Lucis Trust / École Arcane / Douze Fêtes Spi... / Taureau / Fête de Wesak - Allocution 2015 Genève  

Fête de Wesak - Allocution 2015 Genève

Bonsoir et bienvenue à tous.

Nous sommes ensemble ce soir pour célébrer, en même temps que d’autres groupes dans le monde, la Fête de Wesak, la seconde des trois Fêtes spirituelles de cette année.

La fête de Wesak ou Vaisakha. La Fête de Wesak est le point culminant de l’année spirituelle, elle n’est pas simplement une fête commémorative d’une célébration, mais un événement spirituel de la plus haute importance, une cérémonie sacrée qui a lieu chaque année avec le Bouddha, intermédiaire entre le Centre spirituel le plus élevé, Shamballa, et la Hiérarchie. Pendant cette Fête, les forces de lumière, qui émanent du cœur de Dieu, affluent dans la conscience humaine et vitalisent l’aspiration de l’humanité entière. Depuis des siècles la fête de Wesak est célébrée afin de maintenir éveillé dans le mental humain :

- le fait de l'existence physique du Christ parmi nous, de Son groupe de disciples et de serviteurs.

- l’existence de la solidarité entre les religions occidentales et orientales. Les deux Grands Êtres – le Bouddha et le Christ - y sont tous deux présents.

- La connexion spirituelle entre tous ceux qui, chaque année, d’une manière synthétique et symbolique, s'unissent et représentent la Maison du Père, le Royaume de Dieu, ainsi que l'Humanité.

- La nature de l'oeuvre du Christ, en tant qu'Intermédiaire élu, Représentant la Hiérarchie spirituelle et Chef du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde.

L’élément essentiel que représente la Fête de Wesak est la coopération suprême entre Gautama Bouddha et son frère - le Christ - en faveur de l’humanité toute entière. Le Bouddha représente Shamballa, le centre où la volonté de Dieu est connue. IL focalise en Lui les énergies émanant de Shamballa et par un grand acte de sacrifice livre ces énergies à notre planète. Le Christ, représentant de la Hiérarchie, concentre en Lui l’aspiration et les efforts spirituels de l’humanité toute entière et devient le récepteur des énergies apportées par Bouddha, Il les conserve jusqu’à leur prochaine distribution, au moment de la Fête du Christ ou Journée Mondiale de l’Invocation qui aura lieu cette année le 2 juin 2015.

Le Tibétain dit que « Deux grands courants d'énergie – l'un centré sur le Bouddha et l'autre centré sur le Christ – doivent être fusionnés ; c'est la tâche des disciples mondiaux, des initiés et des disciples acceptés que de précipiter cette énergie combinée sur le monde en attente, où son utilisation efficace dépendra largement de la réponse sensible des aspirants. Ceux-ci se trouvent dans tous les pays ; leur tâche est de réagir à ce courant d'énergie dirigée. Voilà des points qu'il vous faut garder à l'esprit dans votre effort pour travaillerpar l'ashram et dans celui-ci ; dans cet ashram, se trouvent tous les types de disciples ; leur réceptivité est de tout degré et de tout genre ».

Lors de cette méditation de Pleine Lune, nous servons de récepteur à l’énergie spirituelle affluente. Au travers du canal de groupe, les Forces d’Illumination se libèrent et se déversent vers le monde. Prenons part à cette importante libération de Lumière en utilisant « le libre jeu de notre imagination créatrice ».

Observons un temps de silence pour visualiser la relation de coopération entre les Grands Êtres et celle entre tous les aspirants et disciples qui se consacrent au service à la Hiérarchie.

Puis, disons ensemble le mantram Le Gayatri :

O Toi qui soutiens l’univers

De qui toutes choses procèdent,

Vers qui tout s’en retourne,

Dévoile-nous la face du vrai Soleil Spirituel

Caché par un disque de Lumière dorée

Afin de connaître la Vérité

Et accomplir tout notre devoir

Alors que nous cheminons vers Tes pieds sacrés.

OM

Il est toujours important à retracer brièvement que :

La préparation à l'événement de la Fête de Wesak débute, dans la vision de la Hiérarchie, quand le soleil commence à se diriger vers le Nord, et qu'il se déplace, fin décembre, dans le signe du Capricorne. Le plus haut point, le moment le plus sacré de l'année spirituelle est la culmination d'un travail commencé et achevé dans deux signes de terre, le Capricorne et le Taureau.

La cérémonie annuelle se tient dans une vallée de l’Himalaya : les pèlerins se rassemblent devant un grand rocher, psalmodiant et formant différents schémas géométriques par des rituels. Soudain le silence s’installe, et le Bouddha apparaît dans son corps énergétique ; il est assis en lotus au-dessus du grand rocher, une main étendue offrant au monde la bénédiction de Shamballa. Le Christ entonne alors une grande Invocation, focalisant en lui l’aspiration entière de l’humanité. La bénédiction de Shamballa se déverse et le Christ la reçoit en tant que Représentant de l’humanité, et il se charge de garder cette bénédiction jusqu’à la pleine lune des Gémeaux, où Il la libérera vers l’Humanité et la planète entière.

Chaque année à la même période IL revient et pendant un court moment il nous rappelle que Dieu existe et aime pour toujours ; qu'Il n'est pas indifférent, que le cœur de l'univers est compassion inaltérable et que l'homme n'est pas seul. Pour susciter cette reconnaissance et rendre possible cette apparition, un Triangle vivant d'énergie est créé et centré sur les trois grandes Entités spirituelles, qui sont reconnues de l'Orient et de l'Occident, dont notre Logos planétaire Sanat Kumara, Le Bouddha, l'Etre illuminé, Celui qui révèle la lumière et la sagesse et Le Christ, le Fils du Père, le Sauveur du monde, Celui qui rachète. Celui qui est resté avec nous et qui rassemble ses brebis dans son parc, le Seigneur d'Amour.

Un autre alignement a lieu lors de cette Fête, au moment de la pleine lune, un Triangle se forme entre les Chefs des trois départements de la Hiérarchie spirituelle – entre le Manu, le Christ et le Mahachohan – créant un puissant canal d’énergie, afin de distribuer, mais aussi de protéger et aider à adapter la réceptivité du mental humain aux puissantes énergies entrantes.

Cette suprême collaboration spirituelle permet, siècle après siècle, de réaliser, peu à peu, le Dessein de Celui dont rien ne peut être dit. La coopération de Bouddha et du Christ est fondamentale : tous deux servent de médiateurs à l’afflux de la puissante force de Shamballa qui s’étend au sein même de l'humanité en coopérant avec le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde.

La Bénédiction annuelle de Bouddha nous rappelle la grâce de la bénédiction. Il est si facile et simple de bénir autrui quand on s’écoute, quand on écoute la joie de son cœur. Bénir signifie de vouloir le bien pour le tout – pour tous, pour le monde – pour la planète. Bénir sans conditions et sans discrimination dans toutes les situations de la vie Est le Don de soi. C’est l’amour donné sans rien attendre en retour.

L'histoire toute entière de l'évolution de notre planète est faite de réception et de distribution, ou d'acceptation et de don.

Le fait que l’humanité a mis l’accent sur l’hérésie de la séparativité constitue une rupture par rapport à la Loi divine. Le résultat et le prix que nous en payons aujourd’hui est la situation actuelle sur la terre. Prendre, mais ne pas donner, accepter sans partager, saisir, mais ne pas redistribuer, nous a amené dans cette lourde situation.

Les êtres humains doivent devenir sensible à la nécessité de répondre de manière juste et ainsi travailler en co-créateur conscient sur les plans de lumière, d’amour et d’unité. Ce n’est qu’ainsi que nous collaborons activement à la précipitation du Plan sur Terre.

Le Tibétain dit : « C'est par l'humanité, seule et sans aide (sauf celle de l'Esprit divin au sein de chaque être humain), que peut être "scellée la porte de la demeure du mal". Ce n'est pas Sanat Kumara qui scelle cette porte ; ce n'est pas la Hiérarchie qui repousse le mal dans le lieu d'où il vient. C'est à l'humanité qui lutte, qui aspire et qui souffre, que cette tâche est confiée et, mon frère, l'humanité est de force à accomplir cette tâche ».

Ainsi, la guérison se trouve entre les mains de l’Humanité, comme le dit la Grande Invocation : "..…la race des hommes, que le plan d'Amour et de Lumière soit instauré et puisse sceller la porte de la demeure du mal". La porte du mal ne peut être scellée que par l’abandon de la conscience de la séparativité et de l’égoïsme agissant au niveau personnel, au niveau groupal et au niveau des nations.

La tâche du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde est d’aider l’Humanité à guérir. « Le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde est impressionné par l'INTELLIGENCE active de Dieu ; il conduit cette influence divine par deux grands étages vers le bas, la transmettant ainsi sous forme de manifestation concrète ».

Le but fondamental des Trois Fêtes est essentiellement le travail du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, afin d’éliminer les barrières mentales qui existent actuellement et qui empêchent l’humanité de se reconnaître en tant qu’Unité, ce qui freine sa marche en avant vers une plus grande expression spirituelle.

Par l'intermédiaire du Christ et du Bouddha, l'humanité peut maintenant établir une relation étroite avec Shamballa, et ainsi apporter sa propre contribution à la vie planétaire en tant que centre mondial. Pénétrée par la lumière et dirigée par l'Esprit de Paix, l'expression de la volonté-de-bien de l'humanité peut émaner puissamment de ce troisième centre planétaire. L'humanité abordera alors pour la première fois la tâche à laquelle elle est destinée en tant qu'intermédiaire intelligent et aimant, entre les états supérieurs de la conscience planétaire, les états suprahumains et les règnes subhumains.

Le Tibétain disait : « Notre travail n’est pas de lutter contre les puissances du mal mais d’éveiller les consciences et de mobiliser les forces de lumière et les ressources des hommes et femmes de bonne volonté… mobiliser le bien en renforçant ainsi les mains de ceux qui travaillent du côté de la lumière et de l’amour pour que le mal trouve moins d’opportunités ».

Notre travail est d’aider à réaliser un canal clair, ouvert et disponible entre le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde et la Hiérarchie. Grâce à ces fondations, il sera plus facile aux guides de la race de peser sur la conscience des peuples et à l’opinion publique de se transformer grâce à un meilleur discernement. Ainsi l’humanité peut être guidée sensiblement vers des objectifs plus élevés et altruistes.

La note-clé du signe du Taureau est « Je vois, et quand l’œil est ouvert, tout est illuminé ».

L’œil du Bouddha a été nommé « l’œil-diamant ». Il y a une relation symbolique par rapport à l’œil dans le Taureau. L’œil du Taureau est l’une des raisons pour lesquelles cette constellation est considérée comme conférant l’illumination. Dans les travaux d’Hercules nous pouvons lire : « Il arrive avec force » dit Brontès, un des trois grands fils de Dieu. « Il chevauche dans la lumière, sa lumière intérieure s’intensifiera » dit Stéropés, son Frère. Les énergies qui s’effusent pendant cette période de l’année sont essentiellement celles concernant la vision intérieure supérieure, approfondissant la perception spirituelle plus subtile, afin de nous guider un peu plus près de la lumière de l’illumination.

Il est dit que le Bouddha est né à la pleine lune du Taureau ; qu'il accomplit son illumination, puis mourut en pleine lune du Taureau. Une profonde signification émane des énergies et opportunités proposées dans ce signe. En Taureau, l'accent principal est mis sur la lutte cosmique, planétaire et individuelle car le désir‑volonté est la force qui conditionne notre monde ; la lutte pour transformer le désir en aspiration, et l'aspiration en volonté d'accomplissement.

Bouddha et le Christ ont, tous deux, utilisé la parabole, pour dévoiler le fondement des vérités spirituelles qui repose au cœur de l’expérience quotidienne ; ainsi le chercheur spirituel doit faire face à deux voies, celle de la personnalité et celle de l’âme, et, dans chacune d’elles discerner la même vision. Une compréhension et une compassion inclusives associées à une vision claire du mental et du cœur humain font que leurs enseignements attirent universellement les peuples.

Ce soir, nous prendrons congé dans le calme pour maintenir la tension spirituelle générée pendant la méditation de groupe, afin de pouvoir la distribuer pendant les deux jours qui suivent.

Méditons maintenant avec la note-clé du Taureau : Je vois et quand l’œil est ouvert tout est illuminé.