Lucis Trust / École Arcane / Douze Fêtes Spi... / Poissons / Pleine Lune des Poissons  

Pleine Lune des Poissons

Bonsoir,
 Cher‐e‐s
 Ami‐e‐s.


Ce
 mois‐ci,
 nous 
célébrons 
la
 Pleine
 Lune
 en
 Poissons,
 à
 l'heure
 de 
la 
Pleine
 Lune, 
18h07
 GMT, 
c'est‐à‐dire 
19h07,
 heure 
de 
Genève. 
Cette
 période 
spirituelle
 de
 l’année 
marque
 la
 fin 
du
 cycle 
des
 douze 
fêtes
 spirituelles 
qui
 se 
sont
 écoulées.
 Ainsi
 nous
 pouvons
 nous
 recueillir
 dans 
un
 esprit
 de
 bilan
 et
 de
 synthèse
 de
 nos
 acquis
 d’expériences
 ésotériques
 dans
 le
 champ
 de
 nos
 vies
 quotidiennes 
sur 
un 
plan,
 certes 
individuel,
 mais 
également 
du 
point
 de 
vue
 du
 groupe
 d’aspirants
 et
 de
 disciples 
sur
 le
 sentier
 du
 Service.


Le
 Service,
 voilà
 un
 défi
 enrichissant
 et
 fort
 approprié
 au
 signe
 des
 poissons
 où
 les
 aspects
 de
 rédemption
 ou
 spiritualisation
 de
 la
 matière
 terrestre
 (mentale,
 astrale
 et
 éthérico‐physique),
 d'élévation
 et 
d'expansion 
de 
conscience 
du 
groupe,
 peuvent
 s’approprier
 les
 qualités 
du 
signe
 du
 Christ
 Sauveur.
 Le 
Christ
 Sauveur 
ou
 conscience
 christique,
 représente 
la 
conscience 
irradiante
 et
 effective
 du
 "Nouveau
 Groupe
 des
 Serviteurs
 du
 Monde".
 Cette
 conscience
 de
 groupe
 est
 inclusive
 et
 créatrice
 portant
 l’humanité
 sur
 le
 prochain
 pas
 spirituel
 à
 accomplir,
 dans
 un
 esprit
 de
 tension
 renouvelée
 comme
 invite
 à
 le
 faire
 le
 thème‐clé
 de
 la
 prochaine
 conférence
 de
 l’Ecole
 Arcane 
qui
 se
 déroulera
 à
 Genève,
 les 
23 
et 
24
 Mai
 prochains [1] 
: 
«
Que 
le
 groupe 
avance‐
hors 
du 
feu,
 du
 froid,
 et
 vers
 une
 nouvelle
 tension
»,
 un 
vaste
 programme ...


Observons
 un 
temps 
de
 silence,
 rejoignant
 en
 pensée 
tous 
les
 groupes 
qui
 méditent
 dans 
le
 monde,
 lors
 de 
cette
 pleine
 lune,
 afin
 de
 nous
 aligner 
et
 commencer
 à 
nous 
imprégner
 de
 la 
note‐clé 
de
 ce 
mois 
: «
Je 
quitte
 la 
maison 
du 
Père 
et,
 en 
revenant, 
je 
sauve.
».
 Puis 
disons 
ensemble 
l’Affirmation 
du
 Disciple
 :


Je
 suis 
une 
étincelle
 dans
 une
 grande
 lumière


Je 
suis 
un
 filet
 d’énergie 
aimante 
dans 
le 
fleuve 
de 
l’amour
 divin


Je
 suis, 
centrée 
dans 
l’ardente 
volonté 
de
 Dieu


Une 
étincelle 
de
 la 
flamme 
du
 sacrifice


Et
 ainsi 
je 
demeure

Je
 suis 
une 
voie
 de
 réalisation 
pour 
les 
hommes


Je
 suis
 une 
source
 de
 force 
qui 
les
 soutient


Je
 suis 
un 
rayon 
de
 lumière
 éclairant
 leur 
chemin


Et 
ainsi
 je
 demeure


Et,
 demeurant
 ainsi,
 je 
reviens


Et 
foule 
le
 sentier
 des 
hommes


Et
 je 
connais
 les 
voies 
de
 Dieu


Et
 ainsi
 je
 demeure




OM


Rappelons
 que,
 dans 
les
 Travaux 
d’Hercule,
 dans 
le
 signe
 des
 Poissons, 
le
 disciple 
a
 pour
 mission
 de 
ramener
 le 
troupeau 
de
 bœufs 
roux,
 symbolisant 
l’humanité,
 à 
la 
Cité
 sacrée
 dans 
une
 coupe
 d’or
 pour
 l’offrir
 à
 Athéna,
 Déesse
 de
 la
 sagesse
 et
 de
 la
 combativité
 spirituelle.
 Hercule,
 ici
 Sauveur du 
Monde,
 enrichi
 des
 qualités
 spirituelles
 acquises
 sur
 la
 roue
 zodiacale,
 tue
 le
 monstre
 à
 trois
 têtes,
 symbole
 de
 l’être
 humain
 avec
 ses
 corps
 mental,
 émotionnel
 et
 physique.
 C’est
 ainsi
 qu'il
 sauve les 
hommes 
:
 par
 cet
 acte
 rédempteur,
 lui
 permettant
 d’élever
 la
 coupe
 vers
 les
 cieux
 pour
 leur
 transmettre 
la 
lumière
 de
 l’âme
 et
 le
 feu
 de 
l'Esprit.



Si
 nous
 transposons
 le
 mythe
 à
 la
 réalité,
 au‐delà
 des
 formes,
 nous
 voyons
 s’approcher
 justement 
la 
note‐clé
 spirituelle
 de 
l’année
 qui 
sera
 proposée
 lors 
de 
la
 prochaine
 Conférence 
de 
l’Ecole
 Arcane
 de
 mai.
 Élever
 la
 coupe
 vers
 les
 cieux
 consiste
 bien
 pour
 le
 groupe,
 à
 l’image
 d’Hercule, de 
tendre 
vers
 une 
nouvelle
 tension. 
Se
 diriger
 «
vers
 un 
nouveau 
point
 de
 tension
» [2] 
n’est 
pas 
une 
mince
 affaire
 pour 
un 
groupe.
 C’est
 donc 
un 
riche 
défi
 pour 
l’année 
spirituelle
 à
 venir.
 Comment 
comprendre
 la 
«
tension
»
 ?
 Peut‐être
 comme 
la
 tension 
du
 Cœur,
 mais
 aussi
 du
 Chœur,
 c’est‐à‐dire 
celui 
que 
forme
 le
 Nouveau
 Groupe
 des
 Serviteurs
 du 
Monde
 dans 
sa 
circularité
 chorale 
et
 évolutive.


A 
la
 périphérie
 du 
Grand 
Ashram,
 le
 Chœur 
du
 Nouveau
 Groupe
 des
 «
Sauveurs
» 
du
 Monde, 
tel
 un
 Cœur
 qui
 pulse
 ses
 énergies
 rédemptrices,
 s’évertue
 à
 rayonner
 les
 qualités
 de
 sa
 conscience
 christique,
 lors
 des 
méditations
 de 
service, 
par
 exemple,
 la 
déversant
 dans
 le 
cœur
 de
 l’humanité.
 Ce
 Chœur,
 ce 
groupe,
 procède
 bien
 de
 point
 de
 tension
 en
 point
 de 
tension.
 Ce
 point
 de 
juste 
équilibre,
 médian
 et 
médiateur 
entre 
la 
Hiérarchie 
spirituelle
 et
 l’humanité 
créatrice,
 ne 
peut‐il 
pas 
être
 renouvelé
 dans 
une
 Volonté‐de‐Bien 
réactualisée 
en
 correspondance
 directe,
 autant
 que 
possible,
 avec
 les 
besoins
 présents
 de 
l’humanité
 ? 
Enrichir 
la
 pensée
 créatrice 
de 
l’humanité
 pour
 construire
 des 
formes 
pensées
 de
 groupe
 permettant
 de
 trouver
 des
 solutions 
spirituelles 
en
 prise
 directe
 avec
 le 
monde 
actuel.
 L’Idée
 captée,
 toujours
 en
 groupe,
 lors
 d’une
 méditation,
 peut
 alors
 être
 adaptée
 sous
 forme
 d’un
 idéal
 nouveau
 correspondant 
à 
l’actualité
 brûlante 
du 
moment.



Le
 signe 
double
 des 
Poissons
 relie
 l’âme 
et 
la 
personnalité
 par 
un 
trait 
horizontal 
;
 puis 
la 
fusion
 s’opère
 entre
 l’âme
 et
 la
 personnalité,
 provoquant
 le
 véritable
 lâcher
 prise
 et
 l’éveil
 de
 la
 conscience
 Christique,
 procurant
 plus
 de
 lumière
 et
 de
 puissance
 aimante
 pour
 s’exprimer
 et
 croître
 en
 tant
 qu’humanité
 Une. 
Ce
 rôle 
de 
médiateur
 entre
 forme 
et
 esprit
 permet
 à 
l’humanité
 de 
s’accorder,
 tel
 un instrument
 à 
la 
symphonie
 du 
monde
 fusionnant 
Dessein
 du 
Plan 
et
 Volonté
 de
 bien 
de 
l’humanité.



En
 nous
 inspirant
 de
 la
 note‐clé
 de
 l’année
 spirituelle
 à
 venir,
 et
 avec
 les
 présentes
 énergies
 constellaires 
et
 spirituelles 
des 
Poissons,
 nous 
pouvons 
imaginer 
que
 la 
fusion,
 par
 exemple,
 de 
l’âme 
de
 groupe
 et
 de
 la
 personnalité
 de
 groupe
 est
 possible
 lorsque
 «
le
 feu
 de
 la
 vie
 de
 la
 personnalité
»
 de groupe
 peut
 finalement 
être 
«
délibérément
 abandonnée
»
 afin 
d’entrer
 «
dans
 le
 froid
»
 de
 la 
«
claire
 vérité
 et
 de
 la
 raison
 pure
» [3].
 En
 effet,
 la
 vie
 de
 tout
 un
 chacun
 ou
 celle
 du
 groupe
 d’aspirants,
 de disciples
 ou
 encore
 celle
 de
 l’ensemble
 des
 êtres
 humains
 à
 l’esprit
 créateur,
 devient,
 ainsi
 impersonnelle.



Par
 cette 
impersonnalité 
créatrice,
 nous
 nous 
approchons
 vers
 «
un 
nouveau 
point
 de
 tension
»
 qui
 constitue
 la
 «
Volonté
»
 de
 bien
 «
immuable
 et
 focalisée
»
 avec
 le
 maintien
 de
 cette
 «
tension‐Volonté
»
 immuable
 en
 toutes
 circonstances,
 avec
 les
 hauts
 et
 les
 bas
 que
 nous
 présente
 la
 vie.
 Rappelons‐nous, 
à
 ce 
titre,
 que
 les 
«
bas
»
 de
 l’existence,
 du
 quotidien
 et
 de 
la
 vie
 de 
l’humanité
 sont
 des
 cadeaux
 spirituels,
 des
 opportunités
 spirituelles
 pour
 inventer
 ensemble 
cette 
«
nouvelle
 tension
».
 Il
 s’agit
 alors
 d’entrer
 en
 contact
 avec 
«
les
 forces
 de
 Shamballa
 ou
 de
 la
 Hiérarchie,
 ainsi
 qu’avec
 les besoins
 des 
hommes
» [4],
 dans
 un
 effort 
de 
groupe.


Il
 est
 intéressant
 d’observer
 que
 cette
 période
 du
 signe
 des
 Poissons
 correspond
 à
 la
 28ème
 session
 du
 Conseil
 des
 Droits
 Humains
 qui
 se
 tiendra
 du
 2
 au
 27
 mars
 prochains,
 à
 l’Office
 des Nations
 Unies 
à
 Genève.
 [5] 
Comme 
nous 
le 
savons, 
les
 sessions
 onusiennes
 du 
Conseil
 des 
Droits 
Humains
 traitent
 des 
problèmes
 touchant
 en 
ligne
 directe 
le
 problème 
ésotérique 
des
 Justes 
Relations 
Humaines
 dans
 le 
monde,
 passant
 par
 les
 justes
 relations
 humaines
 entre 
Etats, 
lesquels
 représentent
 des
 groupes
 nationaux
 d’êtres 
humains
 partout
 dans 
le
 monde.



Des
 problèmes
 urgents
 y
 seront
 abordés
 avec
 la
 participation
 d’une
 cinquantaine
 d’Etats‐Membres 
:
 ceux
 «
des
 victimes
 de
 la
 torture
 ou
 des
 traitements
 cruels,
 inhumains
 ou
 dégradants
»,
 la
 «
Situation
 des
 droits
 de
 l’homme
 en
 Palestine
 et
 dans
 les
 autres
 territoires
 arabes
 occupés
»,
 «
l’
Interdépendance 
des
 droits 
de 
l’homme
 et
 des
 questions 
thématiques 
relatives
 aux
 droits
 de 
l’homme
 («
Protection
 des
 droits 
de 
l’homme
 et 
des 
libertés 
fondamentales 
dans
 la
 lutte 
antiterroriste
»).

 Des
 bilans
 y
 seront
 dressés
 pour
 certains
 Etats 
:
 comme
 sur
 la
 «
Question
 de
 la
 jouissance
 effective, 
dans
 tous 
les 
pays,
 des
 droits
 économiques,
 sociaux
 et
 culturels
».

 Des 
réunions‐débats 
tout
 aussi
 essentielles
 les
 unes
 que
 les
 autres,
 foisonneront
 comme
 celle
 portant
 sur
 la
 «
Protection
 de
 la
 famille
»,
 «
Le
 logement
 convenable
 en
 tant
 qu’élément
 du
 droit
 à
 un
 niveau
 de
 vie
 suffisant
»,
 «
Le
 droit 
à 
l’alimentation
»,
 ....



Ainsi
 les
 problèmes
 abordés
 concerneront
 des
 champs
 d’expression
 de
 la
 vie
 humaine
 en
 continuelle 
évolution,
 réclamant
 une
 attention
 particulière 
dite
 «
universelle
»
 selon 
les 
Nations 
Unies.
 Pour 
certains
 d’entre 
eux, 
ces 
thèmes
 seront 
très 
précis 
:
 «
Réunion‐débat 
sur
 le 
droit 
à
 la 
vie 
privée
 à
 l’ère
 du
 numérique
»,
 sur
 «
la
 question
 des
 droits
 de
 l’enfant
»,
 «
sur
 la
 question
 des
 politiques
 nationales 
et
 des 
droits 
de 
l’homme
»,
...


Tous
 visent
 à
 fusionner
 les
 frontières
 invisibles
 de
 l’humanité
 qui
 séparent
 encore
 les
 peuples 
: réunions‐débats
 sur
 «
l
’Élimination
 totale
 du 
racisme,
 de
 la
 discrimination
 raciale,
 de 
la
 xénophobie 
et
 de
 l’intolérance
»,
 la
 «
Lutte
 contre
 l’intolérance,
 les
 stéréotypes
 négatifs,
 la
 stigmatisation,
 la
 discrimination,
 l’incitation
 à
 la
 violence
 et
 la
 violence
 visant
 certaines
 personnes
 en
 raison
 de
 leur
 religion
 ou
 de 
leur 
conviction
».


Cette 
longue
 énumération,
 non 
exhaustive,
 montre
 bien 
que 
le 
chantier
 spirituel
 de
 l’humanité
 est
 bien
 défriché
 depuis
 près
 d’un
 siècle
 (peut‐être
 depuis
 la
 création
 de
 la
 Société
 des
 Nations
 transformée
 en
 Nations
 Unies).
 Elle
 montre
 que
 les
 riches
 défis
 ésotériques
 pour
 l’humanité
 sont
 clairement
 précisés
 et
 délimités.
 En
 tant
 qu’aspirants
 ou
 disciples,
 fonctionnant
 comme
 énergie
 spirituelle 
de
 groupe,
 il
 nous
 est
 alors
 aisé
 de
 savoir 
où
 diriger
 nos 
pensées 
de 
groupes 
dans 
le
 monde,
 sur
 quels 
thèmes,
 sur 
quels
 problèmes.
 Nous 
avons
 même 
le 
choix,
 si
 j’ose
 me 
permettre.



C’est
 dans 
cet
 esprit
 de 
groupe,
 avec
 cette
 énergie 
constructive,
 ésotérique
 et
 méditative
 qu’il
 nous
 est
 alors
 possible
 d’approcher
 les
 problèmes
 cruciaux
 et
 les
 besoins
 actuels
 de
 l’humanité.
 Et
 comme 
nous 
le
 conseille,
 le
 Maître
 Morya, 
il
 nous 
faut
 cultiver 
cette 
énergie 
puissante 
du 
sourire 
face
 aux 
défis
 spirituels 
: 
«
Souris 
à
 chaque
 dépréciation
 :
 C'est
 le 
vrai 
signe 
d'un 
miracle.» [6]



Sur
 ce
 fond
 de
 réflexion,
 que
 nous
 souhaitons
 profonde
 et
 constructive,
 nous
 pouvons
 maintenant
 débuter
 notre 
méditation 
de
 service
 portant
 sur 
la
 note‐clé
:


«
Je
 quitte 
la 
maison
 du
 Père 
et,
 en 
revenant,
 je 
sauve.
».

[1] 
Lieu
 de 
cette 
prochaine 
conférence 
: 
Aula
 du 
Collège 
Sismondi,
 Chemin
 Eugène‐Rigot 
3,
 1202
 Genève

[2] 
Bailey,
 Alice 
A.,
 Traité 
sur 
les
 Rayons
 et 
Initiations,
 pp.
44‐45


[3] ibid.

[4] 
Bailey,
 Alice
 A.,
 Extériorisation 
de 
la
 Hiérarchie,
 pp.
73‐74.



[5] 
http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/RegularSessions/Session28/Pages/28RegularSession.aspx

[6] Les 
feuilles 
du 
jardin 
I
 (L'APPEL) 
1924, 
v.
436, 
coll. 
Agni
 Yoga