Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Bulletin / Derniers numéros / 2008 #2 - Le sens de la démocratie  

2008 #2 - Le sens de la démocratie

Alice Bailey propose que l'universalité de la démocratie soit la réponse de l'humanité - encore inexacte - à la pure énergie de l'amour, et évoque la possibilité d’une véritable démocratie uniquement "grâce à un emploi correct des systèmes d'éducation et l’entraînement suivi du peuple à reconnaître les valeurs les plus élevées, le point de vue le plus correct, l'idéalisme le plus noble, et l'esprit de synthèse ainsi que l'unité dans la coopération ». "Pour progresser vers cette vraie démocratie elle indique qu'on a besoin d'un plus grand nombre de personnes vraiment éveillées, et quand ce sera le cas, "nous allons voir se purifier le domaine politique, s’assainir nos processus de représentation, et le peuple plus exigeant dans les comptes qu’il demandera de rendre à ceux qu'ils ont choisi pour le gouverner. Il devra y avoir plus tard une coordination plus étroite-entre le système éducatif, le système juridique et le gouvernement, le tout étant dirigé vers un effort de mise en œuvre des meilleurs idéaux des penseurs. "(Extériorisation de la Hiérarchie pp. 52-3) [1] Lorsque tel est le cas, «… les gens ne toléreront l'autoritarisme d’aucune église, ni le totalitarisme d’un système politique ou de gouvernement, ils n'accepteront ni ne permettront la domination d’un groupe d’hommes qui leur dira ce qu'ils doivent croire pour être sauvés, ni quel gouvernement ils doivent accepter. "(op. cit. P.618)

Même si la démocratie apparaît sous une grande variété de formes, la plupart d’entre elles partage certaines caractéristiques de base. Ce sont les suivantes: que tous ceux aptes à décider comment ils doivent être dirigés puissent avoir leur mot à dire sur la façon dont ces dirigeants seront choisis - d'où un cycle électoral régulier-, que le vote de chaque citoyen, depuis les plus riches jusqu’aux plus pauvres, ait obligatoirement le même poids dans ce processus - d'où la nécessité des votes au scrutin secret, [2] et que chaque citoyen soit libre de décider comment ce vote doit être exprimé, sans intimidation ni corruption - d'où la nécessité d'une force de police et d’une armée non politisées. En outre, tout citoyen devrait avoir accès à l'information concernant ceux qui aspirent à les diriger - aussi les médias doivent être libres de transmettre des compte rendus complets et impartiaux de tous les acteurs au cours d’un processus électoral.

En effet, lorsque la plupart des gens pensent à la démocratie, ce qu'ils sous-entendent réellement est la démocratie libérale - c'est-à-dire la combinaison d’une démocratie comme moyen de choisir un gouvernement, avec le libéralisme constitutionnel, à savoir la protection de l'autonomie et de la dignité d'un individu contre toute forme de coercition, qu'elle provienne de l'état, de l'église ou de la société. Chaque tend à renforcer l'autre, car un État ne peut être véritablement démocratique que si ses citoyens sont libres et peuvent donc choisir librement leurs dirigeants ; et ces libertés devraient être mieux garanties par des dirigeants choisis ainsi. Cependant, le commentateur Fareed Zakaria note que des élections démocratiques peuvent amener au pouvoir des dirigeants qui répriment les libertés. [3] Il nomme ceci «la démocratie intolérante» . [4] Il a également fait observer que la démocratie n'est pas une condition nécessaire pour l'existence de niveaux élevés de libéralisme constitutionnel. Ainsi, par exemple, un Etat peut avoir un pouvoir judiciaire totalement indépendant (une des principales institutions constitutionnelles qui garantissent le libéralisme), mais l'électorat pourrait ne jouer aucun rôle dans sa sélection.

En fait, il s'agit d'un exemple d’une proposition plus générale que fait Zakaria, à savoir que trop de démocratie pourrait ne pas être une bonne chose. Dans un Etat-nation complexe moderne, l'électorat est peu susceptible d'avoir des connaissances suffisantes pour juger de la pertinence de chaque agent de l'Etat, en particulier de ceux agissant dans des domaines très spécialisés, et peut donc choisir de déléguer ce processus de sélection aux dirigeants qu'il a élus. Et, en tout état de cause, le droit de voter directement est impossible à tout organisme qui influe sur la conduite de la politique dans un État démocratique, tout comme les gouvernements doivent prêter également attention à l'entrée de dirigeants dans le monde des affaires et de la religion, et, de plus en plus, dans d'autres organisations non gouvernementales mises en place par des groupes de citoyens préoccupés par des questions spécifiques. Le degré d'influence que ces groupes «de centres d’intérêt spéciaux » ont sur la conduite du gouvernement représente un défi - beaucoup trop, et on pourrait faire valoir que la démocratie est affaiblie jusqu’au point d'oligarchie (la règle des élites); trop peu, et la coutume justifiée de contester les excès gouvernementaux qui caractérise la plupart des démocraties est neutralisée.

Dans les articles qui suivent, nous réfléchissons sur certaines des questions qui se posent si nous considérons la démocratie libérale: quelles sont les qualifications des hommes politiques démocratiques, et comment ce rôle survient-il ? Est-ce que les citoyens des démocraties ont des responsabilités particulières pour les protéger et les entretenir, et si oui, quelles sont ces responsabilités ? Et quel est le sens profond de «liberté» ?

Peut-être existe-t-il en Occident une tendance à considérer la démocratie comme une panacée pour les difficultés auxquelles toute société doit faire face quand elle tente de se moderniser. Pourtant, si la démocratie représente un certain stade de la conscience nationale, qui ne peut être atteint qu’une fois d'autres phases explorées, il se peut que tenter d'imposer la démocratie sur une nation non prête psychologiquement soit contre-productif. Il existe un certain nombre de prétendues démocraties dans le monde qui sont manifestement en dysfonctionnement à des degrés divers. Il ne s'agit pas de suggérer que des individus, des groupes et des nations ne doivent pas aspirer à des conditions de plus grande liberté, mais les sociétés, comme les individus, doivent passer par un processus évolutif de maturation, et il serait naïf de penser que le modèle occidental de la démocratie, né de siècles de lutte, pourrait - ou devrait - être juste transplanté dans des pays d’ histoire et de normes culturelles différentes. En ce sens, une société pleinement démocratique doit être développée au travers de l’expérience d’un peuple. Et comme nul ne peut affirmer que chaque individu est actuellement en forte résonance avec l'énergie pure de l'amour, la même revendication semble tout aussi erronée en ce qui concerne les nations. A quoi cela autorise-t-il une personne de bonne volonté? A la tâche difficile mais nécessaire d'investigation un peu plus en profondeur chaque fois qu'on propose la solution de «plus de démocratie" pour traiter les maux d’un pays. L'expansion de la liberté doit et devrait être soutenue à tout moment - mais le chemin de chaque nation en direction de cet objectif exalté est unique, et aucune nation ne peut prétendre en avoir atteint la fin. La démocratie Libérale n'est pas une machine qui peut être lancée chaque fois que nécessaire, mais une négociation subtile et continue entre un peuple et ses dirigeants. Une réflexion sur ses dimensions psychologiques plus profondes peut nous aider à nous rendre plus circonspects à la recommander en toutes circonstances.

[1]. Disponible chez les sociétés d'édition de Lucis, que ce soit sur notre site Web à l'www.lucistrust.org, ou en nous contactant à l'adresse au dos, ou en cliquant ici
[2]. Qui devrait être vérifiable, ce qui explique le malaise du montage sans papier concernant le vote électronique.

[3]. Hitler, par exemple.

[4]. Fareed Zakaria, L'avenir de la liberté. W W Norton & Co, 2004.

La BONNE VOLONTE est… la voie de la liberté.

Versions audio (en anglais)

La liberté spirituelle

Une discussion sur les valeurs spirituelles qui constituent le fondement d'une vraie liberté.

Une nouvelle vision de la citoyenneté

Un examen des responsabilités des citoyens dans une démocratie moderne.

La démocratie et la transmutation - de la conscience individuelle à la conscience de groupe

Une réflexion sur les changements nécessaires au niveau de la prise de conscience pour qu'un individu devienne un véritable citoyen démocratique.