Pleine Lune des Poissons - Réunions les 18 & 19 février 2019

Festival of
          Pisces

 

Pleine Lune des Poissons
Mardi 19 février 2019 à 10h53 (New York)
Mardi 19 février 2019 à 15h53 (Londres)
Mardi 19 février 2019 à 16h53 (Genève)

Réunions à :
Londres   New York   Genève

Écouter en direct la retransmission de la Réunion

Introduction à la Méditation de Pleine Lune
/ Moon Charts / Allocutions / Calendrier Annuel des Réunions et plus ...

Note clé des Poissons :

" Je quitte la maison du Père et, en revenant, je sauve."

“ Ce signe est lui aussi double.....Dans les Poissons, nous avons la fusion ou le mélange de l’âme et de la forme en ce qui concerne l’homme, produisant ainsi la manifestation du Christ Incarné, l’âme individuelle perfectionnée, l’expression complète du microcosme.....Par son régent, Jupiter, la forme est dirigée sur “ce qui réunit toute chose” et, dans ce cas, relie les deux poissons et les unit l’un à l’autre en un rapport fonctionnel. Par la suite c’est la force du second rayon qui relie l’âme et la forme et les rassemble, et cette puissance magnétique est particulièrement illustrative de l’activité des Poissons.....Ce sont les six mots-clés ( Amour, Pensée, Expérience, Forme, Compréhension humaine) qui gouvernent le processus subi sur le Sentier du Disciple et de probation. Le devoir du disciple est de comprendre leur signification dans un sens pratique et efficace, et de coopérer avec les énergies libérées......La dualité des Poissons peut être étudiée en rapport avec ses trois notes-clés :
1- Servitude ou captivité
2 - Renonciation ou détachement
3 - Sacrifice et mort
L’âme renonce à la vie et à la lumière de la Monade, sa source (“la Maison du Père”) et descend dans l’océan de la matière, puis, par une conversion de l’âme renonce à la vie de la forme, centre de la personnalité....Sur la roue inversée l’âme commence à se détacher de la personnalité et à se rattacher , en conscience, à l’Unique Qui l’avait envoyée. ...C’est dans la reconnaissance de ces faits qu’il faut chercher le mobile essentiel de la vie de service ”.
Astologie Esotérique, pp. 111-112

Allocution - Centre de Genève

Lundi 18 février 2019

Chers amis, 

Bonsoir et bienvenue à cette réunion de Pleine lune sous le signe des Poissons. Nous sommes maintenant en 2019 et ce passage à la nouvelle année nous rappelle que le temps passe. Que les activités s’organisent par cycles. Le cycle du zodiaque, tel que son influence est perçue par l’Âme, se termine dans le signe des Poissons. Les Poissons sont un signe de fin.

En cet instant, nous sommes unis en tant que personnes de bonne volonté par-delà la distance alors prenons conscience de ce fait. Ouvrons nos pensées et nos cœurs et notre être à notre présence Une. Les travaux les plus ambitieux ne peuvent être réalisés sans travail en commun et ceci n’est-il pas vrai pour le travail ésotérique ? La force conjointe ne démultiplie-t-elle pas les possibilités ?

Partageons donc un instant de tension de groupe avant de prononcer l’affirmation de la volonté:

AFFIRMATION DE LA VOLONTE
Au centre de la Volonté de Dieu, je demeure.
Rien ne détournera ma volonté de la Sienne.
J’accomplis cette Volonté par l’Amour.
Je me tourne vers le champ du service.
Moi, le Triangle Divin, j’accomplis cette Volonté
Dans le carré et je sers mes semblables.
OM

Le signe des poissons est un signe de fin. Alors abordons sans plus attendre et faisons face à ce symbole de fin que l’on appelle la mort. Le signe des Poissons est un signe de mort, elle concerne la mort de la personnalité et la libération dans un service plus complet.

Rappelons-nous, pour donner un peu d’ouverture à cette idée de mort, qu’elle est décrite comme une transition. Il est enseigné que ce qui meurt est l’aspect forme, mais que l’aspect conscience survit toujours.

Dans l’ésotérisme l’on dit de manière schématique que : mût par le désir du gain de l’expérience, l’âme entre en fusion avec la matière. L’âme pétrit la matière et elle lui donne la malléabilité de l’expérience qu’elle en tire. Son gain d’expérience l’amène à la satiation de son désir de connaître. De l’état d’unité associé à la maison du père elle commence par s’éloigner jusqu’au point le plus dense des règnes planétaires évolutifs. Par sa nature même qui est la conscience, l’âme élève les vies mineures, vies déviques innombrables qui constituent son corps de manifestation au niveau même où elle se tient. A la fin d’un cycle, la forme ayant été amenée au résultat possible permis par ce cycle, la forme cristallisée meurt : l’âme s’abstrait. Puis, après un temps, elle s’incarne à nouveau ; cette fois dans une forme légèrement plus subtile puisqu’elle résulte du travail de stimulation effectué dans un cycle précédent.

La suite de cycles d’incarnations et d’abstractions amène l’âme à la soi-conscience lors d’une initiation qui la fait passer du royaume animal au royaume humain. L’âme qui est alors individualisée acquière d’abord la conscience de masse dans le cancer, le sens de l’appartenance à une tribu. Puis elle s’émancipe à se considérer unique et son individualisme couronné dans le Lion la motive à acquérir pour elle-même. Ensuite elle deviendra perceptive à la conscience de groupe et délaissera progressivement le gain séparé.

La conscience de groupe est une dimension supérieure de l’esprit de masse et constitue un état de progressive réunion, enrichi du sens de l’individualité. L’on pourrait dire que la conscience de groupe correspond à une ouverture ou à une dilution des barrières de l’identité qui s’est forgée au moyen d’un mécanisme duel et séparatif.

Le penseur, pour acquérir l’esprit de groupe et devenir le Poisson de l’âme, doit donc s’échapper et passer « au travers des mailles du filets » de ses trois corps. Au sein de ceux-ci, il a conquis son mouvement par le désir et conquis son désir par sa pensée et devra finalement conquérir sa pensée par son être. L’âme en incarnation qui retourne vers la « Maison du Père » suit et cultive le sens ésotérique et ultimement l’on pourra dire que Mercure chute qui voilait le Soleil. Cette dernière indication mérite notre attention mais le présent texte n’y portera pas l’accent.

Bien sûr, nous connaissons ces idées mais l’esquisse rapide du tableau donne du contexte à notre réflexion sur l’énergie des Poissons. Cette énergie lorsqu’elle est entendue par les sens - ou par l’identification du penseur avec la forme, est présentée par la note « Descends dans la matière ». Alors le symbole des poissons porte à notre réflexion la dominance de la matière sur l’âme et le maintient en captivité de la vie latente du Christ. A l’inverse, lorsque l’énergie des Poissons est entendue ésotériquement, le fils de Dieu s’affranchit progressivement de ses liens et s’identifie d’abord à l’âme puis ensuite à la monade. (Il nous est constamment rappelé que l’âme est une forme, bien que subtile ; qu’elle est le corps de la monade et que l’identification à l’Âme est finalement transcendée par l’identification à la Vie même).

L’âme qui entend la note clé des Poissons est distante de la maison du père, mais elle à déjà effectué la réorientation de son sens de l’écoute et mis sa personnalité à genou dans le scorpion. Avec la mort que réserve le signe des Poissons à la personnalité, le penseur pourra se libérer encore davantage et cheminer de cycles en cycles sur la voie de son émancipation qui est la voie de la Vie et qui, pour la forme vivante, prend l’apparence de la mort.

Il en viendra donc un jour où le disciple, où chacun de nous, ayant dominé sa personnalité par son identification à l’âme sur son plan, pourra s’abstraire, et mourra crucifié sur la croix fixe pour passer à la croix cardinale. La formule de mort de la personnalité est une invitation à réfléchir à la mort de la division dont la personnalité est un symbole. La personnalité, en effet, a sa propre cohérence identitaire. De la même manière que le chemin du discipulat consiste à soumettre sa personnalité aux exigences de l’âme, le chemin des sauveurs du monde s’acquiert par la mort de l’identité séparée. L’identité séparée se tient comme l’écho d’une vérité énoncée. Et la personnalité, dans une certaine mesure, est cet écho en tant qu’il est un écho dissonant et que cette dissonance lui maintient les portes fermées à la vie plus abondante et scelle son identité séparée. Lorsque la personnalité laisse la lumière de l’âme rejoindre et sauver les règnes inférieurs à travers elle et lorsqu’elle se fait le relai de l’appel invocatoire des vies mineures, alors l’âme incarnée devient divinement médiatrice au moyen du mécanisme de service que représente la personnalité.

Le disciple doit s’émanciper, des sentiments par l’intuition de l’amour, et du mental concret par l’aspiration à la sagesse ; voilà une manière de présenter le rôle salvateur du deuxième rayon d’amour-sagesse. Mais une focalisation plus attentive au rôle de l’eau peut nous éclairer davantage.
Au préalable, notons qu’une règle donnée au postulant pour l’initiation - et nous devrions tous rechercher l’initiation en ce qu’elle représente pour chacun de nous l’opportunité d’un service accru et d’un sacrifice ravivé – demande : « que le disciple fasse résonner l'appel dans le désert, au-dessus de toutes les mers et à travers les feux qui le séparent de la porte voilée et cachée. » Cette même règle pour les disciples et les initiés approfondie cette injonction : « sortez du désert, laissez les mers derrière vous et sachez que Dieu est Feu. »

Un commentaire du Tibétain peut être trouvé qui oriente notre compréhension de la formule « au-dessus des mers » comme se rapportant : au « monde du mirage, où se débat l'humanité, au monde émotionnel dans lequel le genre humain est plongé, comme s'il se noyait dans l'océan. Il nous est dit dans la Bible, et cette pensée repose sur des renseignements se trouvant dans les Archives des Maîtres, qu' « il n'y aura plus de mers » ; je (le Tibétain) vous ai dit qu'il vient un moment où l'initié sait que le plan astral n'existe plus. Il a disparu pour toujours. »

Ces idées sont abstraites, mais une partie de notre entraînement pour le service requiert cette culture du sens ésotérique et ce développement de l’intuition qui nous met en relation aujourd’hui avec des vérités (si nous les jugeons comme telles) qui se révéleront dans le futur. Ces idées sont alors prises comme éléments de réflexion importants pour appréhender et méditer sur le cheminement ésotérique et aujourd’hui sur le signe des poissons en particulier.

Réfléchir au sujet de l’eau apparaît spécialement important dans notre société actuelle où il semble qu’une spiritualité très aqueuse surfe sur la vague d’une popularité inavertie. Nombreux sont les guerrières et les guerriers au cœur pur mais qui sont éreintés de la souffrance et qui s’accommoderait volontiers d’une spiritualité à portée de main qu’il suffise de cueillir, de professer ou de croire. Pourtant le potentiel du véhicule de notre libération est à la mesure de la finesse de sa vibration ou, ce qui est synonyme, de la pureté de la matière qui le compose ; et en ceci réside l’espoir que nous plaçons dans tous les champs de service sociétaux dans lequel il nous faut nous investir: de l’éducation à la médecine en passant par la politique ou la psychologie. Le monde extérieur est le miroir déformant du monde intérieur et la personnalité croit certaines fois que l’un et l’autre sont deux domaines différents. C’est une illusion qui doit mourir, un voile qui doit être tranché. En révélant la beauté et la vérité, par le biais de notre engagement citoyen pour la rectitude, la décence et les valeurs hautes dans le monde de tous les jours, nous ouvrons la porte et donnons rayonnement à un alignement qui à ses fondations mystérieuses dans le cœur et la raison.
Un autre commentaire concernant l’eau et peut-être d’une portée plus pratique pour nombres d’entre-nous est formulée par Alice Bailey concernant les versets de Patanjali. Elle écrit : « La libération hors de l'eau est une manière symbolique d'exprimer le fait que la nature astrale est subjuguée et que les grandes eaux de l'illusion ne peuvent plus retenir l'âme émancipée. Les énergies du plexus solaire ne sont plus prédominantes. »

Recentrons donc nos pensées sur le rôle du cœur avec deux idées à prendre en considération. La première est que c’est le cœur qui transmue les énergies du plexus solaire en les absorbant. C’est le cœur qui libère l’âme de la servitude de la matière, rappelons que le cœur signifie aussi raison pure et que l’intelligence mêlée d’amour est sagesse. La deuxième pensée est que, bien que l’échappée de l’âme hors de la triple prison de la personnalité s’acquiert par le raja yoga ; car il s’agit du yoga par lequel l’union est acquise avec l’élément coordonnant de la personnalité, une fois cette capacité acquise, c’est le yoga du futur, le yoga du feu -ou si vous permettez l’expression le yoga de l’ardente volonté vitale du cœur- qui devient nécessaire. L’enseignement, tel que nous en sommes tous les dépositaires, nous transmet des indications précieuses et les confie à notre sage responsabilité.

Naturellement, il nous faut conquérir chaque étape de la voie du cœur et de l’ouverture de conscience avec patience avec diligence et avec discipline dans notre étude, notre méditation et notre service. Le Plan s’incarnera par le biais des disciples qui fournissent l’effort nécessaire et le plan s’incarne en effet jour après jour par le travail effectué dans la bonne volonté. Une définition du Plan qu’il nous faut retenir consiste à perfectionner la forme pour qu’elle soit une coupe d’Or (ce qui est une allusion au travail d’Hercule dans ce signe) ou une forme parfaite par laquelle la vie intérieur vibrante se connait à elle-même et s’émancipe à un cycle supérieur de déploiement divin.
Le travail du perfectionnement de la forme est donc un thème important dans le signe des Poissons. Car les formes seront construites de toute façon mais elles peuvent l’être de manière alignée et ordonnée ou de manière volatile et désordonnée. Alors allons-nous créer le monde selon l’impression du Plan divin ou comme un individu qui découvre qu’il a des bras? Nos activités individuelles et nos activités en tant que « société Une » peuvent conduire à une focalisation de la pureté et être au bénéfice de chacun.

L’on dit que le poisson de la forme capture le poisson de l’âme tant que la Vierge n’a pas joué son rôle. La Vierge révèle la vie cachée au sein de la matière et elle est le facteur équilibrant qui invite les psychés humaines à travailler en vue d’une synthèse de tous les efforts. Lorsque davantage d’activités humaines se réorienteront vers le germe intérieur de la vie plus abondante, une focalisation magnétique puissante et vitale de la vie de l’âme embaumera le monde. Un exemple intéressant est celui des réseaux sociaux qui correspondent aujourd’hui à la médiumnité inférieur des Poissons ; ils sont caractérisés par la volatilité des informations qu’ils véhiculent et le peu de véracité dont ils multiplient les échos. Mais quel rôle stupéfiant ils viendront à jouer lorsque la motivation dominante de leur utilisateurs sera de faire croître le message de la vie dans une volonté d’innocuité, de synergie, de partage et en somme de justes relations.

Nous évoquons donc la question de l’action juste, sous son aspect libérateur et son rôle concernant la purification du désir. L’eau est un symbole du désir, de ceux grossiers et ceux subtiles, et cela nous presse de considérer le thème de la purification de l’eau. C’est en effet à la mesure de la pureté des eaux que les âmes en incarnation entendront l’appel du retour vers la maison du Père. Ésotériquement c’est sur la surface immobile et attentive de l’eau que se reflète la lumière du soleil. Cette formulation voile l’idée que la personnalité peut percevoir et ressentir le magnétisme salvateur du Rayon 2, qui véhicule l’amour, grâce à son corps astral qui véhicule (ordinairement) le sentiment. Le plan astral est l’équivalent inférieur du plan bouddhique. Alors bien que l’humanité ne puisse pas connaître l’Amour au moyen d’un corps astral instable, elle le peut au moyen de la stabilisation de ses émotions et de la pureté de celles-ci. La vibration de l’Amour marche sur la crête des eaux; et cette crête vibratoire est le lien vers l’intuition.

Le Tibétain dit:
« Le corps émotionnel sera scientifiquement étudié et les lois de l'eau (occultement parlant) seront comprises. La signification du terme « Il n'y aura plus de mer » sera bien connue, et l'océan d'agitation et de passion sera remplacé par l'océan de cristal qui réfléchit directement la plus haute intuition et la reflète avec une précision parfaite, étant calme et immuable. Le corps émotionnel sera entièrement réservé pour le service ».

Et d’autre part :
L'étudiant doit apprendre la valeur des émotions et savoir aussi qu'il doit maîtriser l'effet du feu sur l'eau, occultement compris. Il doit apprendre le secret de ce plan qui (lorsqu'il est connu) lui donne la clé du déversement de l'illumination de la Triade via le Causal et de là vers l'Astral. Ceci renferme aussi la clé du quatrième niveau éthérique. »
Il est intéressant d’utiliser ce dernier extrait qui fait référence au 4e niveau éthérique en soulignant que la science reconnait dorénavant un 4e état à l’eau et c’est justement un état qui se caractérise par sa plus parfaite pureté.

En conclusion de cette allocution dans le signe des Poissons, souvenons-nous que nous jouons tous notre humble rôle pour purifier la forme et pour libérer l’esprit et la lumière. Le retour vers la maison du Père c’est pour toutes les âmes en incarnation de nettoyer le chemin du retour; de ramasser les déchets qui le jonchent, de polir les symboles qui en informent, de redresser les lois sociétales pour qu’elles se fassent le miroir des Lois Réelles, de cultiver le silence de l’innocuité Une et le libérer à faire son chemin vers l’oreille de ses frères pour qu’il pêche en leur cœur l’être qu’ils sont et dont ils ont l’intuition croissante.

En revenant vers la Maison du Père, chaque personne de bonne volonté sauve. Qu’elle que soit l’échelle à laquelle son travail se tient. A cela, nous sommes chacun appelés.

Méditons maintenant sur la note clé du signe : « Je quitte la maison du père et, en revenant, je sauve ».