Taureau

NOTE CLÉ : "JE VOIS ET QUAND L'OEIL EST OUVERT TOUT EST ILLUMINÉ."

La fête de Wesak est la fête du Bouddha, intermédiaire spirituel entre le Centre spirituel suprême, Shamballa, et la Hiérarchie. Le Bouddha est l'expression de la Sagesse de Dieu, l'Incarnation de la Lumière et l'Indicateur du dessein divin. Cette fête sera fixée annuellement par rapport à la Pleine Lune de mai, comme c'est actuellement le cas. C'est la grande fête de l'Orient.

Les Forces d'Illumination sont seulement actives durant cette période de Fête. Elles ont pour origine le centre du coeur et relient à la compréhension et à la sagesse divine. Le Bouddha et le Christ sont pour l'instant les deux expressions marquantes de cette énergie d'amour-sagesse. Les Forces d'Illumination affectent particulièrement les grands mouvements éducatifs et les forums dans tous les pays. Elles affectent également la qualité des valeurs qui se développent à travers les médias de communications. Cette énergie qui rayonne dans le mental affecte toutes les formes de communications publiques, orateurs, écrivains, commentateurs et travailleurs sociaux. La conscience humaine, elle-même, est la bénéficiaire des énergies d'illumination qui lui amènent de nouvelles idées et influencent les affaires humaines en général.

Allocution - Pleine Lune du Taureau

Genève - Mercredi 10 mai 2017

Chers amis, bienvenus pour célébrer ensemble et en collaboration avec les autres groupes qui se réunissent dans le monde la Fête de Wesak, Fête du Bouddha, temps d’opportunité spirituelle. Et un bienvenu particulier à toutes et tous qui nous rejoignent par Internet que ce soit depuis la Suisse, la France, la Belgique, l’Italie, l’Espagne ou encore d’autres pays. La note clé du signe du Taureau étant « Je vois et quand l’œil est ouvert tout est illuminé », il est évident que la lumière jouera un rôle important dans cette introduction.

Commençons cette méditation par quelques notions sur le symbolisme du Taureau. La constante lutte de ce signe – que ce soit à l’échelle cosmique, planétaire ou individuelle – est motivée par tout ce qui est caché dans les ténèbres, mais veut parvenir à la lumière. Après la réorientation sur la roue, le Taureau est le second à provoquer des changements et à offrir au disciple des opportunités d’évolution.
D’abord consacré au corps et à la personnalité sous son aspect le plus vil, le désir finit par s’ouvrir à l’idéalisme et à l’aspiration ; dans son expression la plus basse, celle-ci est rattachée à l’âme ; dans la plus haute, à l’Esprit. Enfin apparaissent la vraie vision et le but réel : si la volonté personnelle relie le disciple au monde formel, la Volonté divine relie son âme à l’Esprit (mais trois initiations sont nécessaire pour le comprendre).
En rapport avec les deux croix, le Taureau exprime le corps et l’âme sur la croix mutable, puis l’âme et l’esprit sur la croix cardinale, l’âme étant unie à la forme sans lui être soumise.
La lumière du Taureau est « pénétrante sur le sentier » ; son faisceau, issu du « point » dans le Bélier, manifeste l’étendue de son œuvre, depuis la Terre, pour devenir lumière d’amour et de vie. Elle cédera devant celle du Soleil voilant Vulcain : l’âme issue de l’opération alchimique.

Trois sortes de lumières habitent le Taureau, signe d’illumination sous tous ses angles :

  • Celle de l’œil illuminé du Taureau lui-même, représenté par le Soleil physique,
  • Celle de Vulcain, révélatrice de ce qui est caché, reliée au cœur du Soleil,
  • Celle du Soleil lui-même, rattachée au Soleil spirituel central, le grand illuminateur.

Lorsque le disciple passe des Gémeaux au Taureau pour monter sur la croix fixe, un pont secondaire se construit entre le mental et l’intuition.

Nous avons commencé le cycle des trois fêtes spirituelles le mois dernier avec la fête de Pâques et la Pleine Lune du Bélier, la deuxième de ces trois fêtes spirituelles est le Wesak. La fête de Wesak relie le passé et le présent d’une manière différente que toute autre fête. Il s’agit d’une vérité vivante et en vue d’une opportunité véritable. Dans leur service mutuel pour l’humanité, le Bouddha et le Christ apportent avec eux cette relation. Ils fusionnent également l’Orient et l’Occident et unissent en un tout la tradition chrétienne, les fois Hindoues et Bouddhistes ainsi que l’aspiration de tous les croyants pratiquants ou non. 

En guise de préparation pour la méditation, prenons quelques instants de silence.
Puis, disons ensemble l’affirmation du disciple : 

Je suis une étincelle dans une grande lumière.
Je suis un filet d'énergie aimante dans le fleuve de l'amour divin.
Je suis, centrée dans l'ardente volonté de Dieu, Une étincelle de la flamme du sacrifice.
Et ainsi je demeure.

Je suis une voie de réalisation pour les hommes.
Je suis une source de force qui les soutient.
Je suis un rayon de lumière éclairant leur chemin.
Et ainsi je demeure.

Et, demeurant ainsi, je reviens
Et foule le sentier des hommes
Et je connais les voies de Dieu.
Et ainsi je demeure.

OM

Comme la plupart d'entre vous le savent, la fête de Wesak – qui se produit à la pleine lune du Taureau – est considérée comme le point supérieur de l'année spirituelle. Celui-ci a lieu au moment de l'intermède supérieur. Voilà le moment de l'année où l'humanité est le plus capable de se relier avec les royaumes abstraits et les énergies les plus élevées qui se déversent dans le monde. C’est le moment de la plus grande inspiration du cycle annuel. 

Dans l’Extériorisation de la Hiérarchie nous lisons :
« La fête de Wesak a été célébrée, au cours des siècles, dans une vallée bien connue de l'Himalaya afin de :

  1. Matérialiser l'existence physique du Christ parmi nous, depuis son prétendu départ.
  2. Prouver (sur le plan physique) la solidarité de fait des approches orientales et occidentales vers Dieu. A la fois le Christ et le Bouddha sont présents.
  3. Offrir un point de ralliement ou de réunion à ceux qui, annuellement – en synthèse et symboliquement – relient et représentent la Maison du Père, le royaume de Dieu, et l'humanité.
  4. Révéler la nature du travail du Christ, en tant que grand Intermédiaire élu, représentant la Hiérarchie spirituelle, guidant le nouveau groupe des serviteurs du monde, et énonçant en Personne leur demande de reconnaissance de l'existence effective du royaume de Dieu, ici, maintenant ».

Cela nous rappelle cette grande vérité et le fait de la présence physique du Christ sur terre, actuellement, de son groupe de Disciples et d'Agents exécutifs, de leurs activités représentatives à l'avantage de l'humanité, et de leur étroite relation. 

Le monde d’aujourd’hui est dans une situation bien spéciale où des manipulateurs – ce que certains veulent appeler des « hommes forts » – sont encore bien présents et cela sur tous les continents, notamment : En Russie Vladimir Putin a réussi à changer la constitution afin qu’il puisse rester au pouvoir ; en Turquie Terep Erdogan s’est attiré un pouvoir absolu moyennant un référendum ; aux Etats-Unis Donald Trump a réussi à devenir président en défiant tous ses adversaires et mène maintenant une politique qui a peu à voir avec ses promesses de campagne. Et il n’est pas étonnant que M. Putin et M. Trump ont rapidement félicité M. Erdogan pour sa victoire au dernier référendum en Turquie. Mais tout cela n’est pas grave, parce que nous sommes entrés dans l’ère de la « post-vérité » ou « post-truth », n’est-ce pas ? L’opinion qu’on se forme dans sa propre « bulle » moyennant des informations non-vérifiées obtenues par les médias sociaux comme Twitter, Facebook, Instagram etc. est plus fort que la vérité… Rappelons-nous ici les mots de H.P. Blavatsky : « Il n'y a pas de Religion supérieure à la Vérité ».
Que nous en soyons arrivés au monde tel qu’il est aujourd’hui, n’est pas un hasard – c’est notre propre responsabilité, à nous tous, parce que, qu’est-ce que l’humanité ? C’est nous, sans exception. Au lieu de nous focaliser sur le rôle du Buddha dans cette fête du Wesak, regardons le rôle du Christ, aussi important et peut-être plus imminent pour nous en ce moment.

Afin de préparer le monde des hommes à la réapparition du Christ, il faut satisfaire les besoins des nombreux degrés de l'ordre social. En conséquence, une grande partie du travail à accomplir concernera l'économie et consistera à nourrir correctement et à promouvoir une vraie sécurité pour les millions d'individus qui ne s'intéresseront pas aux questions ésotériques avant plusieurs vies. La réforme des Eglises des nombreuses religions mondiales est un autre aspect du même travail, travail qui n'exige pas d'information occulte, mais qui doit instaurer le bon sens et les idées progressistes en théologie, et mettre l'accent sur les valeurs spirituelles. Je vous signale à ce sujet que Bonne Volonté Mondiale vient de publier une réédition de brochure, intitulée « Religion Mondiale dans une Ère Nouvelle », que vous pouvez trouver ici sur la table ou commander par Internet. Les régimes politiques devront aussi être orientés les uns vers les autres. Les nations sont différentes ; elles ont différentes cultures et traditions ; elles peuvent fonctionner convenablement sous des gouvernements variés et distincts ; néanmoins, elles peuvent en même temps parvenir à l'unité de dessein, basée sur un désir sincère d'assurer l'intérêt véritable et le progrès des hommes en tout lieu. C’est ici que le rôle des Nations Unies prend son importance et mérite le soutien de chacun de nous : les Nations Unies ne sont pas parfaites, mais au lieu de les critiquer et de les abandonner, mieux vaut-il les améliorer, les soutenir et les renforcer. Lorsque Dag Hammerskjöld, le second secrétaire-général des Nations Unies arrivait le 9 avril 1953 à New York pour la première journée de son mandat il déclarât à la presse : « Je souhaite faire mon job, pas d’en parler – pas après, et encore moins avant ». Et il poursuivait : « Bien sûr – comme vous tous, comme tous-ceux engagés dans une activité politique ou diplomatique – j’ai mes visions et idées sur les grands défis internationaux devant nous. Mais ces visions personnelles ne sont pas – ou ne devraient pas être – d’une importance plus grande aujourd’hui qu’il y a quelques semaines. Ce sont les visions d’un homme privé. Dans ma capacité nouvelle officielle l’homme privé devrait disparaitre et être remplacé par le serviteur public international. Le serviteur public est là pour assister, disons de l’intérieur, ceux qui prennent les décisions forgeant l’histoire… Ne pensez pas que c’est un rôle passif dans le développement, au contraire, c’est un rôle très actif. Mais il est actif comme un instrument, un catalyseur, peut être un inspirateur – il sert ». Où trouvons-nous des « leaders » avec un tel esprit aujourd’hui ?

Dans toutes les sphères de la pensée et de l'activité humaine, le nouveau groupe des serviteurs du monde joue un rôle éminent et ce à des niveaux divers : Au cœur même de ce groupe aux dimensions mondiales, se trouvent ceux qui sont dans les Ashrams des Maîtres ou bien à la périphérie, ou encore dans la sphère d'influence de ces Ashrams. Leur tâche est, pour une large part, méditative, et exécutée afin d'influencer le mental des membres du groupe qui ne sont pas encore en contact avec un Ashram ; ils travaillent ainsi pour des raisons fondamentales de rayons. Ce sont les domaines de pensée de la famille humaine dans lesquels il faut faire progresser la préparation à la venue du Christ. En général, cette activité n'est pas associée à l'aspect ésotérique ou recherche de la vérité, mais strictement à l'aspect de l'amélioration des relations humaines. Le Christ lui-même, il y a deux milles ans, a essayé de donner l'exemple de ce mode d'activité secourable ; il garda l'enseignement ésotérique pour le petit nombre, le très petit nombre de personnes qui pouvaient commencer à comprendre, mais s'adressa aux masses sous l'angle du bon sens et de l'aide sur le plan physique. Ceci était important il y a deux milles ans et ceci est important encore de nos jours.

La science universelle nous enseigne que l'univers tout entier a été créé, et son évolution développée, par le pouvoir de la pensée, ce qui est un autre terme pour la méditation dirigée. Ceci couvre la méditation de nombreux groupes subjectifs, spirituels et mentaux ; les lois de ce travail de méditation sont le résultat de certaines décisions mentales qui incarnent la volonté du Logos planétaire ; elles sont imposées à tous les groupes mineurs de vies, par Ceux dont la tâche est de mettre en action les lois divines et de les faire respecter. On peut noter ici que la liberté de volonté existe par rapport au concept Temps, mais non par rapport aux résultats ultimes et inévitables, à la fin de l'immense période mondiale. La forme-pensée majeure de la Hiérarchie spirituelle, créée par une méditation ashramique conjointe, est appelée le Plan. Le dessein fondamental de Sanat Kumara est révélé de cycle en cycle par ses Agents au sein de Shamballa, et imprimé par Eux sur le mental des membres les plus anciens de la Hiérarchie. Ces derniers, à leur tour, prennent cette impression comme sujet de leur méditation ashramique, adaptant ses divers concepts et le dessein indiqué à un Plan très soigneusement formulé et qui présente – en ce qui concerne l'humanité – sept aspects ou phases de développement évolutionnaire et d'effort, selon le travail requis d'un Ashram de n'importe quel rayon, impliqué à tel moment particulier. Notons ici que la note clé de la conférence de l’Ecole Arcane de cette année est : « Que le groupe évoque la Force de Shamballa et démontre la Volonté-de-Bien d'une vitalité nouvelle et puissante ». Cette conférence aura lieu ici à Genève les 3 et 4 juin.

Quelle est la valeur de la méditation et de la contribution d'un disciple nouveau, non habitué aux schémas ashramiques de pensée, et incapable de vitaliser réellement la méditation générale de groupe ? Les divers grades ou rangs d'initiés et de disciples sont ainsi constitués que le résultat de leur méditation sur le Plan satisfait adéquatement les besoins des divers groupes constituant l'humanité (de l'intelligentsia avancée, aux travailleurs non qualifiés) et que la grande partie des hommes est placée exactement dans la ligne du dessein planétaire.
Les besoins des masses non pensantes doivent être satisfaits par des disciples de développement spirituel moindre, dont le plus grand attrait vient probablement de l'application d'une aide économique ou structurelle. La tâche de ces disciples mineurs est de prouver aux masses ignorantes que – à mesure que passent les siècles – la vie spirituelle et la véritable compréhension spirituelle englobent tous les aspects de l'expression du plan physique, et non seulement les modes de pensée religieux ou philosophiques. Donc, la méditation de tous les degrés de disciples et d'initiés a son utilité car, en exécutant cette méditation à leur propre niveau, ils peuvent adapter le Plan à une masse d'hommes très différents, de sorte que le Plan hiérarchique peut s'étendre des Maîtres de la Hiérarchie, en passant par les Ashrams et par le Nouveau groupe des serviteurs du monde, jusqu'à la famille humaine.

Si nous pouvons saisir la vraie simplicité de cette image, nous pouvons aussi participer à ce grand travail de méditation.
Donc non seulement le Plan est basé sur la méditation planétaire, mais, dans son développement vers l'expression, il répond aux besoins de tous les groupes et degrés possibles d'êtres humains. Plus important encore, acceptons que le mot « spirituel » couvre toutes les phases de l'expérience. Est spirituel ce qui se trouve au-delà du degré de perfection atteint dans le présent ; c'est ce qui incarne la vision, et pousse l'homme vers un but plus élevé que celui déjà atteint. A ce sujet nous lisons dans L’Etat de Disciple dans le Nouvel Age, II : « Les ecclésiastiques ont fait une grande ligne de démarcation entre ce qui est humain et ce qui est spirituel, entre ce qui est matériel et ce qui ne l'est pas ; ce faisant, ils ont créé le péché, et grandement compliqué la vie et la compréhension des hommes. Ils ont donné une signification égoïste à l'aspiration humaine ; ils n'ont pas enseigné aux hommes que la méditation et la prière étaient simplement des phases de coopération au Plan divin. L'individualisme a été encouragé et la compréhension de groupe perdue. Vu le travail des Frères de l'ombre, il se peut qu'il ait été impossible d'éviter ce dangereux détournement de l'intention humaine et de la vérité. Mais le temps est venu où les hommes peuvent imposer à leur pensée le grand rythme de la méditation, allant du désir à la prière puis à l'adoration et, de là, à la méditation et à l'invocation ».

Il faut également apprendre à donner une acception plus large au mot « méditation » que nous ne l'avons fait jusqu'ici. La pensée concentrée fait partie de la méditation planétaire ; faire des plans pour aider les nécessiteux et explorer tous les chemins de la pensée pour rendre ces plans utiles et efficaces, c'est méditer ; s'ouvrir à l'impression spirituelle et à la coopération avec la Hiérarchie, c'est méditer.
La méditation ne devient efficacement créatrice dans les trois plans des trois mondes que lorsque l'antahkarana est en voie de construction. Les mondes de la personnalité sont les mondes du troisième aspect divin, et la création de formes-pensée en leurs seins (habituellement exécutée par le mental concret) est en rapport avec la forme, avec l'obtention de ce qui est désiré et largement consacré aux valeurs matérielles. Mais lorsque l'homme commence à fonctionner en tant que personnalité fusionnée avec l'âme, et se préoccupe de se rendre sensible à l'impression spirituelle supérieure, alors le travail créateur de la Triade spirituelle peut se développer, et une forme supérieure de méditation créatrice peut être employée. C'est une forme que chaque individu doit découvrir par lui-même, car elle doit être l'expression de sa propre compréhension spirituelle ; cette dernière commence par la construction ou création consciente de l'antahkarana, et elle est soumise à l'impression de l'Ashram auquel l'individu se trouve affilié.

Terminons cette introduction avec une autre citation de L’Etat de Disciple dans le Nouvel Age, II, ou le Tibétain utilise l'expression : « Un groupe mondial uni, consacré à une méditation unanime et simultanée... en vue de la juridiction du Christ ». Il nous-y éclaire : « Je désire attirer spécialement votre attention sur cette dernière expression qui introduit un concept nouveau dans le travail préparatoire devant être accompli par le Nouveau groupe des serviteurs du monde. La tâche consiste à établir, par la méditation, la connaissance et le fonctionnement des lois et principes qui gouverneront l'ère à venir, la civilisation nouvelle et la future culture mondiale. Jusqu'à ce que soit au moins posée la base de la prochaine juridiction, le Christ ne pourra pas réapparaître ; s'Il venait sans cette nécessaire préparation, beaucoup de temps, beaucoup d'efforts et d'énergie spirituelle seraient perdus. Nous devons donc admettre (si ces prémisses sont acceptées), qu'il faut établir – dans un proche avenir – un groupe d'hommes et de femmes dans chaque pays qui, dûment et convenablement organisés, méditeront « simultanément et unanimement » sur les mesures juridiques et les lois de base qui seront le fondement du gouvernement du Christ, et qui sont essentiellement les lois du royaume de Dieu, cinquième règne dans le processus de l'évolution planétaire ».

Avec ses pensées profondes d’introduction, méditons maintenant ensemble sur la note clé du Taureau :

« Je vois et quand l’œil est ouvert tout est illuminé »

La Pleine Lune a lieu

le 10 mai 2017 à 23h42 heure de Genève

Fête de Wesak - Émission

Rejoignez nous pour l'émission en DIRECTE de la Fête de Wesak (Taureau) - Réunions de New York,  Londres et Genève

Allocution Fête de Wesak

Allocution donnée à la Fête de Wesak 2014 à Londres | Genève.

Rejoignez nous pour l'émission en directe de la réunion de Londres, New-York et Genève