Lucis Trust / Activités de Se... / Bonne Volonté M... / Bulletin / Derniers numéros / 2012 #3 / L'envol du Phénix - La Renaissance de la Civilisation  

L'envol du Phénix - La Renaissance de la Civilisation

La volonté-de-bien des connaîssants du monde est la graine magnétique de l'avenir.
Alice Bailey

On dit souvent que nous vivons actuellement dans un moment de profonde transition. Les mœurs communes et les institutions sociétales dans toutes les parties du monde, sont remises en question à bien des égards. On pourrait même dire que la civilisation mondiale est elle-même, en pleine transformation.

Victor Hugo notait qu'il n'y a rien de plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue. La difficulté de l'humanité à l'heure actuelle, c'est qu'elle est confrontée à un torrent sans cesse croissant, de nouvelles idées dont le temps est venu. Il s'agit d'une conséquence directe de la croissance en puissance mentale de l'humanité, en partie en raison du développement de l'éducation de masse (elle-même, fruit d'une grande idée philanthropique) et aussi, en raison de l'évolution subséquente de la conscience. Un nombre croissant de gens fonctionnent de plus en plus dans le mental et deviennent capables de travailler avec des idées, la civilisation étant elle-même, le résultat des idées, leur expression matérielle extérieure. Finalement, à mesure du changement des idées, les nombreuses formes et institutions, les technologies et le caractère formel de l'Art, évoluent, construisant ainsi, la civilisation.

Pourquoi les idées changent-elles ? Une idée, comme toute chose, possède un cycle de vie. L'idée, tout d'abord, attire magnétiquement un corps formé de penseurs, recrutant ainsi de la coopération et construisant son chemin d'accomplissement dans une forme d'expression active. Selon sa vitalité, l'idée se maintient dans sa forme pour un temps plus ou moins long. Au final, la force de cohésion diminuant, libère la forme qui se désintègre. Il y a cinq cents ans, la Monarchie tenait la place centrale de l'organisation politique de la plupart des sociétés. Mais à l'heure actuelle, les événements autour du Jubilée de diamant de la reine britannique montrent qu'il existe encore des lieux où l'idée monarchique subsiste mais en des termes largement cérémoniaux et symboliques.

Dans un certain nombre de ses écrits, Alice Bailey souligne l'importance d'un groupe-clé dans le processus d'émergence des idées. Le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde rassemble tous ceux qui forment l'avant-garde du mouvement de transformation de la pensée de l'humanité, en extériorisant et en manifestant les idées du Plan Divin. Ce processus exige le concours, non seulement des quelques personnes capables de détecter les idées qui émergent, mais aussi de ceux qui peuvent en être les « accoucheurs », en présentant les nouvelles idées à la population la plus étendue, rendant ainsi possible leur acceptation la plus large. Et enfin, il y a ceux qui sont qualifiés dans la mise en œuvre des idées sous la forme de programmes d'action. Ainsi est nécessaire, une diversité la plus vaste possible des esprits, afin d'apporter des idées puisées dans les niveaux d'abstraction élevés, jusqu'au point où elles peuvent prendre corps dans des institutions durables et pratiques. Et ainsi, en termes de méthode à élaborer, il faut tenir compte du soin particulier requis à chaque stade de la descente de l'idée dans la forme.

Ce processus par lequel la civilisation se récrée périodiquement, peut se révéler profondément déstabilisant pour ceux qui en sont partie prenante. C'est particulièrement vrai aujourd'hui où le processus s'accélère. Plus encore, les gens, vivant maintenant plus longtemps, peuvent s'attendre à voir beaucoup plus de changements dans leur vie que ceux des générations précédentes. Et comme les nombreux changements s'accumulent sous leurs yeux, les gens peuvent même aller jusqu'à penser que la civilisation dans laquelle ils sont venus au monde est mourante et qu'elle va être remplacée par quelque chose de tout à fait inédit. Alice Bailey le faisait remarquer en écrivant : « les civilisations mourantes sont présentes dans leurs formes ultimes, tandis que les nouvelles sont en train de naître ; ainsi en se recouvrant, les cycles vont et reviennent.» [1]

Si l'humanité doit apprendre à vivre et à travailler de façon constructive en cette période de rapide changement civilisationnel, cela peut aider de voir ce moment comme l'expression progressive d'une vision élevée de l'avenir, vision dont la révélation ne doit pas être forcée trop rapidement, mais qui doit être prudemment et minutieusement élaborée, afin que chacun puisse concevoir la contribution positive qu'il peut y apporter. Ce processus patient est caractéristique de la Bonne Volonté persévérante qui est profondément impliquée dans le suivi du timing correct qui a été prévu pour l'évolution de la conscience. Même bonnes, les idées peuvent être mort-nées si on les assène en direction d'un public qui n'est pas encore prêt à les accepter. La Société des Nations était en avance sur son temps ; elle fournit malgré tout, le prototype sur lequel l'Organisation des Nations Unies a pu se construire.

L'effet purifiant de l'austérité a été discuté dans le bulletin précédent (2012 n°2) ; les problèmes structurels profonds de l'Union européenne qui sont révélée par la crise économique actuelle, peuvent conduire à un profond réexamen de la signification et du but de l'Union elle-même. A-t-elle toujours été principalement axée vers la sécurisation des avantages les plus matériels de ses citoyens ? Ou aussi, pourrait-elle se sentir concernée par l'exploitation d'une dimension plus profonde de l'histoire commune des Peuples concernés, de leurs cultures et de leurs valeurs partagées ? N'y aurait-il pas une leçon profonde à tirer des luttes, leçon que l'Union serait destinée à véhiculer ? [2] Même si cette relecture pouvait se révéler comme un processus douloureux, le fait d'amener plus loin l'esprit humain dans le monde de la signification, le lieu où résident les idées, serait en lui-même une conséquence positive. Ce qui distingue le travail du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, c'est que le motif pour entrer en contact avec les idées et les faire ressortir, est toujours celui d'un ensemble, ayant pour conséquence qu'elles contiennent toujours un germe de synthèse. Il est également significatif que les membres du NGSM soient qualifiés pour travailler de manière constructive en se mettant en formation de groupe, car il est dit que les vérités les plus neuves ne pourront être saisies que par des efforts de groupe.

L'un des symboles les plus anciens du monde est le Phénix, le grand oiseau qui est périodiquement consumé par le feu afin de pouvoir renaître. Dans la Sagesse Sans Âge, le feu est utilisé d'ordinaire pour symboliser l'esprit. Comme nous le savons, le feu peut être à la fois bienfaisant et destructeur. Il appartient à chaque personne de bonne volonté d'apprendre à travailler mentalement de manière constructive, en prenant sa place quelque part dans les nombreux groupes qui composent le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, eux qui cherchent à toucher la vision élevée d'un monde futur où le bien de la totalité informera tous les organes de la société. Alors, le Phénix de la civilisation pourra renaître sans danger et s'élever directement jusqu'aux hautes altitudes.

[1].Le Traité sur les Sept Rayons,Vol.V , p. 309.
[2]. Alice Bailey fit remarquer en 1935 que « l'Europe est le champ de l'éducation du monde dans les idées d'une véritable unité mondiale. » (L'État de Disciple dans le Nouvel Âge Vol. 1, p. 161)