Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Concepts clé / Unité Internationale  

Unité Internationale

Unité Internationale

UNIFICATION

Les fils des hommes sont un, et je suis un avec eux.

Je cherche à aimer, non à haïr ;

Je cherche à servir et non à exiger le service dû ;

Je cherche à guérir, non à blesser.

Puisse la souffrance apporter sa juste récompense

de Lumière et d'Amour ;

Puisse l'âme dominer la forme extérieure

Et la vie, et toute circonstance,

Et révéler l'amour qui demeure sous les événements du temps.

Que la vision et l'intuition viennent.

Puisse le futur se révéler,

Puisse l'union intérieure triompher

Et les divisions extérieures cesser.

Puisse l'amour prévaloir

Et tous les hommes s'aimer.

Le défi de l'Unité Internationale

« L'Unité et les justes relations humaines-individuelles, communales, nationales et internationales-peuvent être amenées par l'action unifiée des hommes et des femmes de bonne volonté, dans chaque pays. »

La cause du trouble de l'humanité est dans le fait d'avoir pris sans donner, d'avoir reçu sans partager, d'avoir saisi sans distribuer. C'est contraire à tous les standards acceptables de comportement, dans un monde qui est de plus en plus interdépendant.

Les vraies valeurs nous ont été montrées à plusieurs reprises, mais l'humanité n'a jamais vécu à la hauteur des enseignements qui lui ont été donnés. L'impression spirituelle qui a été constamment transmise par les grands guides spirituels à travers les âges n'a pas été correctement exprimée dans la vie des gens. Ils ne pratiquent pas ce qu'ils connaissent ; ils échouent dans l'application de l'information ; ils court-circuitent la lumière ; ils ne se disciplinent pas eux-mêmes ; ils sont contrôlés par des désirs avides et une ambition immorale et non par la connaissance intérieure. Pour le dire scientifiquement et d'un point de vue ésotérique : l'impression spirituelle a été interrompue et le flux divin a été brouillé. C'est la tâche des serviteurs du monde de restaurer ce flux et d'arrêter les interférences.

Le problème immédiat que toutes les nations doivent affronter est de faire progressivement disparaître la haine et la méfiance et d'introduire les nouvelles techniques d'une bonne volonté entraînée, imaginative, créative et pratique.

La Bonne Volonté est le premier essai des individus pour exprimer l'amour de Dieu. Une personne qui pratique la bonne volonté dans une famille peut complètement changer les attitudes de celle-ci. Elle est si simple et si pratique que les gens ne reconnaissent pas sa puissance ni son effet dynamique et scientifique. La Bonne Volonté réellement pratiquée dans les groupes, dans n'importe quel coin du monde, par les politiciens et les religieux dans n'importe quelle nation du monde, peut révolutionner le monde et conduire à des relations humaines justes et paisibles.

Perspective mondiale

Les gens pensent aujourd'hui en termes planétaires. Ils sont conscients des événements dans les contrées lointaines ; ils ne sont plus les esclaves de leur instinct aveugle et ne sont plus propulsés dans l'action par les réactions passagères du corps physique. Ils sont capables de prévoyance, de prudence, d'une planification intelligente et d'une coopération organisée. Ils ont la perspicacité psychologique nécessaire, qui sera bénéfique à leurs plans et à leurs buts et qui permettra de larges relations avec les autres, à la fois dans le groupe économique et social proche et de l'autre côté du monde.

Les civilisations complexes et extrêmement organisées - socialement, économiquement et politiquement - des temps modernes, ont succédé aux simples civilisations primitives. La culture des siècles derniers, les arts, la littérature, la musique et la philosophie de tous les temps, est aujourd'hui à la disposition du citoyen moyen.

L'histoire décrit la farouche détermination de chaque nation de préserver ses frontières à n'importe quel prix, de conserver sa culture et sa civilisation intactes, de les enrichir si possible, et de ne rien partager avec les autres nations, excepté pour un profit commercial à condition qu'il existe une législation internationale. Plus récemment, existe une aide internationale de différentes sortes, mais elle est largement déterminée par les intérêts des donateurs, excepté lorsqu'il s'agit d'une organisation impersonnelle, telle que les Nations Unies. Cette attitude néfaste a non seulement renforcé le sens de la séparativité, mais elle a aussi conduit à l'exploitation des groupes les plus faibles et fréquemment, à la ruine de la vie économique des masses par une seule poignée de groupes puissants. Pourtant, tout le temps, l'humanité est une et les produits de la terre appartiennent à tous.


Le problème économique

Si nous considérons la préservation de la paix, il apparaît immédiatement que la paix, la sécurité et la stabilité du monde sont essentiellement liées aux facteurs économiques mondiaux. Là où la distribution des richesses du monde est inégale, là où certaines nations ont et prennent tout alors que d'autres manquent même du minimum vital, il est évident qu'existe un terrain propice aux troubles, dont il faut se préoccuper. Tout le problème est aggravé par « l'explosion natale » d'après-guerre qui demande des mesures spécifiques de contrôle. Lorsque l'indigence sera supprimée, la principale cause de guerre disparaîtra. L'unité mondiale et la paix doivent donc être essentiellement envisagées d'un point de vue économique.

La cessation des combats (1945) fournit l'occasion d'inaugurer un mode de vie nouveau et meilleur et d'établir la sécurité et la paix, après lesquelles tous les hommes soupirent. Trois groupes ont immédiatement surgi dans le monde :

  1. Les groupes puissants, réactionnaires et conservateurs, désireux de préserver autant du passe que possible, doués d'un grand pouvoir, mais sans vision.
  2. Les idéologistes fanatiques de chaque pays, communistes, démocrates et fascistes.
  3. Les masses inertes du peuple de tout pays, ignorantes en grande partie, ne désirant que la paix après la tempête et la sécurité au lieu du désastre économique. Elles sont victimes de ceux qui les régissent, à cause des anciennes coutumes établies et on leur cache la vérité sur la situation mondiale.

Tous ces groupes exercent à présent leur influence. Les groupes réactionnaires, parce que l'argent leur donne le pouvoir, ou qu'ils ont de hauts postes dans le gouvernement. Les idéologistes, parce qu'ils répondent aux exigences de genres d'esprits différents, qui voient la nécessité du changement et croient qu'une idéologie imposée pourrait l'effectuer. Les masses rudimentaires, par la force croissante de la misère qu'elles subissent et leur éveil graduel au véritable état des choses. Tous ces facteurs produisent les désordres actuels et conditionnent les délibérations des Nations unies. Sans qu'il y ait de guerre "chaude", il n'y a point de paix, point de sécurité et nul espoir immédiat de l'une, ni de l'autre, aussi longtemps que le développement des armes nucléaires continue.

Il est essentiel, pour le bonheur futur et le progrès de l'humanité, que les mauvaises moeurs anciennes ne reviennent point, ni en politique, ni dans la religion, ni dans l'économie. En traitant ces problèmes, j'ai donc essayé d'indiquer les conditions fâcheuses qui ont amené l'humanité à sa présente condition de désastre cataclysmique. Ces conditions résultent, je l'ai dit, des fois religieuses, dont les idées n'ont pas avancé depuis des siècles ; de systèmes économiques qui insistent sur l'accumulation des richesses et biens matériels, en abandonnant tout le pouvoir et les produits de la terre entre les mains de relativement peu d'hommes, tandis que le reste de l'humanité lutte pour subsister à grand-peine ; enfin de régimes politiques livrés à des gens corrompus, totalitaires, spéculateurs et qui préfèrent les places et le pouvoir à leurs semblables..

Santé spirituelle

La raison de la politique corrompue et des combinaisons ambitieuses et accapareuses de tant de chefs dans le monde se trouve dans le fait que les hommes et les femmes de mentalité spirituelle n'ont pas brigué, comme l'exigeaient leur devoir spirituel et leur responsabilité, la conduite du peuple. Ils ont abandonné le pouvoir à des mains indignes et permis aux égoïstes et aux indésirables d'être chefs.

Le mot "spirituel" n'appartient pas aux Églises et aux religions. "La religion pure et sans tache" est pure charité et imitation sans égoïsme du Christ. Comme je l'ai montré au chapitre VI, les Eglises elles-mêmes constituent de vastes systèmes capitalistes ; surtout l'Eglise catholique, et manifestent fort peu l'esprit qui animait le Christ. Les Eglises ont eu leur chance, mais elles ont peu fait pour changer les coeurs des hommes, ou pour le bien du peuple. Selon la loi cyclique, les idéologies politiques et les plans nationaux ou internationaux retiennent maintenant l'attention des peuples et, partout, des efforts sont tentés pour amener de meilleures relations humaines. Aux yeux des gens spirituels et des philanthropes éclairés, c'est un signe de progrès et l'indication sublime de la divinité innée en l'homme. Est vraiment spirituel, ce qui relie correctement l'homme à l'homme et l'homme à Dieu et démontre en un monde meilleur l'expression des Quatre Libertés pour la planète entière.

  1. La première est la liberté de parole et d'expression, partout dans le monde.
  2. La deuxième est la liberté de chacun d'adorer Dieu à sa manière, partout dans le monde.
  3. La troisième est l'affranchissement du besoin, ce qui, traduit en termes mondiaux, signifie une entente économique qui assurera à toute nation, pour tous ses habitants, une vie saine dans la paix, partout dans le monde.
  4. La quatrième est l'affranchissement de la peur, ce qui, traduit en termes mondiaux, signifie réduction mondiale des armements, à tel point et de manière si complète qu'aucune nation ne sera plus en mesure de perpétrer une agression physique sur aucun de ses voisins, où que ce soit dans le monde.

Ce qui est spirituel a pour motif l'établissement du Royaume de Dieu sur terre; ceci ne peut advenir tant que les affaires humaines et la vie des hommes aient profondément changé.Il n'est plus possible de séparer les affaires humaines de la réalité spirituelleet de la vie désintéressée. Le changementde l'ordre ancien, l'éveil de l'humanité à de nouvelles possibilités et la purification de l'arène politique et économique, sont aujourd'hui les facteurs de la plus grande valeur spirituelle.


L'Éveil de l'Humanité

Le monde aujourd'hui est plein de voix contradictoires. Partout, on proteste contre les conditions mondiales ; tout est mis en lumière ; les injures sont criées du haut des toits, comme le Christ a prophétisé qu'elles le seraient. La raison de tous ces cris, toutes ces disputes et ces critiques bruyantes est que les hommes, en prenant conscience des faits, se sont mis à réfléchir et à élaborer des plans, ils sont conscients de la culpabilité existant en eux. Leur conscience les inquiète ; ils constatent l'inégalité des chances, les graves abus, les distinctions invétérées entre les hommes, les discriminations raciales et nationales. Ils remettent en question leurs buts individuels, aussi bien que les plans nationaux.

Les masses humaines, partout commencent à comprendre qu'elles sont pour une large part responsables de ce qui ne va pas, et que leur inertie, faute d'action correcte et de pensée juste, les a conduits au fâcheux état de choses actuel du monde. Ce que j'ai à dire constitue donc un défi et jamais un défi n'est tout à fait bien reçu. Cet éveil des masses et la détermination des forces réactionnaires et des intérêts financiers de conserver l'ancien et de combattre le nouveau sont en bonne partie responsables de l'actuelle crise mondiale. La lutte entre les forces anciennes, bien retranchées, et le nouvel idéalisme qui émerge constitue le problème d'aujourd'hui. D'autres facteurs, si importants soient-ils individuellement ou nationalement, sont relativement négligeables du point de vue véritablement spirituel.

L'unité, la paix et la sécurité des nations, grandes et petites, ne sauraient être atteintes en obéissant aux injonctions de l'avide capitaliste ou des ambitieux de n'importe quel pays et pourtant, dans bien des circonstances, leurs avis sont acceptés. Elles ne se laisseront point gagner par l'influence de n'importe quelle idéologie, si bonne apparaisse-t-elle à ceux qui sont conditionnés par elle. Pourtant, il en est qui cherchent à imposer leur idéologie au monde, et je ne me réfère pas à la seule Russie. On ne les atteint pas en demeurant assis et en laissant le soin de changer les conditions à Dieu ou au processus de l'évolution. Pourtant, il en est qui ne font rien pour aider, même en connaissant bien les conditions dans lesquelles doivent agir les Nations unies.

L'Unité, la paix et la sécurité viendront grâce à une prise de conscience intelligente des maux qui ont amené la situation actuelle du monde, suivie de démarches avisées, pleines de compréhension et de compassion, qui amèneront l'établissement des justes relations humaines, la substitution de la collaboration au système de rivalités actuelles et l'éducation des masses de chaque pays sur la nature de la vraie bonne volonté et de sa puissance jusqu'ici inemployée. Cela entraînera au profit de méthodes d'éducation correctes, le détournement d'innombrables millions d'argent qui ne seront plus utilisés par les forces guerrières pour être convertis en armées, marines et armements.

Les pas que l'humanité accomplit aujourd'hui, conditionnera le Nouvel Âge et déterminera notre destinée. Sera-ce un destin d'annihilation, de guerre planétaire, de famine mondiale, de pestilence, de nation s'élevant contre nation et d'effondrement complet de tout ce qui donne du prix à la vie ? Tout cela pourrait bien arriver, si des changements fondamentaux ne sont pas effectués et réalisés dans la bonne volonté et la compréhension aimante.

Par ailleurs, nous pouvons avoir une période (difficile, mais utile parce qu'instructive) d'adaptation, de concessions, d'abandons. Nous pouvons avoir une période de juste reconnaissance et de chances partagées, d'un effort commun pour amener les justes relations humaines et une méthode éducative qui formera la jeunesse de toutes les nations à agir en citoyens du monde et non en propagandistes nationalistes.

Le partage des ressources

Aujourd'hui des hommes et des femmes, partout, en haute situation ou non, dans chaque nation, chaque communauté, chaque groupe, présentent la vision des justes relations humaines, destinées à constituer la norme dans l'avenir, pour l'humanité. Partout ces gens là exposent les maux à éliminer et sans cesse, ils éduquent ceux qu'ils rencontrent et leur apprennent les principes de l'Ere nouvelle. C'est la masse de ces gens qui est importante. En politique, il existe de grands et sages hommes d'Etat qui tâchent de guider sagement leur peuple, mais ils ont encore trop à faire. Franklin D. Roosevelt en était un remarquable exemple pour notre temps. Car il fit de son mieux et mourut au service de l'humanité.

Il existe des éducateurs éclairés, des écrivains et des conférenciers dans tous les pays, qui cherchent à montrer au peuple combien l'idéal est pratique, comme la bonne volonté de l'humanité est disponible, et combien il est facile d'appliquer des idéals, lorsque les hommes et les femmes de bonne volonté sont en nombre suffisant dans le monde pour imposer les conclusions. C'est un facteur d'importance. Il y a aussi des savants, des médecins, des agriculteurs, qui ont consacré leur vie à l'amélioration de l'existence humaine. Il y a des prêtres de toutes les Eglises qui suivent sincèrement les pas du Christ (mais ce n'en sont pas les chefs), et qui répudient le matérialisme qui a ruiné les Eglises. Il y a des hommes et des femmes sans importance, par millions, qui voient juste, pensent clairement et travaillent dur dans leurs communautés pour établir de justes relations humaines.

La sécurité, le bonheur et des relations pacifiques sont le désir de chacun. Toutefois, avant que les Grandes Puissances, en collaboration avec les petites nations, aient résolu le problème économique et réalisé que les ressources de la terre n'appartiennent pas à une seule nation, mais à l'ensemble de l'humanité, il n'y aura point de paix. Le pétrole du monde, ses richesses minérales, le charbon, le blé, le sucre et les céréales appartiennent à tous les hommes de tous pays. Ce sont des denrées essentielles à l'existence quotidienne de l'homme dans la rue.

Le véritable problème des Nations unies est double : il implique la distribution équitable des ressources mondiales, afin d'arriver à la suppression de la misère et il implique aussi l'établissement d'une vraie égalité des chances et de l'éducation pour tous, partout. Les nations qui ont d'abondantes richesses ne sont pas propriétaires ; elles sont gardiennes des biens du monde, confiés à elles à l'intention de leurs semblables. Le temps viendra inévitablement où, dans l'intérêt de la paix et de la sécurité, les capitalistes des diverses nations seront forcés de comprendre cela et de substituer le principe du partage à l'ancien principe d'une main-mise avide qui les a guidés jusqu'à présent.

Il fut un temps, il y a un siècle ou un peu davantage, où la juste distribution des richesses du monde eût été impossible. Cela n'est plus vrai aujourd'hui. Les statistiques existent. Des computations ont été faites. Des investigations ont pénétré dans tous les domaines des ressources de la terre et ces investigations, computations et statistiques sont publiées et à la disposition du public, s'il sait où les chercher.

Les hommes au pouvoir, dans chaque pays, savent exactement les quantités de nourriture, de minerai, de pétrole, de charbon et d'autres articles indispensables, qui sont disponibles pour un usage à l'échelle mondiale, sur une base correcte et équitable. Mais ces biens sont mis en réserve par les nations impliquées, car ils constituent "des points à discuter et une monnaie d'échange". Le problème de la distribution n'est plus difficile, une fois que les produits alimentaires du monde sont considérés en dehors de la politique et du capitalisme. Il faut aussi se souvenir que les moyens de distribution par mer, rail ou air sont adéquats.

Rien n'arrivera, toutefois, avant que les Nations unies se mettent à parler en termes d'humanité entière et non plus en termes de frontières, d'objectifs techniques et de craintes, ni en termes de valeur du pétrole ou du charbon comme objets de marchandages, ou encore en termes de méfiance et de suspicion.


Lignes directrices pour l'action

Je n'ai point de conseil de perfection à donner au monde, ni aucune solution apportant un secours immédiat. Si je proposais pareille solution, vous pourriez à juste titre vous méfier de moi. Je puis toutefois dire qu'aux chefs spirituels de la race, certaines directives semblent justes et qu'une attitude basée sur elles serait constructive. Enumérons-les pour vous permettre d'y réfléchir :

  1. Les Nations unies, avec leur assemblée, le Conseil de Sécurité et les Comités doivent être soutenus. Il n'existe encore aucune autre organisation à laquelle l'homme puisse s'adresser avec espoir. Il lui faut donc appuyer les Nations unies et, en même temps, faire savoir à ce groupe de chefs du monde ce dont il a besoin.
  2. Le grand public de toutes les nations doit être instruit des justes relations humaines. Par-dessus tout, les enfants et la jeunesse du monde doivent apprendre la bonne volonté envers les hommes de partout, sans égard à la race et à la croyance.
  3. Il faut accorder du temps aux adaptations nécessaires et l'humanité doit apprendre à se montrer intelligemment patiente. L'humanité doit regarder avec courage et optimisme le lent processus d'édification de la nouvelle civilisation.
  4. Une opinion publique intelligente et prête à collaborer doit être créée en chaque pays et l'établir constitue un important devoir spirituel. Cela prendra beaucoup de temps, mais si les hommes de bonne volonté et les gens aux intérêts spirituels dans le monde s'y attellent vraiment, cela peut s'accomplir en vingt-cinq ans.
  5. Le conseil économique mondial ou tout autre organisme représentant les ressources du monde, doit se libérer de la politique frauduleuse, de l'influence capitaliste avec ses combinaisons tortueuses. Il doit libérer les ressources de la terre au profit de l'humanité. Cette tâche prendra du temps, mais sera possible quand les besoins du monde seront mieux mesurés. Une opinion publique éclairée rendra les décisions du conseil économique pratiques et réalisables. Le partage et la collaboration doivent être enseignés au lieu de l'avidité et de la rivalité.
  6. Liberté doit être donnée de voyager partout, en toutes directions, dans tous les pays. Ces rapports libres seront le moyen pour les membres et les branches de la famille humaine de se connaître et de s'apprécier. Les passeports et les visas doivent être supprimés, car ils sont le symbole de la grande hérésie de la séparativité.
  7. Partout les hommes de bonne volonté doivent être mobilisés et mis à l'œuvre. C'est de leurs efforts que dépend le futur de l'humanité. Ils existent par millions, partout et, s'ils s'organisent et se mobilisent, ils représentent une grande partie du public qui réfléchit.

Le travail des hommes et des femmes de Bonne Volonté

C'est par l'action régulière, consistante et organisée des hommes de bonne volonté du monde entier que l'unité du monde sera amenée. A présent, ces hommes sont seulement en voie de s'organiser et sont enclins à croire que l'œuvre à accomplir est tellement immense et les forces dressées contre eux si considérables, qu'à présent, leurs efforts isolés sont impuissants à briser la barrière d'avidité et de haine où ils se heurtent. Ils comprennent qu'il n'existe encore aucune propagande systématique du principe de bonne volonté offrant la solution du problème mondial. Ils n'ont jusqu'à présent aucune idée du nombre de ceux qui partagent leurs sentiments. Ils se posent les mêmes questions qui tourmentent partout les gens : Comment restaurer l'ordre ? Comment les ressources du monde peuvent-elles être distribuées selon la justice ? Comment les Quatre Libertés peuvent-elles devenir effectives et non demeurer du domaine des beaux rêves ? Comment la véritable religion peut-elle ressusciter, et les principes d'une existence vraiment spirituelle gouverner les cœurs des hommes ? Comment une vraie prospérité peut-elle être établie et résulter en unité, paix, abondance ?

Ces hommes et ces femmes de bonne volonté doivent être découverts et organisés. Ainsi s'apercevront-ils de la puissance de leur nombre, car ils sont nombreux. Ils doivent former un groupe mondial, défendant les justes relations humaines et éduquant le public sur la nature et la puissance de la bonne volonté. Ils créeront ainsi à l'échelle mondiale une opinion publique si puissante et si franchement en faveur du bien-être social, que chefs, hommes d'Etat, politiciens, hommes d'affaires et Eglises seront forcés de l'écouter et de s'y conformer. Constamment, régulièrement, le grand public doit être instruit de l'internationalisme et de l'unité mondiale, basée sur la simple bonne volonté et sur l'interdépendance dans la collaboration.

Ce n'est pas là un programme mystique ou impraticable. Il ne se réalisera pas par les procédés d'attaque, de révélations sensationnelles ou sournoises. Il met l'accent sur une politique nouvelle qui se base sur le principe d'établir de justes relations humaines. Entre les exploités et les exploiteurs, les fauteurs de guerre et les pacifiques, les masses et leurs gouvernements, ces hommes de bonne volonté groupés interviendront par millions, sans prendre parti, sans manifester d'esprit partisan, ne fomentant aucun trouble politique ou religieux, et n'attisant aucune haine. Ce ne sera pas une masse négative, mais un groupe positif, interprétant le sens des justes relations humaines, défendant l'unicité de l'humanité et une fraternité pratique et non plus théorique. La propagation de telles idées par tous les moyens disponibles et le développement du principe de bonne volonté produiront un puissant groupe international et organisé. L'opinion publique se verra forcée de reconnaître l'influence d'un tel mouvement. Enfin, l'importance numérique des hommes et femmes de bonne volonté dans le monde croîtra tant, qu'ils influenceront les événements mondiaux.

Le mode d'user du poids de cette bonne volonté et la méthode pour employer la volonté d'établir de justes relations humaines se développeront graduellement, selon le travail accompli et pour répondre aux besoins de la situation mondiale. Un usage discipliné du pouvoir en faveur de la bonne volonté et des justes relations humaines s'avérera possible et le déplorable état de choses actuel changera dans le monde. Cela s'accomplira, non par les habituelles méthodes guerrières du passé ou par l'imposition de la volonté d'un quelconque groupe agressif ou riche, mais par le poids d'une opinion publique informée, opinion basée sur la bonne volonté, sur une compréhension intelligente des besoins de l'humanité et sur la détermination de réaliser les justes relations humaines, enfin sur l'admission que les problèmes posés aujourd'hui à l'humanité peuvent se résoudre par la bonne volonté.

(Adapté du livre Les Problèmes de l'Humanité de Alice A. Bailey).