Lucis Trust / École Arcane / Douze Fêtes Spi... / Cancer / Allocution Fête du Cancer  

Allocution Fête du Cancer

Chers amis bonjour et bienvenue à la Pleine Lune du Cancer.

Nous voici ensemble, reliés à de nombreux groupes dans le monde, pour méditer et travailler avec les énergies du Cancer dont la note-clé est : « Je bâtis une maison illuminée et l’habite »

Pendant la Haute Tension des trois Fêtes Majeures, la conscience des trois royaumes, Shamballa, la Hiérarchie et l'Humanité soutiennent fortement l'énergie afin de l'affecter dans toute sa puissance à l'Humanité.
Après la période des trois Fêtes Majeures de Pâques, du Wesak et du Christ, nous abordons aujourd'hui le cycle des neuf Fêtes Mineures, de véritables opportunités pour le travail de la manifestation des énergies spirituelles dans le monde d'aujourd'hui.
Celles-ci développent dans la conscience humaine, les aspects divins que sont l'harmonie par le conflit, la science concrète, la dévotion ou l'idéalisme et l'ordre ou l'organisation.

Restons un temps en silence et visualisons la Hiérarchie qui s’approche du Groupe Mondial des Méditants, comme elle le fait chaque mois au moment de La Pleine Lune. Voyons la Hiérarchie rayonnant de Lumière et d’Amour vers l’Humanité.
Puis énonçons ensemble le Mantram

Le Gayatri

O Toi, qui soutiens l’Univers
De qui toutes choses procèdent.
Auquel toutes choses retournent,
Dévoile-nous la face du véritable Soleil Spirituel
Caché par un disque de lumière dorée,
Afin que nous puissions connaître la Vérité
Et accomplir tout notre devoir
Alors que nous cheminons vers Tes pieds sacrés.

OM

Dans le signe du Cancer, signe de masse, l'aspirant se prépare à la bataille. Il s’initie de lui-même dans l’acte de « renaissance » en s’appropriant sa forme afin de l’élever à la lumière de son âme.

Dans notre monde actuel, vaste et complexe, il y a lieu d’une préparation nécessaire et adéquate à toute adaptation. Car ces énergies «soulèvent » la globalité des hommes et ne donnent qu’un seul choix :
Continuer en s’intégrant ou s’arrêter et disparaître dans l’éclatement.
Dès que l’homme s’engage à assumer ses responsabilités, il met en route un long processus de reconnaissance du devoir de citoyen. Et dans ce devoir, il retrouve la notion de développement graduel. C’est donc, dans cette logique qu’il ne peut plus se satisfaire de penser, de sentir et d’agir en disharmonie avec sa conscience. Il cherche non seulement à être en accord avec son monde extérieur, mais aussi avec son monde intérieur. Relié de chaque côté, tout en se libérant, il se rassemble enfin en son centre intérieur. A chacune de nos actions erronées, à chacune de nos souffrances vécues, et à chacune de nos pensées malsaines, la vie nous rappelle à l’ordre la nécessité de nous rassembler en un seul mécanisme de fonction. Car ce véhicule, une fois construit dans les normes de qualité divine, ne reçoit son agrément, qu’à l’instant où il travaille en harmonie avec le « Service du Divin ». Dans sa raison d’être, notre enveloppe, non seulement se fortifie dans toute sa puissance mais aussi revêt un caractère particulièrement sacré.

Il y a dans un premier temps, le désir de progresser :
Autour de nous, le monde nous y entraîne, tout va très vite. Nous ne voulons pas rester en marge ou à la traîne, et cela est bon pour notre corps physique. Nos relations avec les autres sont très éprouvantes, une quantité énorme de souffrances que nous voulons nous épargner. Et cela est bon pour notre corps affectif. Et enfin, il y a urgence à faire le choix du Salut de notre Humanité. Nous ne voulons plus rester spectateur et cela est bon pour notre corps mental.
Ce 1er Tout qu’est la Personnalité, dans l’échelle du développement de l’Humanité, révèle que toute intégration puissante dans sa nature, produit une base solide et stable pour une relation riche et éternelle avec une autre intégration supérieure. Il y a dans l’âme, une lumière suffisamment puissante dans son intensité, pour éclairer le chemin de toute personnalité intégrée. Comme le Maître donne vie à son disciple, l’âme communique la vie au corps, une vie qui devient force créatrice.

Chaque homme est un peuple, une nation, un monde, où l’âme toute entière cherche à exprimer sa splendeur. Et pourtant, seul il ne peut rien, mais reliant son âme aux autres, il active le Feu Ardent de l’Amour Impersonnel. De son centre personnel, il construit avec l’aide d’autres centres, « un centre d’émanation ». Son opinion repose sur la bonne volonté, sur la vision compréhensive des besoins de l’humanité et sur la volonté de réaliser les justes relations humaines.
Le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde expérimente une Fraternité Nouvelle, pratique et efficace, et non plus théorique et périmée. Nous passons donc de la Fraternité de la Personnalité à la Fraternité de l’Esprit, car le besoin d’aujourd’hui est de produire « des gens pleinement intégrés, qui peuvent penser avec leurs cœurs, sentir avec leurs têtes et agir avec leurs mains » (Le Tibétain).
Un Maître a dit : « Lisez et étudiez, car le But en vaut la peine. Etudiez et préparez-vous ». La préparation signifie l’Expérience de la Vie. Pour servir, l’Aspirant doit Savoir. Il doit chercher la connaissance, dans toute sa pleine signification sur le Sentier. Et cette connaissance doit être une véritable expression de l’âme, qui ne soit rien d’autre qu’une force consciente qui s’imprègne spontanément et rapidement dans chaque phase d’activité de la Vie. Un Homme de Découverte doit être préparé à tout ce qui vient.

Dans l’Agni Yoga, il nous est dit :
« Un effort sincère pour se perfectionner n’est pas égoïsme, il a une portée universelle. Penser à améliorer ne vous concerne pas seul. Une telle pensée porte en elle la flamme nécessaire pour éveiller de nombreux cœurs. Comme le feu qui, amené en un lieu rempli de substance inflammable, ne manquera pas de l’enflammer, de même la pensée ardente pénètre l’espace et attire infailliblement à elle les cœurs qui cherchent. » (Agni Yoga p50 é.française)

Il ne suffit pas de montrer l’exemple d’une vie vertueuse et tolérante, ce n’est là que bonté négative. Par contre, nous pouvons enseigner, acquérir connaissances et forces spirituelles, pour que le remède de toute souffrance puisse être trouvé, et « prêter mains fortes » autour de nous. Tout cela, afin que les forces nécessaires puissent être déployées dans le combat essentiel. Se préparer pour mieux agir, n’est-ce pas là la ligne directive du signe du cancer.
C’est à main armée, et prêt à conquérir ou à périr, que l’étudiant peut espérer atteindre son objectif. C’est aussi dans une discipline plus rigoureuse qui, permettra l’accomplissement de ce plus grand service.
Nous pouvons comparer le corps à une maison, les sens à des fenêtres et la bouche à la porte d’entrée. Gardons ce corps propre et sacré. Ne permettons pas aux qualités animales de pénétrer dans la résidence. Et laissons l’Amour Spirituel entrer dans notre vie et se développer en toute liberté. Il nous faut donc agir dans le respect de nos responsabilités spirituelles. Et en agissant ainsi, non seulement nous nous libérerons de toute conséquence matérielle, mais aussi, nous nous élèverons progressivement jusqu’au service d’Amour, qui seul, peut nous permettre d’atteindre le Royaume de Dieu. Aussi dans ce service hautement spirituel, ne sommes- nous pas enclin à convertir toute action intéressée d’autrui, ne serait-ce qu’une seule personne, à une autre forme d’acte, qui soit imprégné d’amour inclusif. Car même, « Avec une seule étincelle de lumière, l’obscurité absolue ne le sera plus. Derrière la pensée, le mot, l’acte, se tient déjà la Lumière. Ainsi, celui qui sait trouver une étincelle de Lumière est déjà un Collaborateur illuminé. » (Agni Yoga p116 éd.française)

La Sagesse Eternelle nous enseigne que la véritable position de l’être vivant est celle de Serviteur Eternel de Dieu. Qu’il oublie cette vérité et il se verra conditionné par la nature matérielle, mais qu’il serve Dieu, et il connaîtra la libération, tout en demeurant serviteur. Par nature, il est destiné au service. S’il sert le Principe Divin, il se trouve alors dans sa condition naturelle; mais s’il choisit de servir l’énergie externe, l’énergie illusoire, sa condition sera celle d’un être enchaîné.

Il y a une tendance généralisée à vivre de plus en plus dans un monde de plus en plus imaginaire, de plus en plus virtuel et donc de moins en moins concret. A une époque, où les études scolaires deviennent de plus en plus longues, de plus en plus abstraites, où dominent les technocrates, presque chacun s’imagine pouvoir tout résoudre par lui-même, « dans sa tête », sans passer par la relation.
Le but de toute expansion de conscience est de commencer par tout mettre en cause, et en aucun cas de vivre dans une dépendance, même apparemment heureuse. Mais au contraire tenir sur ses propres pieds, d’accéder à la non-dépendance. Cependant, cette dépendance ne peut être qu’un stade à dépasser, un passage souvent obligé mais maîtrisé.

Dans la notion de Combat, il y a l’espace de l’effort spirituel, un espace vaste, complexe et très intime à chacun de nous.
Car dans chaque mouvement évolutif, il y a cette tendance à vouloir s’émanciper davantage, en somme, de passer de la dépendance à l’autonomie. Puis le rythme régulier du travail intérieur pousse encore de plus en plus loin, en direction de l’interdépendance. Cet état, vers lequel nous cherchons intimement à tendre, afin d’être en harmonie avec les énergies de l’Ère du Verseau, tout en réalisant sa propre mission, celle qui nous a été attribué par le Plan Divin.

Il nous est dit dans Les Travaux d’Hercule :
« Le signe opposé au Cancer est le Capricorne ; ensemble, ils constituent les deux portes : l’une est la porte vers la vie de la forme, l’autre est la porte vers la vie spirituelle ; l’un des signes ouvre la porte qui donne sur la forme de masse de la famille humaine et l’autre, sur l’état de conscience universelle qui est le règne de l’esprit. L’un marque le commencement de l’expérience de l’homme sur le plan physique, l’autre marque son point culminant. L’un signifie potentialité et l’autre, consommation. » (p80 éd.française)

Être et Connaître, tels sont les buts de l’aspiration qui doivent agiter les marasmes de la vie intérieure et nous inciter à l’action. La souffrance de l’âme des hommes doit devenir la nôtre. Et cela commence par la culture intensive d’une grande humanité, et par la préparation délibérée à la réception d’un pouvoir plus élevé d’assistance, pour l’utiliser dans une carrière de sublime service. Nous nous devons d’être des manipulateurs conscients de l’unique force de la vie, qui se manifeste par les centres éveillés de la personnalité intérieure afin que cette première réalisation sur le sentier, devienne une infinie promesse pour les autres. En laissant jouer sur eux un certain degré de notre force, il peut en résulter un éveil et la reconnaissance d’une vie plus profonde.

La loi nous indique que nous ne pouvons bâtir que sur ce que nous avons. Nous ne pouvons communiquer que ce que nous sommes. Aider l’humanité à s’aider elle-même en devenant les « fenêtres » de l’Univers.

Nous sommes maintenant prêts à continuer le travail, dans la Joie Partagée, en méditant sur la note-clé du Cancer : « Je bâtis une maison illuminée et l’habite »