Lucis Trust / École Arcane / Le pont électrique / Le système sang... / Partie 5  

Le flux sanguin cosmique - Partie 5

  Suite de la partie 4

Organismes spirituels

Au début du 20è siècle, la science classique a abandonné le concept de l'éther, comme l'avait prédit H.P. Blavatsky en 1888. Elle avertissait que les scientifiques ne pourraient pas se débarrasser de ce concept « sans courir le risque de renverser les piliers du Temple de la Science, et d'être enterrés sous son toit. »1

La réintégration de l'éther est fortement nécessaire pour que la physique théorique émerge de cette condition où sa vision et sa compréhension de l'univers sont plus que jamais obscurcies par les modèles abstraits des mathématiques qui sont enracinés dans la relativité générale et la déformation de l'espace-temps. Au contraire, l'éther est un concept qui simplifie et synthétise, qui montre un univers vivant, dont les forces électriques circulent telles un flux sanguin cosmique à travers le tout. Tout ce qui a la vie, le mouvement et l'être dans ce flux – des Dieux aux atomes – sont « des idées en mouvement » qui organisent et construisent la matière en des formes temporaires grâce auxquelles elles peuvent s'exprimer objectivement.

Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas : du Macrocosme au microcosme, les ressemblances sont nombreuses. Image de gauche : l'étoile du Wolf-Rayet dans le Sagittaire. L'image du centre : Veil nébula. Image de droite : technologie Darkfield, relief phase -contrast et champs clair microscopique, sur des échantillons de cellules de sang frais et sec.
Organismes ? Image de gauche : supernova SN 1987A. Image de droite : Jellyfish (e-jelly) électronique formé d'un cercle de lumière bleue émise par des Diodes (LEDs).

L'ésotériste se regarde lui-même comme une cellule constructive dans le flux de circulation divin. Grâce à la méditation occulte et à la création de formes-pensées de lumière et d'amour, son propre sang physique est électriquement énergétisé à l'intérieur du plus grand flux sanguin logoïque, et le processus de rédemption – individuel et planétaire – est accéléré. C'est encore plus puissant lorsqu'un groupe de personnes, unies par une vision partagée, se rassemble en méditation. Des idées et des qualités d'une même fréquence vibratoire sont précipitées depuis l'âme du groupe et circulent littéralement à travers le sang de chaque membre. Un processus de rédemption de groupe apparaît alors, semblable à celui qui est décrit dans la partie 4 en relation à l'individu.

Un peu du feu atomique de la matière du plan physique – un aspect de la force kundalini – entre dans le flux sanguin du groupe à travers la respiration de chaque membre et se mélange avec les qualités et les idées qui sont imprimées dans le sang depuis les plans intérieurs. Un peu de sang est alors transmuté, et dans son état éthérique, il s'élève vers l'âme du groupe qui est infusée par l'essence embrasée, de matière atomique rachetée. L'énergie du groupe continue à circuler, et lorsque le pouvoir synthétique de la vision est suffisamment fort, le groupe persiste comme une entité subjective permanente. Uni par les qualités partagées, le groupe devient un organisme, et chaque membre un frère de sang, au sens élevé du terme.

Ceci démontre les propriétés magiques et porteuses de vie, qui se trouvent dans quelques mantrams, apparemment innocents. L'affirmation suivante, utilisée dynamiquement au moment des fêtes zodiacales, a le pouvoir d'unir et de transformer un groupe de gens, en un organisme rédempteur de travailleurs, à l'intérieur du flux sanguin cosmique :

« Je suis un avec mes frères de groupe et tout ce que j'ai leur appartient.

Puisse l'amour qui est dans mon âme se déverser sur eux,

Puisse la force qui est en moi les élever et les aider,

Puissent les pensées créées par mon âme, les atteindre et les encourager. »

Le pouvoir électrique d'un tel mantram coule littéralement dans les artères et les veines du groupe/organisme, se mêlant avec le feu de l'oxygène de l'éther pris dans l'air environnant. Les noyaux de quelques corpuscules rouges se désintègrent et s'élèvent vers l'âme du groupe, préparant l'organisme pour le second stade de la méditation – la projection de l'antahkarana vers la Hiérarchie et depuis la Hiérarchie, jusqu'au centre où la Volonté de Dieu est connue – Shamballa. Un pont électrique est alors érigé entre le ciel et la terre. L'information spirituelle peut maintenant être transmise et reçue à travers les éthers planétaires. Le rôle d'un groupe ésotérique est donc de travailler avec cette information spirituelle, afin de libérer une puissance qui enrichit le flux circulatoire divin sur les niveaux les plus bas de la manifestation égoïque. C'est la science ésotérique telle qu'elle a été pratiquée par les initiés – l'application et la transmission des forces électriques des sept rayons de vie dans le monde.

Comme il est noté dans la partie 1 du flux sanguin cosmique : la nature électrique de l'être humain sera progressivement découverte par la science – et la manière dont l'être humain est électriquement relié à son environnement est sur le point d'être reconnue. Avec chaque découverte de l'extraordinaire constitution électrique et des interactions entre toutes les vies manifestées, ce qui semble actuellement magique, mystérieux et mythique, sera inclus dans le domaine de la science orthodoxe, dans un futur qui n'est pas si éloigné. Il n'y a alors plus qu'un pas à effectuer pour considérer comment l'homme peut participer consciemment à la rédemption de la matière par ce qu'il transmet au système circulatoire du Logos.

Cellules vivantes ? Image de gauche : groupe de galaxies. Image centrale : nuée Jellyfish. Image de droite : cellules sanguines.

[1]. The Secret Doctrine, 1:331, p. 587. H.P. Blavatsky

haut de page ^