagesse, et l'Intelligence Active. Ces trois aspects sont également connus comme le feu électrique, le feu solaire et le feu par friction. Chacun des trois Dieux ou Logoï qui forment la trinité divine possèdent les trois aspects, mais démontre de façon plus dynamique l'un des aspects qui est ainsi reconnu comme son aspect dominant.

 

 

En référence au Traité sur le Feu Cosmique, commençons par le troisième Logos de la trinité, l'Intelligence Active qui s'exprime par un mouvement de rotation, dû au feu latent existant dans la matière elle-même. Le mouvement rotatif est apparent partout autour de nous - atomes, planètes, systèmes solaires et galaxies tournent tous autour de leur axe et c'est dans le périmètre de ces sphères tournoyantes et unifiées que sont à découvrir la variété et la différenciation. Par la révolution de la matière, l'activité s'accroit, rendant le matériau plus malléable et plus adaptable. Le principe actif de ce troisième Logos est Fohat, le destrier qui "fait des courses circulaires" et qui est lancé au point de l'aube d'un nouveau manvantara pour «creuser des trous dans l'espace" et lier les uns aux autres, ces tourbillons incandescents.
Le second Logos de la trinité divine, l'Amour-Sagesse, cherche, lui, à se fondre avec cette intelligence active du troisième aspect, et il ajoute au mouvement de rotation de tous les atomes Sa propre forme de mouvement, le mouvement périodique en spirale. Par ce mouvement orbital, centré sur un point focal se développant en une spirale toujours ascendante, deux résultats sont générés : tout d'abord, le rassemblement des atomes dans des formes, et ensuite, au moyen de ces formes, la mise en contact nécessaire au développement de la conscience grâce au lissage progressif et la purification des formes, à mesure que l'esprit de l'amour en spirales divines flamboyantes, progresse toujours plus haut vers la source de laquelle il vient.

Quant au premier Logos de la trinité, il exprime la volonté divine à travers une conduite, à travers l'espace, littéralement en avant de lui-même. Cette progression, est la volonté, derrière le processus évolutif, qui fait avancer l'esprit jusqu'à ce qu'il émerge de la matière avec un gain de qualité et d'aptitude qu'il a tiré des épreuves qu'il a subi. Il accroît également la vibration de la matière par ses propres moyens. La fonction de ce premier Logos est de maintenir dans la manifestation et pour la période voulue, les esprits gagnant la conscience, puis de les abstraire et les réintégrer de nouveau, dans leur source spirituelle.

Considérons cette activité électromagnétique des trois aspects divins qui opère sur tous les plans du système solaire. Jaillissant de la fusion de la Volonté pure ou Esprit avec l'Intelligence active du troisième aspect et son adaptabilité, s'élève le mouvement en spirale périodiques du feu solaire, le Rayon d'Amour-Sagesse qui construit et maintient toutes formes au sein du système solaire.

La question devient : « où se trouve cette forme en spirale qui construit le deuxième rayon dans l'univers ? » Pour répondre, nous devons revoir notre conception traditionnelle d'une cosmologie basée sur la gravité et la remplacer par une conception basée sur l'électricité.

L'Univers Électrique

 

Double helix nebula: A cosmic- sized electric Birkeland Current demonstrating the spiralling form building nature of the second ray of Love-Wisdom.
 

Nébuleuse de l'Hélice double : un courant électrique Birkeland à l'échelle cosmique montrant la forme spiralaire de la nature constructive du second rayon d'Amour-Sagesse.

Selon H.P. Blavatsky, la manière dont l'univers initie et coordonne ses processus de construction est : « Par la lumière rayonnante de l'océan universel magnétique dont les ondes électriques lient le cosmos ensemble, et dans leur mouvement incessant pénétrant chaque atome et chaque molécule de la création sans limites... Seule, » dit-elle, « l'étude de cet agent, le souffle divin, peut dévoiler les secrets de la psychologie. » (Isis Dévoilée, p.28.)

Pour commencer à déverrouiller ces secrets, la science va d'abord découvrir les courants sous-jacents électriques qui circulent dans l'ensemble de l'existence manifestée. Et en effet, les physiciens d'avant-garde dans le domaine du plasma ont déjà révélé les aspects les plus bas de ces courants, à travers la découverte que des courants électriques envahissent les vastes zones de l'espace apparemment vides. Ce fut un moment d'intuition exceptionnelle qui, dans les années 1920, conduisit le chimiste industriel et lauréat du Nobel, Irving Langmuir, à inventer le terme de "plasma" pour désigner les gaz électrifiés, proliférant dans les espaces interstellaires, qu'il s'était mis à rechercher. Il nota que ces gaz transportaient des ions et des électrons à l'instar du plasma sanguin qui transporte les globules rouges et blancs. Ce plasma, existant à la fois dans l'espace et dans le sang, est en effet, constitué de fluides électrifiés qui transportent ensemble d'une région à l'autre, de l'énergie et diverses substances.

Un autre lauréat du Nobel, le physicien des plasmas,Hannes Alfven, a fait remarquer que dans la magnétosphère terrestre « il existe de minces couches plutôt stables qui séparent des régions de différentes magnétisations, densités, températures, etc... Il est difficile de ne pas en conclure que des phénomènes similaires existent aussi dans des régions plus lointaines. Cela permet d'aller jusqu'à donner à l'espace une structure générale cellulaire (ou plus exactement, une structure de paroi cellulaire). »

En accord avec les enseignements de la Sagesse sans Âge qui considèrent l'espace comme une entité, la découverte des parois cellulaires électriquement structurées dans l'espace, est très significative. Et en rapprochant les pensées de ces deux grands scientifiques, il vient à l'idée que grâce à la structure cellulaire de l'espace, se déploie un flux artériel d'électricité, formant, effectivement, un énorme circuit intergalactiques ou système sanguin cosmique. Dans notre coin de la galaxie, le soleil au sein de ce circuit galactique, forme un sous-circuit, recevant et émettant un flux de particules chargées qui se déverse dans et hors des régions polaires de toutes les planètes, se reflétant en miroir dans le macrocosme, par le flux sanguin des cellules se déversant à travers le cœur dans tous les organes.

CELLULES DANS L'ESPACE

 

Planetary nebula NGC 6826: a star under electrical stress showing plasma cells nearest the star glowing brightest due to the strong electric field across each cell wall.
 

Nébuleuse planétaire NGC 6826 : étoile sous tension électrique montrant que les cellules plasmatiques ceinturant l'étoile la rendent plus brillante par l'effet de l'intense champ électrique de chaque paroi cellulaire.

Comme l'affirment les scientifiques du plasma Thornhill Wallace et David Talbot :

de la plus petite particule à la plus grande formation galactique, un réseau de circuits électriques relie et unifie toute la nature, organisant les galaxies, énergisant les étoiles, donnant naissance à des planètes et, sur notre propre monde, contrôlant la météo et animant les organismes biologiques. Il n'y a pas d'îles isolées dans un univers électrique. (2) www.thunderbolts.info

Leur affirmation que nous vivons dans un univers électrique est basée sur le fait que le plasma constitue jusqu'à 99 % de celui-ci - plasma étant généralement décrit comme une mer presque neutre de particules chargées appelées électrons et ions qui réagissent collectivement aux forces exercées par les champs électriques et magnétiques. Alors qu'il est généralement décrit comme un gaz ionisé ou électriquement conducteur, le plasma est également considéré comme un état distinct et fondamental de la matière. Parce qu'il se trouve souvent sous forme de gaz ionisé, il semble raisonnable de penser que ce milieu conducteur est une interface entre l'invisible, les royaumes subtils de l'être et l'état gazeux de la matière. Grâce à cette masse de particules chargées électriquement, les idées cosmiques des formes galactiques, des soleils et des planètes ont la possibilité de parvenir dans la lumière du jour, à la dernière étape de leur descente à partir des plans archétypaux.

Courants de Birkeland et Doubles Couches

Une idée cosmique est électromagnétiquement transférée du niveau éthérique au niveau gazeux via l'état de plasma, et c'est à la façon dont l'électricité fonctionne dans le plasma que la force de construction de l'univers peut être comprise. Nous pouvons voir le mouvement spiralaire du deuxième aspect de la Trinité - l'Amour-Sagesse ainsi formé - aspect constructeur que nous venons de mettre en évidence dans le phénomène des paires de courants électriques dans l'espace, s'enlaçant l'un l'autre pour former des hélices doubles. Ces paires sont connues comme étant des courants de Birkeland, et toute matière existant entre ces paires électriques spiralaires, subit une compression énorme. Ses éléments constitutifs sont mélangés - non pas d'une façon homogène, mais arrangés selon leurs potentiels électriques. Selon les cosmologistes du plasma, il faut s'attendre à trouver ce processus, partout dans l'univers, et ils suggèrent que c'est ainsi que la séparation chimique se produit dans des plasmas cosmiques. Par ailleurs, ce peut être aussi, la façon dont les soleils et les planètes furent formées. Dans les expériences de laboratoire, la matière confinée dans le tourbillon central créé par l'arc électrique est « pincée » dans des zones sphériques de compression, et la matière y siégeant, peut être soumise à un degré plus ou moins grand de fusion. Si ce processus se déroule sur les niveaux cosmiques, son rôle dans la formation des étoiles et des planètes devient manifeste.

 

 

Ce diagramme montre un courant de Birkeland typique avec le centre z de la zone de pincement, en tant que volume cylindrique interne à la spirale où la compression extrême de la matière peut avoir lieu. I = courant, B = champ magnétique. D'après The Electric Sky, D.E.Scott.

« En haut comme en bas », la grande maxime occulte s'accomplit. Et en fait, l'idée d'un modèle de construction en spirale n'est pas nouvelle si on se rappelle les spirales familières biologiques de l'ADN qui jouent un rôle important dans la façon dont les organismes sont créés, informés et maintenus. La science a encore à découvrir que derrière chaque brin d'ADN se trouve une spirale de force électrique, et qu'en effet, l'atome lui-même est constitué de forces électriques spiralaires qui constituent l'interface entre composants physiques et composants subjectifs de tous les organismes. La science ésotérique a toujours préconisé que la force électrique sous-tend tous les processus constructifs de l'univers.

 

The Cygnus Loop: A close up of a Birkeland current
 

La Boucle du Cygne: le gros plan d'un courant de Birkeland

L'Alchimiste-Électricien

Donc, voyant bien le mouvement du second rayon d'Amour-Sagesse dans son activité de construction sur le plan physique, que dire du processus de construction dans la conscience, c'est à dire à travers les pensées que nous construisons sans cesse dans notre vie quotidienne, consciemment et inconsciemment ? Aussi éloigné que soit celui qui est le constructeur conscient de la pensée, la cavité au milieu du cerveau, est l'endroit où le travail magique se réalise consistant à mettre en contact la pensée avec le plan physique. C'est ici que le magicien utilise la spirale en ordonnant à la nature électrique du deuxième rayon d'Amour-Sagesse de construire les différents degrés de substance de sa forme-pensée. Alice Bailey a écrit que la base scientifique de tous les travaux de méditation est réellement à trouver dans l'aspect, fondamental mais jusque-là inconnu, que l'on appelle l'électricité.

C'est en rassemblant tout cela que nous aurons à notre disposition, dans les temps qui viennent, tout ce qu'il faut pour que l'alchimie renaisse sous une forme nouvelle qui sera électrique. Quel que soit le nom par lequel on la désigne encore largement, son nom nouveau sera le plus grand de tous, par sa nature de synthèse -ce sera littéralement le nom de la science de la synthèse - en tant que mise en oeuvre de la force électrique reliant de nouveau, ce qui avait été séparé. Pour toute forme en particulier, cela signifiera la rupture d'un processus originel par la dissipation de vies électroniques négatives en les rendant inaptes à assumer la charge fantastique de stimulation qu'elles faisaient subir au noyau positif de vie de la forme en question. C'est la phase radiante ou « transmutation en train de s'accomplir ». Elle permet à l'essence centrale de la forme de reprendre sa liberté et de rassembler autour d'elle, un nouvel arrangement de vies électroniques lui permettant de faire face aux taux vibratoires nouveaux dont elle est désormais le siège.

L'alchimie se fit connaître comme art spagyrique, le mot ayant des racines grecques signifiant "séparer puis regrouper".

L'évolution elle-même est spagyrique, impliquant la densification de l'esprit et sa séparation dans la matière suivi par sa réunification en quelque chose de plus grand, - de quelque chose « de plus » que ce qu'il était initialement. Ce quelque chose en plus, nous l'appelons « conscience », et il vient se manifester à travers les relations toujours changeantes que l'esprit forme dans la matière qu'il traverse. L'homme étudie ces relations changeantes à travers les sciences diverses - dans leur forme la plus grossière à travers la chimie, la biologie, l'anatomie et ainsi de suite, et dans leur forme la plus subtile à travers la psychologie. Cependant, la relation entre les sciences grossières et les sciences subtiles, entre les aspects matériels et immatériels de l'homme, semble avoir été perdue, et c'est cette science de synthèse qu'est l'alchimie qui peut la révéler de nouveau - et, assez curieusement par la révélation de la nature des métaux.

Dans les leçons de chimie du secondaire oubliées de nos jeunes, on énonçait le fait surprenant que plus de soixante-cinq pour cent des éléments qui composent le monde sont des métaux ; et de loin le plus surprenant, à la lumière des enseignements ésotériques, que ces métaux contiennent l'essence des facultés éventuelles de l'homme, mentales, émotionnelles et spirituelles. Commençant comme des émanations des Sept Hiérarchies Créatrices de l'Être (les régents spirituels des planètes), ces puissances se différencient par leur couleur et leur son respectifs. De ce fait, les sons se matérialisent par les esprits des métaux - les Elémentaires métalliques - et enfin dans les métaux physiques denses eux-mêmes, après quoi l'arc ascendant de l'évolution commence. À partir du règne minéral, cette « radieuse essence harmonique et vibratoire » est absorbée par les plantes, leur donnant couleur et parfum ... à partir des plantes, elle passe dans les animaux, et enfin elle culmine dans les « principes » de l'homme - l'intuition, le mental supérieur, le mental inférieur, les passions, les instincts, et ainsi de suite.

La raison pour laquelle les métaux fournissent la clé de cette alchimie de la synthèse, c'est qu'ils sont pleins de charge électrique mobile - en d'autres termes, les vies électriques négatives sont toujours prêtes à se séparer et à se recombiner dans de nouvelles relations pour s'adapter à la nature transmutatoire de la vie intérieure. Les métaux sont donc toujours sur le point d'interagir électriquement et cette potentialité électrique et alchimique du métal est mise en oeuvre quand son essence vibratoire se meut à travers les autres règnes de la nature aussi bien qu'elle est à la base des interactions psychologiques en l'être humain.

Même d'un point de vue strictement physique, l'homme est un être électrique, s'appuyant sur les métaux pour communiquer. Le cerveau humain est constitué de plus de 100 milliards de cellules nerveuses chacun possédant environ 100.000 connexions. À chaque seconde, des milliards de signaux électriques sont transmis entre les neurones - transmissions qui rendent trivial l'Internet, en comparaison. Et ce sont des métaux, le sodium et le potassium, agissant comme des piles ou des pompes, qui régulent l'équilibre de l'énergie électrique dans chaque membrane cellulaire. Tout ce que nous voyons, sentons, imaginons ou nous rappelons, s'exprime à travers un monde de signaux électriques, tous relayés et communiqué jusqu'à et à partir de la conscience centrale dans le cerveau, à travers les liaisons ioniques formées par attraction électrostatique entre ces métaux.
La magie blanche est émise dans les «airs vitaux» de la cavité existant dans le cerveau et un pourcentage de ces courants de feu pranique sont automatiquement précipités dans le corps, en tant que force électrique, provoquant la transmutation physique et psychologique. Les anciens enseignements ésotériques appellent celui qui ancre et tisse les premiers fils ténus de l'antahkarana - le pont entre l'esprit inférieur et l'esprit supérieur - « Un tisserand dans l'ouvrage fohatique », « Fohat » étant un terme sanskrit désignant l'énergie ardente la plus subtile de la création - « l'essence de l'électricité cosmique ».

 

 

Dès que ce pont de communication est établi et que l'énergie se déverse à partir des niveaux spirituels, les aspects supérieurs et inférieurs de l'esprit sont fusionnés en un point focal créatif, au centre d'un champ magnétique intense. C'est à ce stade que le travail de l'alchimiste-électricien entre en jeu, et les outils de son métier sont des symboles. Une puissance psychométrique supérieure est employée par laquelle l'esprit, agissant comme un électro-aimant, combine la capacité d'attirer et de repousser, de telle façon que les puissances gisant derrière un symbole, peuvent être intelligemment évoquées. Le symbole, alors, prend vie avec la couleur, le son et le mouvement, son essence ardente se mêlant aux feux atomiques des trois plans inférieurs, éveillant à l'activité les vies de certains Devas ; des puissances spécifiques fusant à l'extérieur, provoquant, non seulement un effet de transmutation sur la conscience humaine, mais aussi un effet alchimique sur la substance élémentaire dans laquelle la conscience humaine fonctionne habituellement.

Les Sept Rayons de la Vie

Ainsi la conscience évolue par la tension dynamique du mouvement électrique en réponse à des stimuli externes et internes, et aussi loin que nous pouvons regarder, à trois types de mouvement qui correspondent à la Trinité qui figure au cœur de tant de religions. Volonté, Amour, Intelligence. Cependant nous devrions aussi considérer un autre nombre divin qui découle du trois et qui est le sept. Toutes les triades peuvent être regroupées de sept manières différentes selon le rapport de leurs puissances entre elles et, dans les termes de la philosophie ésotérique elle-même, la Trinité divine dans sa nature, produit sept combinaisons de puissances électriques et de mouvements qui sont connus comme les Sept Rayons de la Vie.

LES SEPT RAYONS

LES SEPT RAPPORTS DE PUISSANCE PRODUITS PAR LA TRINITÉ SONT :

1 La Volonté
2 L'Amour-Sagesse
3 L'Intelligence active
4 L'Harmonie, la Beauté et l'Art
5 La Science et la Connaissance concrète
6 La Dévotion et l'Idéalisme
7 L'Ordre et la Magie cérémonielle

Chaque unité de conscience se trouve appartenir à l'un de ces sept types de phénomènes électriques en tant qu'expression, grande ou petite, de sa qualité générale. Les trois premiers rayons possèdent les mêmes noms et caractéristiques de la Trinité divine que nous avons étudiés précédemment, à savoir, la Volonté, l'Amour-Sagesse et l'Intelligence active. On les connait en tant que rayons d' Aspect, étant des expressions de la nature ou qualité de la divine Trinité. Les quatre autres rayons sont appelés rayons d' Attribut car ils sont enracinés dans le troisième aspect de la Trinité, l'Intelligence active. Ce sont différents modes de l'activité intelligente, ces attributs trouvent leur synthèse dans le troisième rayon. On les connait comme étant : le Quatrième Rayon de l'Harmonie, de la Beauté et de l'Art. Le Cinquième Rayon de la Connaissance concrète ou Science. Le Sixième Rayon de la Dévotion ou de l'Idéalisme. Le Septième Rayon de l'Ordre cérémoniel ou Magie. La nature de ces rayons d'Attribut ne peut être immédiatement saisie comme on le fait avec les rayons d'Aspect, ils doivent être considérés comme des modes de l'activité intelligente - en tant que manières avec lesquelles la vie s'adapte en organisant la force, la substance et la matière.

Toutes les unités de conscience, en partant des Dieux jusqu'aux atomes, sont colorées par les sept rayons, mais sont en résonance avec la qualité de l'un d'eux plus qu'avec celles des autres. Dans le cas d'un être humain, ce rayon de base est le rayon de l'âme, mais nous avons aussi le rayon de la personnalité et aussi les rayons qui conditionnent les corps mental, émotionnel et physique. Cette interrelation entre les rayons d'un individu, crée un vaste champ de possibilités et cette riche diversité de la conscience humaine telle que nous la voyons s'exprimer dans le monde. Une étude de rayons est une étude de psychologie ésotérique, ainsi le développement individuel peut être évalué par la mesure de l'harmonisation mutuelle des rayons conditionnants étant tous sous l'empire du rayon de l'âme. Dans la psychologie à venir, cette façon d'aborder le développement humain sera de plus en plus manifeste et les relations internes de la personnalité dans son interaction avec l'environnement, sera bien mieux comprise.

LES RELATIONS DES RAYONS AVEC LES CENTRES

1 Centre de la Tête Rayon de Volonté ou Puissance Premier Rayon
2 Centre Ajna Rayon de la Science concrète Cinquième Rayon
3 Centre de la Gorge Rayon de l'Intelligence active Troisième Rayon
4 Centre du Coeur Rayon de l'Amour-Sagesse Deuxième Rayon
5 Plexus solaire Rayon de la Dévotion Sixième Rayon
6 Centre sacré Rayon de Magie cérémonielle Septième Rayon
7 Base de l'Épine dorsale Rayon de l'Harmonie Quatrième Rayon

Les rayons travaillent par les centres ou chakras ; le tableau ci-dessus, montre, dans le cas de l'être humain avancé ou de l'aspirant spirituel, le rayon qui conditionne chaque centre particulier. Ce sont les sept principaux centres de l'être humain qui sont listés ici. En poursuivant, derrière les centres, se tiennent les sept principales glandes qui sont indiquées dans le tableau ci-dessous, travaillant de ce fait, à la sécrétion d'hormones dans le sang, à travers le système endocrinien. La production et la sécrétion d'hormones, à partir du système endocrinien, est une fonction du corps humain, partagée avec le système nerveux - le cerveau étant à l'origine de tous les signaux électriques libérant les hormones. L'interdépendance de ces deux systèmes du corps humain, est une découverte scientifique récente ; auparavant les scientifiques croyaient que le fonctionnement et la régulation du système endocrinien et le système nerveux, étaient indépendants.

LES CENTRES LES GLANDES
Centre de la tête Glande pinéale
Centre entre les sourcils Corps pituitaire
Centre de la gorge Glande thyroïde
Centre du coeur Thymus
Plexus solaire Pancréas
Centre sacré Gonades
Centre à la base de la colonne vertébrale Glandes surrénales

On dit que « Tels que sont ses glandes et son système nerveux, tel est l'homme. » Son tempérament, ses qualités naturelles et son comportement intelligent aussi bien dans ses expériences de vie que dans son environnement sont déterminés par son système endocrinien. Mais nous plaçant à l'arrière-plan de celà, on peut dire que « Tels que sont ses centres, tel est l'homme. » Le repos ou l'activité de certains points focaux d'énergie dans son corps éthérique, déterminent le caractère de l'homme, son mode d'expression, le type de corps qu'il possède et sa longévité. Ses activités sur le plan physique dépendent entièrement de la qualité des forces qui s'écoulent à travers ses centres. Et si, encore une fois, on continue de se se placer en arrière plan, on dira que les glandes, les névroses aussi bien que les centres sont conditionnés par le contrôle ou le manque de contrôle exercé par l'âme travaillant à travers les sept rayons de vie.

Les sept types de phénomènes électriques que nous appelons les sept rayons sont donc les grands outils de création de l'alchimiste-électricien. En effet, lorsque le grand magicien blanc, l'âme, choisit de s'incarner dans les mondes inférieurs, son type de rayon déterminera la méthode employée pour s'approprier la substance qui formera son corps d'expression sur le plan physique. Plus précisément, le tableau ci-dessous indique les différentes techniques d'appropriation électrique de la substance, la qualité qui imprègne le processus, et le type de substance utilisée pour la construction de la forme. Nous pouvons passer, tranquillement quelques instants, à réfléchir sur la façon dont ces différentes techniques sont également applicables quand les formes-pensées se construisent dans la méditation. C'est en fonction de la structure de rayons de l'alchimiste-électricien du futur, que les différentes techniques de construction des formes-pensées seront employées pour aider l'humanité dans le processus de la transmutation psychologique.

Rayon Energy Technique Quality Source
1 Puissance ou Volonté Saisir Dynamisme Substance dynamiquement électrifiée
2 Amour Sagesse Attirer Amour Substance magnétiquement électrifiée
3 Intelligence active Sélectionner Intelligence Substance électrifiée d'une façon diffuse
4 Beauté ou Art Unifier Unification Substance harmoniquement électrifiée
5 Science Différencier Discrimination Substance électrifiée par cristallisation
6 Idéalisme Réagir Sensibilité Substance fluidiquement électrifiée
7 Organisation Coordonner Émergence Substance physiquement électrifiée

Pour l'instant, cette forme d'ésotérisme avancé reste pour le très petit nombre. Malgré cela, un plus d'informations sur la façon de travailler des magiciens blancs, viendra naturellement à ceux qui se purifient suffisamment ainsi que leurs motivations en montrant une volonté de travailler silencieusement dans les coulisses du service à l'humanité. Pour l'humanité dans son ensemble, des informations plus générales sur les rayons viendront, à mesure de la capacité qu'elle acquerra, de les utiliser pour le bien de tous. C'est ce qu'indique Alice Bailey dans son livre Psychologie Ésotérique, volume II, où nous lisons : « Qu'il y ait une chose telle que l'électricité, qui justifie probablement tout ce qui peut être vu, senti et connu, et que l'univers entier est une manifestation de la puissance électrique, - tout cela peut être indiqué, étant aujourd'hui en voie d'être reconnu... Quand l'homme arrive à une meilleure compréhension du corps éthérique et de ses sept centres de force (tous liés aux sept rayons), qui dans leur expression, montrent les sept caractéristiques et techniques, alors un peu de lumière supplémentaire peut être intelligiblement jeté sur la nature des sept types de phénomènes électriques que nous appelons les sept rayons. »

Psychologie des aspirants surhommes

 

 

L'Education dans le Nouvel Age se nourrira de l'imagination spirituelle des enfants et leur tendance innée à la synthèse.

Nous pouvons terminer en recherchant brièvement le type supérieur de psychologie qui régit la conscience de la personne spirituellement éveillée. On aboutira à sept tendances fondamentales en établissant ensuite, une corrélation hypothétique entre chaque tendance et l'un des sept rayons qui est l'agent chargé de lui donner électriquement l'impulsion spécifique.

1 Le Rayon de la Volonté La Tendance à la Synthèse
2 Le Rayon de l'Amour Sagesse La Qualité de la Vision Cachée
3 Le Rayon de l'Intelligence active Le Désir de formuler un Plan
4 Le Rayon de l'Harmonie par le Conflit Le Désir de la Vie créative grâce à l'Usage Divin de l'Imagination
5 Le Rayon de la Science concrète Le Facteur d'Analyse
6 Le Rayon de Dévotion et d'Idéalisme La Qualité innée à Idéaliser
7 Le Rayon de la Magie Cérémonielle L'Interaction entre les Grandes Dualités

La première impulsion est la Tendance à la Synthèse. Tout ce que le disciple fait possède une note de synthèse ; les forces disparates qui composent son environnement et les circonstances sont entraînées dans des interactions dynamiques à partir desquelles des qualités uniques et jusque-là inconnues, peuvent alors se manifester. Cette tendance est déclenchée par l'inspiration qui vient d'un autre facteur - la Qualité de la Vision Cachée. La méditation élève la vibration mentale du disciple au seuil d'une nouvelle dimension où la vision est détectée et ses qualités explorées et assimilées. Elles sont alors maintenues en latence pendant toute la journée et infusées dans tous les événements et circonstances pour combler sans cesse, l'écart de conscience entre mondes intérieurs et extérieurs.

La Qualité de la Vision Cachée est profondément occulte et révèle ce à quoi Dieu aspire. Alors que le mystique aspire à l'unification avec Dieu, comme une divinité constante et fixe ; l'occultiste considère Dieu comme un être en évolution - comme l'homme, mais à un stade beaucoup plus évolué et arrivé à une phase beaucoup plus élevée de la spirale. La prise en compte de cette importante caractéristique d'un Dieu en évolution, est une expérience déstabilisante au départ, mais elle nous aide à dépasser les limites des idées conventionnelles sur la nature de la Divinité et de nous ouvrir à une rafraichissante sensation déstabilisante nous parvenant du mystère de l'évolution de toute chose - un voyage dans l'éternel-devenir. Fini le concept d'un Dieu statique et omniscient, dans un ciel tout aussi statique et ouverture à la révélation du déroulement dynamique toujours potentiel, de toute vie, y compris celle de la divinité.

Et ainsi, amenés à un autre des facteurs conditionnant cette plus haute psychologie, nous arrivons au Désir de formuler un Plan. « Il est évident que ce désir s'étend au-delà ou est tributaire des deux précédentes tendances [la Synthèse et la Vision]. Il trouve son reflet microcosmique dans les nombreux plans et projets de l'homme fini, vivant sa petite existence ou s'affairant à courir la planète pour sur ses petites affaires personnelles. C'est cette capacité universelle de travailler et de planifier qui garantit l'existence en l'homme de la capacité de réagir aux besoins et basée sur la vision de Dieu, à la formation de groupe du plan divin. »

Cette vision du Plan de Dieu génère chez le disciple la tendance suivante : Le Désir de la Vie créative grâce à l'Usage Divin de l'Imagination. Cette tendance est une impulsion constante, subjective, à créer des formes qui expriment la compréhension d'une certaine vérité. L'initié est « essentiellement celui dont la faculté de prendre conscience est occupée avec les contacts et les impacts subjectifs et non pas majoritairement, par le monde des perceptions sensorielles extérieures. Cet intérêt entretenu à propos du monde intérieur de la signification, produira, non seulement un effet prononcé sur le chercheur spirituel lui-même, mais finira par mettre de l'accent, reconnu dans la conscience du cerveau de la race, sur le fait que le monde de la signification est pour l'humanité, le seul monde réel.

Cela conduira à la production dans le monde, d'une beauté plus vraie et par conséquent, un meilleur rendu des formes créées par rapport à la vérité intérieure qui émerge dans le monde. » Pour rester fidèlement alignés avec la vérité, les nouveaux travaux créatifs vont avoir besoin du Facteur d'Analyse, le cinquième facteur psychologique. Il traduit la capacité de distinguer mais sans produire de sentiment de séparation. C'est le Bon usage de la mise en valeur, au lieu de la séparativité. Il met en exergue un aspect ou qualité, tout en excluant temporairement ou en passant brièvement à l'arrière plan, un seul ou plusieurs autres aspects. Ce mécanisme constitue une part importante de l'action de la loi des cycles.

Cette capacité, de mettre, à juste titre, l'accent sur un objectif ou une caractéristique divine, accomplie par la Qualité innée à Idéaliser. On nous dit, "que cette puissance soit celle de la petite graine qui perce les barrières qui l'entourent pour émerger dans la lumière, ou celle d'un être humain qui passe de la mort dans la matière à la vie en Dieu, tout cela est idéalisme. C'est le pouvoir de reconnaître des idées et de les pousser en avant vers leur accomplissement. C'est la force motrice derrière l'évolution. » Ce pouvoir d'idéaliser voit l'initié déployer une septième tendance : l'I nteraction entre les Grandes Dualités qui fera que son rêve deviendra réalité. La tendance de l'initié est de se tenir en équilibre sur le fil du rasoir tranchant entre les grandes dualités de l'esprit et de la matière, les fusionnant pour construire le monde nouveau, en accord avec ses plus hauts idéaux, qui en eux-mêmes, sont basés sur la qualité de la la vision cachée.

Nous avons donc ici, sept phases majeures entre la conscience de l'homme et celle d'un surhomme. Les surhommes peuvent marcher sur la terre même, mais ils vivent dans des dimensions complètement différentes. Les sept tendances vers la fusion de l'âme démontrent qu'une psychologie plus haute est à l'oeuvre en ceux qui s'éveillent à leur véritable identité, celle d'unité spirituelle électrique parmi le flux divin de la conscience. Sûrement, à tous ici, ces tendances, seront quelque peu familières même si nous luttons encore à discipliner nos personnalités suffisamment pour qu'elles leur donnent une plus grande emprise.

Antahkarana : le Pont Électrique

 

 

Tension créatrice : La zone de compression dans un courant cosmique de Birkeland (nébuleuse du Papillon). Elle offre un beau symbole du point de tension électromagnétique généré dans la méditation comme condition préalable à la construction du pont de substance allumée entre l'esprit supérieur et l'esprit inférieur.

Les sept tendances qui définissent le comportement psychologique de l'être humain avancé sont une partie intégrante de la nouvelle science électrique des relations dont nous avons traité aujourd'hui. Cette science deviendra, sans doute, la science suprême de l'ère du Verseau. Elle a la capacité de relier le macrocosme au microcosme et de démontrer que l'univers est une unité intégrée, un super-organisme conscient. L'humanité est en voyage vers l'utilisation intelligente de la force électrique, et qu'est-ce que la construction du pont entre inférieur et supérieur, l'abstrait, le mental spirituel, si ce n'est l'exemple suprême d'un pont électrique ? Nous avons vu comment l'alchimiste-électricien génère un point de tension magnétique dans la méditation et à partir de là, établit des fils de lumière tourbillonnants, entre le mental supérieur et le mental inférieur. Le travail de groupe implique un effort uni pour construire des ponts électriques planétaires entre les surhumains et les royaumes des hommes ordinaires. Tandis que les courants fohatiques lancent vers le bas l'antahkarana fini, le groupe réagit comme un condensateur, absorbant et stockant la charge, qui, comme dans un transformateur précisément, la transfère encore plus bas à un taux abaissé, de sorte qu'elle peut sans risque, être retransmise à des états de conscience moins évolués, dans le but de stimuler et développer des capacités latentes.

Le pont électrique est une initiative allant dans ce sens : aider à enjamber le fossé entre la science actuelle et la science des initiés. Car les enseignements d'Alice Bailey nous disent que l'énergie de l'amour, dans sa forme dynamique ou électrique, constitue l'aspect volonté de l'amour que le Christ par volonté de répondre à la nécessité, utilisera au moment où il viendra. « Les vrais Mystères se révèleront aussi à travers la science, et la motivation à la recherche pour elle-même sera donnée par le Christ. Les Mystères contiennent, dans leurs formules et enseignements, la clé de la science qui déverrouillera le mystère de l'électricité - la plus grande science spirituelle et le plus vaste domaine de la connaissance divine dans le monde dont ce sont seulement les confins qui ont tout juste été touchés. » Le pont électrique est donc une initiative sans limites qui peut construire des ponts dans les relations entre tous les départements de la pensée humaine, ainsi que la préparation d'une fondation pour de nouvelles révélations.

* * * * *

haut de page ^