Cancer

Fête du Cancer
LUCIS TRUST

 

Note clé : "JE BÂTIS UNE MAISON ILLUMINÉE ET L'HABITE."

“Le signe du Cancer, principalement en relation avec le monde des causes, revêt, en ce qui concerne la signification intérieure, un caractère indéfini, quelque chose de vague, de subtil qui échappe au commun des penseurs...
Dans le Cancer, Dieu insuffla dans les narines de l’homme le souffle de vie et l’homme devint une âme vivante. Par ces mots vous avez établi la relation qui existe dans la pensée de Dieu entre l’esprit (le souffle de vie), l’âme (la conscience) et l’homme (la forme).” Astrologie Ésotérique, A.A. Bailey, p. 312-313 éd. anglaise

Allocution Pleine Lune du Cancer

Genève - Samedi 8 juillet 2017

Bonsoir à chacune et à chacun d’entre vous ici dans cette salle et à vous tous unis subjectivement via Internet à ce travail de méditation.

À nouveau, ce soir, nous nous réunissons pour méditer ensemble sur les énergies répandues par la constellation du Cancer lors de cette Pleine Lune qui, nous dit-on, constitue cette période unique d’accès aux énergies de la constellation concernée. Une constellation pas très sympathique à priori car n’est-elle pas « la porte d'entrée dans la vie de ceux qui doivent connaître la mort » notre première porte sur ce long chemin des incarnations.

Prenons, si vous le voulez bien, un temps de silence en nous visualisant comme un seul groupe fusionné au Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, avec le Mantra de l’Unification, affirmons ensemble :

« Les fils des hommes sont un, et je suis un avec eux.
Je cherche à aimer, non à haïr.
Je cherche à servir, non à exiger le service du.
Je cherche à guérir, non à blesser.
Puisse la souffrance apporter sa juste récompense de Lumière et d'Amour.
Puisse l'âme dominer la forme extérieure,
Et la vie et toute circonstance,
Et révéler l'amour
Qui git sous les événements du temps.
Que la vision et l'intuition viennent.
Puisse le futur se révéler.
Puisse l'union intérieure triompher, et les divisions extérieures cesser.
Puisse l'amour prévaloir, et tous les hommes aimer. »

Le Cancer est donc la première porte de l'incarnation humaine par laquelle chacun passera souvent.
Et c'est seulement après de nombreuses pérégrinations qu'un jour dans le signe des Poissons nous pourront enfin nager librement dans cet océan. L’homme doit apprendre à transformer la « servitude en service ». Confronté aux paires d'opposées il apprend petit à petit à s'en dégager. L'humanité qui, comme un tout dans son long chemin doit, elle aussi, « éclaircir son océan de matière ».

Il nous est affirmé que l’individu n’est qu’une incidence dans l’incarnation de groupe, fusse-t-elle de masse dans ses commencements. Aussi à l’occasion de cette Pleine Lune du Cancer portons nos réflexions au-delà de nos personnes, vers notre Humanité.

Que voyons-nous ? Le repli identitaire de certaines nations ici en Europe avec le Brexit du Royaume Uni, aussi les replis des États Unis et de la Russie notamment démontrent un retour de balancier où les réactions de la personnalité semblent dominer. Il parait loin le temps de Glasnost et Perestroïka de Mikael Gorbatchev. On peut être tenté de croire que c'est un renforcement de cette fameuse conscience de masse. Mais nous sommes dans un état de trouble mondial avec ses clivages. Un rapide examen de la situation présente nous montre des hiatus évidents dans ce corps souffrant et apprenant de l'Humanité : richesse-pauvreté, conservatisme-progrès, nationalisme-universalisme, guerre et paix…etc. Mais le plus grand clivage est intérieur entre les besoin de la personnalité : un matérialisme débridé pour l'affirmation de soi, la poursuite des idoles et les exigences de l'âme pour de justes relations humaines. C'est le Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde qui tisse les câbles de liaison aidé en cela par la toute jeune Société Civile. En qualité d’aspirant et de disciple mondial au niveau des États ou de l’Humanité prise comme un tout nous tendons vers la conscience de groupe, et ce, depuis la conscience de masse. Mais vouloir à tous prix faire sauter la case de la conscience de soi en Lion est un raccourci illusoire.

Toutes les nations qui ont été agrégées de force, voir l'exemple de l'ex-Yougoslavie, nous démontrent que l'autodétermination doit appartenir aux peuples et le manque d'amour caractérise toujours les meilleurs intentions d'agrégation forcée. Combien d'année faudra-t-il au Kosovo pour renouer de véritables relations fraternelles avec la Serbie. On peut en dire autant du Monténégro qui a proclamé son indépendance il y a dix ans. Les exemples Irlandais, Catalan ou Basque chez nous viennent encore, à notre époque, souligner cela. La période post coloniale avec des puissants traçant d’un trait les frontières d’un partage du monde nous ont conduit en Afrique ou au Moyen-Orient aux difficultés connues de chacun. Prenons encore l’exemple de la vie chaotique de l'UE et le choix des peuples trop souvent ignoré dans le processus de sa construction où des sujets Nations n'ont pas été laissé libres. Ils ont été contraint pour certains d'adhérer par une force à peine déguisée, là où des référendums pourtant démocratiques ont été en effet foulés aux pieds. Il y a aussi d’autres « forçages » à l’instar de la Chine ou de la Fédération de Russie et la violation récurrente des Droits de l’Homme. La Russie affiche avec fierté un PIB par habitant de plus de 6% par an de 1999 à 2014. Le confort matériel donne la paix civile mais peut anesthésier la voix de l’Âme et mettre trop souvent de coté la question des justes relations humaines. Pour combien de temps encore ? Les deux plus grand pays du monde l'un par la taille la Fédération de Russie, l'autre par sa population la République Populaire de Chine (avec un PIB par habitant quant à lui multiplié par 6 de 1998 à 2014)[1] ont apporté à leurs populations respectives un réel mieux être. Ces progrès économiques ne sont-ils pas à mettre au crédit de Droits fondamentaux de l’Homme ? Dans quelle mesure une meilleur répartition des richesses sur cet immense territoire de la Russie et l'immense population chinoise ne profite-t-elle pas, par « homologie », à une meilleure santé du reste de l’Humanité ?

Dans Guérison Ésotérique on souligne que : « …. La distribution est dirigée d'une manière défectueuse, et les maladies ne guériront que si l'humanité saisit à l'échelle du monde le principe de partage du Nouvel Âge. […] ceci est un principe fondamental, ou plutôt le principe fondamental de toute guérison spirituelle ».[2]
Nous ne connaissons pas les effets de la force de Shamballa que nous invoquons chaque jour. Qui peut dire quelles sont les conséquences de cette puissance qui affluent au travers de tous ces dirigeants autoritaires – notamment aux États-Unis, en Russie et en Chine – qui gouvernent les trois nations les plus puissantes de la planète.

Au sujet de l’agrégation contrainte des peuples la réflexion du Tibétain peut aussi éclairer pour nous cette question : il nous demande de noter la différence ésotérique entre conditionnant et déterminant : « Le premier laisse libre celui qui y est sujet, (que ce soit un homme, une race ou une civilisation). Il fournit simplement l'influence et les conditions dans lesquelles le meilleur de la race peut s'épanouir et atteindre un état de perfection. Le second ne laisse pas le sujet libre mais « détermine », par l'exercice de la force égoïstement appliquée et employée pour des fins personnelles, le chemin qu'une personne, une race ou une civilisation suivra ».

Les travaux d'Hercule dont l'intention du quatrième test résume parfaitement ce que nous devons apprendre sont édifiants. « Procurez-lui une épreuve qui suscitera son choix le plus judicieux. Envoyez-le au travail dans un domaine où il devra décider quelle voix, parmi beaucoup d'autres, éveillera l'obéissance de son cœur. »[3]
Vers quel travaux Herculéens nos nations sont-elles envoyées elles aussi, vers quelles épreuves pour développer cette sagesse et la justesse de leur pouvoir de choisir en éveillant l'obéissance de leurs cœurs.
Dans l'actualité de notre monde le passage de la conscience de masse à la conscience de groupe est un processus en cours. Ainsi nous utilisons déjà un langage universel, en mathématique, science, informatique et en médecine moderne…etc. Mais dans ce mouvement d’universalité, combien de nations en Europe et ailleurs n'auront-elles pas besoin de construire leur maison et de l'habiter avant d'habiter sereinement la maison commune d'une mondialisation qui ne se fera plus à marche forcée. Cette coopération pour le bien commun n'est-il pas ce « nouveau nationalisme » ainsi qualifié par Dag Hammarskjöld le second secrétaire des Nations Unies. Marco Toscano-Rivalta lors du forum de la Bonne Volonté Mondiale 2016 en a fait allusion au cours de son intervention dans le Palais de Nations.

Le Tibétain faisait aussi référence à ce nouveau nationalisme. « Il y a, bien sûr, un nationalisme idéal, […] Il demeure un rêve, un espoir et, nous voulons le croire, une ferme intention. Ce genre de nationalisme encourage justement sa civilisation individuelle, mais comme un apport national au bien général de la communauté des 
nations, et non comme moyen de se glorifier soi-même […] Il n'enfreint, sous aucun prétexte, les droits d'autres peuples ou nations. Il vise à améliorer et à perfectionner son propre mode de vie, pour en faire bénéficier toute la terre. »[4] 
Voici une autre citation de ce Secrétaire Général comme en écho aux espoirs du Tibétain: « La question n'est pas la nation ou le monde. Elle est, plutôt : comment au service de notre pays, servir le monde, et comment, au service du monde, servir notre pays ».[5]

Ce nationalisme sublimé qui est une offrande à l’humanité n’est pas une émotion vague d’un « peace and love post soixante-huitard » mais l’expression de l’Amour en action telle que décliné dans le service de la Bonne Volonté Mondiale.
Pour cela il importe dans la vie de chacun d'entre nous de savoir comment dans nos relations nous prêtons la force de la vie qui s'écoule en nous ou bien ne sommes-nous pas tentés d'imposer ou de déterminer la vie des autres. Dans quelle mesure la maison rayonne pour transformer l'océan de matière à notre portée et laisser l'autre construire lui aussi sa propre maison. Ne devrait-il pas s’agir pour nous d’aider les État en devenir à tendre vers ce nationalisme sublimé afin d’apporter au groupe Humanité le meilleur de ce « nous-mêmes » pleinement conscientisé qu’on appelle une nation. Si, la Divinité elle-même est sur la route de la perfection. Nous pouvons commencer à imaginer quelles en sont les implications pour l’Humanité et les États qui la composent et relativiser nos impatiences à l’aune de nos très courtes incarnations. Aussi méditons ensemble sur la pensée semence de ce signe du Cancer : « je bâtis une maison illuminée et l’habite ».

[1] http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/CHN/fr/NY.GDP.PCAP.PP.CD.html
[2] [550] Guérison ésotérique
[3] [37] les Travaux d'hercule
[4] [106]Les Problèmes de l'Humanité
[5] Page 364 http://www.persee.fr/doc/afdi_0066-3085_1961_num_7_1_1096