Lucis Trust / École Arcane / Conférences et... / La Nature de l'Ésotérisme  

La Nature de l'Ésotérisme

par Alice A. Bailey

(Education dans le Nouvel Âge , pp. 59-68)

Les éducateurs du nouvel âge mettront de plus en plus l'accent sur la manière ésotérique d'aborder les problèmes ; il pourrait être utile que je tente ici de définir l'ésotérisme en termes adaptés à l'intelligence générale moyenne des étudiants de l'ésotérisme, et à leur point d'évolution. Je voudrais vous rappeler que l'ésotérisme véritable (du point de vue de la Hiérarchie) est une chose bien plus profonde que vous ne pouvez le comprendre.

L'une des définitions les plus inadéquates de l'ésotérisme est qu'il concerne ce qui est caché et ce qui, même soupçonné, demeure encore inconnu. On pourrait en déduire que l'ésotériste est celui qui cherche à pénétrer certain domaine secret où l'étudiant ordinaire n'a pas le droit d'entrer. Et si ce n'était que cela, alors tous les savants et tous les mystiques approcheraient le monde de l'ésotérisme et des réalités cachées munis d'un type mental et émotionnel adéquat. Cela, n'est pas tout à fait exact. Le mystique n'est jamais un vrai ésotériste, car il ne s'occupe pas, dans sa conscience, d'énergies et de forces, mais d'un vague «quelque chose d'autre» (appelé Dieu, le Christ, le Bien-aimé) et donc, en réalité, de ce qui satisfait la soif de son âme. Le savant qui, maintenant, pénètre si rapidement le monde des forces, des énergies, et en traite, est en réalité un véritable ésotériste - même si, dans son effort pour les maîtriser, il nie leur source. Cette négation est relativement de peu d'importance ; plus tard, il reconnaîtra la source dont elles émanent.

L'approche de base, pour tous ceux qui s'efforcent de saisir l'ésotérisme ou de l'enseigner, est de mettre l'accent sur le monde des énergies et de reconnaître que, derrière tous les événements du monde des phénomènes (par là je désigne les trois mondes de l'évolution humaine), il existe un monde d'énergies extrêmement diverses et complexes, mais qui toutes, se meuvent et fonctionnent selon la Loi de Cause à Effet. Il est donc à peine nécessaire que j'indique la nature très pratique de cette définition, son applicabilité à la vie de l'aspirant, à la vie de la communauté, aux affaires mondiales, ou aux niveaux immédiats des énergies spirituelles expérimentales qui cherchent constamment l'impact ou le contact du monde des phénomènes. Elles le font, sous direction spirituelle, afin de mettre en œuvre le Plan. La déclaration ci-dessus est d'importance fondamentale, elle contient implicitement toutes les autres définitions ; c'est la première vérité importante concernant l'ésotérisme, qui doit être apprise et appliquée, par chaque étudiant, au mystère et à l'universalité de ce qui fait mouvoir les mondes et sous-tend le processus de l'évolution.

La première tâche de l'ésotériste est de comprendre la nature des énergies qui cherchent à le conditionner et qui aboutissent à l'expression sur le plan physique de son véhicule de manifestation, par l'intermédiaire des moyens dont il est équipé. L'étudiant de l'ésotérisme doit donc saisir :

  1. Qu'il est un agrégat de forces héritées et façonnées par ce qu'il a été, auquel s'ajoute une grande force antagoniste qui n'est pas un principe et que nous appelons le corps physique.
  2. Qu'il est sensible à certaines énergies inconnues de lui et inutilisables par lui, et dont il devrait prendre conscience de plus en plus s'il veut pénétrer plus profondément dans le monde des forces cachées. Il peut s'agir d'énergies qui, pour lui, seraient mauvaises et qu'il lui faut discerner et rejeter ; ou d'autres qu'il doit apprendre à utiliser, car elles se révéleraient bénéfiques, accroîtraient sa connaissance, et devraient être considérées comme bonnes. Cependant, gardez bien à l'esprit que les énergies en soi, ne sont ni bonnes ni mauvaises. La Grande Loge Blanche, notre Hiérarchie spirituelle, et la Loge Noire emploient les mêmes énergies universelles, mais avec des motifs et des objectifs différents ; les deux groupes sont constitués d'ésotéristes compétents.

L'ésotériste en cours d'entraînement doit donc :

  1. Prendre conscience de la nature des forces qui constituent les moyens de sa personnalité, forces qu'il a lui-même amenées magnétiquement à l'expression dans les trois mondes. Elles forment une combinaison de forces actives. Il doit apprendre à distinguer l'énergie strictement physique, qui réagit automatiquement à d'autres énergies intérieures, de celles qui émanent des niveaux de conscience émotionnels et mentaux ; ces dernières se focalisent dans le corps éthérique qui, à son tour, provoque certaines activités de son véhicule physique, en le motivant et en le galvanisant.
  2. Devenir sensible aux énergies déterminantes de l'âme, émanant des niveaux mentaux supérieurs qui cherchent à maîtriser les forces de l'homme triple quand un point précis d'évolution est atteint.
  3. Reconnaître les énergies qui conditionnent son entourage, les envisageant non comme des événements ou des circonstances, mais comme de l'énergie en action apprenant de cette façon, à pénétrer derrière la scène des événements extérieurs, dans le monde des énergies, y recherchant le contact et les qualifications pour certaines activités. Il réussira ainsi à entrer dans le monde des causes. Les événements, les circonstances et les phénomènes physiques de toutes sortes sont simplement des symboles de ce qui arrive dans les mondes intérieurs, et c'est dans ces mondes que l'ésotériste doit pénétrer, autant que sa perception le lui permet. Il découvrira successivement des mondes qui feront appel à sa capacité d'investigation scientifique.
  4. Pour la majorité des étudiants, la Hiérarchie elle-même, reste un domaine ésotérique qui demande à être découvert et qui acceptera d'être pénétré. Je choisis mes mots avec soin, afin de susciter chez vous une réaction ésotérique.

Je ne désire pas aller au-delà du but prévu pour l'humanité ; pour les initiés et les disciples n'ayant pas encore pris l'initiation de la Transfiguration, les domaines supérieurs de conscience et le « Lieu secret du Très-Haut » (la Chambre du Conseil de Sanat Kumara) demeurent profondément ésotériques. Ce sont des domaines supérieurs d'énergies, planétaires, extra-planétaires et interplanétaires. Les éducateurs n'ont pas à s'en soucier, et les enseignants des écoles ésotériques n'ont pas à en traiter. La tâche consiste à entraîner l'étudiant à reconnaître l'énergie et la force ; à distinguer entre les différents types d'énergie, à la fois par rapport à eux-mêmes et par rapport aux affaires mondiales ; à commencer à faire la liaison entre ce qui est vu et expérimenté et ce qui est invisible, qui conditionne et détermine. Voilà la tâche de l'ésotérisme.

Il y a une tendance, parmi les étudiants de l'ésotérisme, surtout chez ceux des anciens groupes des Poissons, à considérer tout intérêt porté aux énergies produisant les événements mondiaux ou concernant le gouvernement et la politique, comme contraire à l'effort spirituel et ésotérique. Mais le nouvel ésotérisme qu'appuieront des groupes plus modernes et un type d'homme plus mental, envisagera tous les événements, les mouvements mondiaux, les gouvernements nationaux et toutes les circonstances politiques, comme l'expression des énergies du monde intérieur de la recherche ésotérique. Ces groupes ne voient donc aucune raison sérieuse d'exclure un aspect si important des affaires humaines de leur raisonnement, de leur pensée, et de la recherche de nouvelles vérités et techniques qui peuvent engendrer une ère nouvelle de justes relations humaines. Ils demandent : Pourquoi écarter la recherche politique du programme spirituel ? Ils l'estiment comme d'égale, sinon de plus grande importance que l'activité des églises ; les gouvernements façonnent le peuple, et aident à produire toute civilisation du moment, imposant aux masses certaines lignes de pensée nécessaires. Les églises et les hommes de partout ont besoin d'apprendre qu'il n'existe rien dans le monde des phénomènes, des forces et des énergies, qui ne puisse être placé sous la domination du spirituel. Tout ce qui existe est, en réalité, esprit en manifestation. Aujourd'hui, les masses commencent à s'intéresser à la politique et, du point de vue des Maîtres, c'est un grand pas en avant. Quand les personnes de mentalité spirituelle du monde entier incluront cette zone relativement nouvelle de la pensée et ses activités internationales dans le champ de la recherche ésotérique, un très grand progrès aura été accompli.

Permettez-moi de vous donner une illustration simple : la guerre est, en fait, une grande explosion d'énergies et de forces, générée sur les plans intérieurs où l'ésotériste devrait travailler (mais où il est rarement), qui trouve son expression atroce et catastrophique sur le plan physique. Ceci est indiqué aujourd'hui par l'usage constant des termes « Forces de Lumière » et « Forces du Mal ». Quand les causes intérieures, ésotériques et prédisposantes de la guerre seront découvertes par la recherche ésotérique, alors la guerre ou les guerres n'existeront plus. C'est du vrai travail ésotérique mais il est méprisé par les ésotéristes d'aujourd'hui qui se croient spirituellement supérieurs à de telles affaires et qui — dans leur tour d'ivoire — se concentrent sur leur propre développement en y ajoutant un peu de philosophie.

II faudrait ici affirmer une chose : l'ésotérisme n'est nullement de nature vague ou mystique. C'est une science, essentiellement la science de l'âme de toutes choses, avec sa propre terminologie, ses expériences, ses déductions et ses lois. Quand je dis « âme », je désigne la conscience présente dans toute la nature et qui l'anime, et présente sur les niveaux situés au-delà de ce que nous entendons habituellement par nature. Les étudiants oublient facilement que tous les niveaux de conscience, du plus élevé au plus bas, sont des aspects du plan physique cosmique, et donc de nature matérielle, selon le processus de l'évolution. Pour certains Observateurs divins, ils sont véritablement tangibles et formés de substance créatrice. L'ésotériste traite constamment de substance ; ce qui le concerne, c'est la substance vivante et vibrante, dont les mondes sont faits — héritée d'un système solaire précédent — colorée par les événements passés et, comme on l'a dit, « déjà teintée de Karma ». Il faudrait noter aussi que, de même que le plan physique, si familier pour nous, n'est pas considéré comme un principe par l'étudiant de l'ésotérisme, de même le plan physique cosmique (du point de vue de certaines vies cosmiques) « n'est pas non plus un principe ». Je vous donne ici matière à réflexion.

On pourrait dire que l'ésotériste travaille à découvrir les principes animant chaque niveau du plan physique cosmique ; ce sont en réalité des aspects de l'énergie vitale qualifiée qui agit dans et par la substance dépourvue de principe. Sa tâche est de détourner le centre de son attention du côté forme — substance de l'existence, pour prendre conscience de ce qui a été la source de la production des formes, sur n'importe quel niveau spécifique. Sa tâche est de développer en lui-même la sensibilité et la réceptivité nécessaires à la qualité de la vie dominant n'importe quelle forme, jusqu'à ce qu'il parvienne finalement à la qualité de la Vie Une qui anime la planète; c'est au sein de l'activité de cette Vie Une que nous avons la vie, le mouvement et l'être.

Pour cela, il lui faut tout d'abord découvrir la nature de ses propres énergies qualifiées (ici, intervient la nature des rayons dominants) qui s'expriment par ses trois véhicules de manifestation et, plus tard, par sa personnalité intégrée. Étant arrivé, dans une certaine mesure, à cette connaissance, et s'étant orienté vers la qualité de l'aspect vie, il commence à développer en lui-même le mécanisme intérieur subtil par lequel il peut prendre contact avec les aspects plus généraux et universels. Il apprend à distinguer entre la qualité ou prédispositions karmiques de la substance « sans principe » dont la forme et toutes les formes sont faites, et les principes qualifiés qui cherchent à s'exprimer par ces formes ; il les rachète, les sauve et les purifie du même coup, afin que la substance du prochain système solaire soit d'un ordre plus élevé que celle du système actuel, donc plus réceptive à l'aspect volonté du Logos.

Envisagé sous cet angle, l'ésotérisme est la science de la rédemption dont tous les Sauveurs du monde sont le symbole éternel et les représentants. C'est pour racheter la substance et ses formes que le Logos planétaire vint en manifestation, et que la Hiérarchie tout entière avec son grand Guide, le Christ (symbole mondial actuel), peut être considérée comme une hiérarchie de rédempteurs, versés dans l'art de la rédemption. Lorsqu'ils auront maîtrisé cette science, ils pourront alors passer à la Science de la Vie et s'occuper des énergies qui, un jour, contiendront et utiliseront la substance et les formes qualifiées, rachetées et alors douées de principe. La rédemption de la substance sans principe, sa restauration créatrice, son intégration spirituelle est Leur but ; le fruit de Leur travail apparaîtra dans le troisième et dernier système solaire. Leur activité va produire une grande fusion spirituelle et planétaire dont la fusion de la personnalité et de l'âme (à un certain point du sentier de l'évolution) est le symbole au sens microcosmique. Vous pouvez ainsi voir la relation étroite existant entre le travail du disciple ou de l'aspirant, alors qu'il rachète, sauve et purifie son triple corps de manifestation, et le travail du Logos planétaire lorsqu'Il accomplit une tâche semblable sur les «trois véhicules périodiques» par lesquels II S'exprime : le véhicule de Sa personnalité, le véhicule d'expression de Son âme et Son aspect monadique.

Grâce à tout ce que j'ai dit, vous comprendrez que je m'efforce d'enlever toute imprécision au mot « ésotérisme » et d'indiquer la nature extrêmement pratique et scientifique de l'entreprise dans laquelle s'embarquent tous les ésotéristes.

L'étude de l'ésotérisme, lorsqu'elle va de pair avec un mode de vie ésotérique, finit par révéler le monde des causes et conduit en fin de compte au monde de la signification. L'ésotériste commence par essayer de découvrir le pourquoi des choses; il se bat avec le problème des événements, des crises, des circonstances, afin d'en arriver aux causes qu'elles devraient lui révéler ; lorsqu'il a vérifié le sens d'un problème spécifique, il l'utilise comme une invitation à pénétrer plus profondément dans le monde des causes, nouvellement révélé. Il apprend alors à incorporer ses petits problèmes personnels dans le plus grand Tout, perdant ainsi de vue le petit soi, et découvrant le plus grand Soi. Le véritable point de vue ésotérique est toujours celui du plus grand Tout. Il s'aperçoit que le monde des causes s'étend comme un réseau complexe sur toute l'activité et sur tous les aspects du monde phénoménal. De ce réseau, le lacis éthérique est le symbole et le dessin ; le lacis éthérique existant entre les centres, le long de la colonne vertébrale de l'individu, est sa correspondance microcosmique, comme une série de portes d'entrée dans le monde plus vaste des causes. Cela, en réalité, concerne la vraie Science des Centres dont j'ai souvent fait mention. Ce sont des modes de pénétration consciente (lorsqu'ils sont développés et fonctionnent) dans le monde de la réalité subjective et dans des phases jusqu'ici inconnues de la conscience divine.

L'ésotérisme, néanmoins, ne s'occupe pas des centres en tant que tels. L'ésotérisme n'est pas un effort pour éveiller scientifiquement les centres, comme beaucoup d'étudiants le pensent. L'ésotérisme est réellement l'entraînement de l'aptitude à fonctionner librement dans le monde des causes ; il ne s'occupe d'aucun aspect de la forme mécanique ; il s'occupe entièrement de l'aspect âme — aspect du Sauveur, du Rédempteur et de l'Interprète — ainsi que du principe médiateur entre la vie et la substance. Ce principe médiateur est l'âme de l'aspirant ou du disciple (si l'on peut utiliser un terme aussi trompeur) ; c'est aussi l'anima mundi du monde dans son ensemble.

L'ésotérisme implique donc une vie vécue en harmonie avec les réalités subjectives ; c'est seulement possible quand l'étudiant est intelligemment polarisé, et mentalement focalisé ; il n'est utile que lorsque l'étudiant peut se mouvoir librement parmi ces réalités subjectives, de manière experte et compréhensive. L'ésotérisme implique aussi une compréhension de la relation entre les forces et les énergies et la capacité d'utiliser l'énergie pour le renforcement, puis pour l'utilisation de façon créatrice des forces contactées ; d'où leur rédemption. L'ésotériste utilise les forces du troisième aspect, celui de la substance intelligente, en tant que réceptrices des énergies issues des deux aspects supérieurs et, ce faisant, sauve la substance. L'ésotérisme est l'art de « faire descendre sur terre » les énergies émanant des sources les plus hautes, puis de les y ancrer. A titre d'illustration : ce fut l'activité ésotérique d'un groupe mondial d'étudiants qui aboutit à dispenser l'enseignement concernant le Nouveau groupe des serviteurs du monde*, ancrant et fixant ainsi, dans la conscience de l'humanité, le fait de l'existence de ce groupe fondamentalement subjectif ; le travail de ce groupe fut ainsi focalisé et son activité rédemptrice intensifiée.

Toute vraie activité ésotérique produit lumière et illumination ; elle engendre, pour la lumière de la substance héritée, une intensification et une qualification par la lumière supérieure de l'âme qui, dans le cas de l'humanité, fonctionne consciemment. Il est donc possible de définir l'ésotérisme et son activité en termes de lumière, mais je m'en abstiens, vu l'imprécision qu'ont exprimée les ésotéristes des dernières décennies et l'application mystique qu'ils en ont fait. Si les ésotéristes voulaient bien accepter, sous sa forme la plus simple, l'affirmation de la science moderne selon laquelle substance et lumière sont des termes synonymes ; s'ils voulaient bien reconnaître aussi que la lumière qu'ils peuvent diriger sur la substance (application de l'énergie à la force) est également de nature substantielle, ils aborderaient la question d'une manière beaucoup plus intelligente. L'ésotériste traite en vérité de la lumière sous ses trois aspects, mais il est préférable actuellement de tenter une approche différente jusqu'à ce que — par le développement, l'épreuve et l'expérimentation — il connaisse ces triples différenciations dans la pratique, et non seulement de manière théorique et mystique. Il nous faut tenir compte, pour les éliminer, de certaines erreurs du passé.

Je vous ai donné beaucoup d'autres définitions dans mes divers livres, dont certaines étaient très simples ; elles peuvent avoir un sens aujourd'hui et contenir plus tard, pour vous, une signification plus abstruse.

Je défie tous les ésotéristes de tenter d'aborder pratiquement la question ainsi que je viens de l'indiquer. Je leur demande de vivre une vie rédemptrice, de développer leur sensibilité mentale innée, de travailler continuellement avec les causes qui sont à l'arrière-plan de l'individu, de la communauté, des affaires nationales et mondiales. Si vous agissez ainsi, la lumière brillera soudain et de plus en plus sur votre chemin. Vous pouvez devenir des porteurs de lumière sachant alors que « dans cette lumière vous verrez la Lumière* », et vos frères aussi la verront.

* Traité sur la Magie Blanche, pages 398-433 ; Traité sur les Sept Rayons. Vol. II (Psychologie Esotérique), pages 629-751, éd. anglaise.

Haut de page ^