Lucis Trust / École Arcane / Douze Fêtes Spi... / Sagittaire / Allocution Fêtes du Sagittaire  

Allocution Fêtes du Sagittaire

Chers Amis, bienvenus à la Fête de la Pleine Lune du Sagittaire. Comme pour chaque pleine lune, celle-ci est un moment privilégié pour célébrer, ici, à l'entrée d'une période festive de fin d'année, ce moment de réunion méditatif. Le mois de décembre est le dernier de l'année, c'est en quoi la devise du signe peut prendre son sens en tant que bilan visant un futur toujours meilleur. Au point final de l'année écoulée, avec un recul propice à la réflexion et à la méditation, nous pouvons ensemble, faire résonner en notre mental (et en nos vies) la note clé de ce signe : « Je vois le but. Je l'atteins et en vois un autre ».

Observons un moment de silence afin de nous unir subjectivement à tous les méditants dans le monde, pour cette fête de pleine lune. Voyons ainsi, le « pont Arc-en-Ciel » entre l'humanité et la Hiérarchie spirituelle devenir dynamique et vivant.

Puis, disons ensemble l'affirmation d'amour :

« Au centre de tout Amour, Je demeure,

depuis ce centre, Moi l'Âme, Je me tourne vers l'extérieur,

depuis ce centre, Moi, Celui qui sert, Je travaille

puisse l'amour du Soi Divin se répandre,

en mon coeur, à travers mon groupe et dans le monde entier. »

Bien que nous soyons actuellement au dernier mois de l'année, le travail « sagittairien » est le neuvième du cycle annuel et spirituel. Nous opérons un bilan intérieur de l'année, aussi bien du point de vue du groupe qu'individuel, afin de reprendre une nouvelle perspective pour mieux « viser » et « atteindre » les buts successifs qui se présenteront l'année suivante.

Rappelons que la tâche d'Hercule consiste à chasser les oiseaux de Stymphale. Se souvenant du sage conseil selon lequel : « La flamme qui luit au-delà du mental révèle la bonne direction », il fit résonner des cymbales au son puissant et perçant. Désorientés les oiseaux de Stymphale finissent par s’enfuir. A ce bruit infernal, succède la puissance du silence. Quand le silence prend place en nos cœurs, lorsque nos incessants verbiages du mental concret prennent fin, une plénitude créatrice et inspiratrice ouvre une voie pour le service de groupe. Alors, telles les cymbales d'Hercule, nous dissipons les nuages de la confusion mentale, afin de laisser s'élever notre lumière intérieure vers les « cieux ». Ainsi nous devenons et vivons ce silence essentiel. Non pas le silence des mots, car notre vie quotidienne implique, à juste titre, que nous communiquions avec notre entourage. Mais le silence intérieur qui fait que nous communiquons alors l'essentiel à autrui et que nous l'irradions (même sans parler) à notre environnement. Le silence permet de dissiper les nuages obscurs de la conscience et d'y faire pénétrer la lumière du cœur et de l'esprit.

Le service est alors pénétré d'une conscience de cœur plus aiguisée. La vision nouvellement perçante en Sagittaire permet d'embrasser, voire, de dépasser sa propre sphère de vie individuelle, pour rejoindre celle du groupe - même si cela ne se fait que sur les plans intérieurs, souvent dans un premier temps – puis atteindre le domaine plus global des problèmes de l'humanité.

Le sens spirituel du terme « voir » dans la devise du signe, consiste à être créatif, à user d'imagination créatrice pour être le penseur sur le chemin de lumière. Penser, ici, c'est faire cet effort de visualisation, d'imagination créatrice de groupe, en tant qu'individu sur le plan extérieur et collectif sur le plan intérieur. Sur les plans invisibles, ensemble, nous pensons : par la juste vision, si justement ciblée et atteinte par l'archer qu'est le Sagittaire, nous créons des pensées de groupe puissantes pour le bien-être spirituel de l'humanité, inspirés par les énergies de la Hiérarchie spirituelle, lesquelles sont bien plus accessibles en période de pleine lune.

« Voir », ainsi, c'est apprendre à re-connaître les buts du Plan divin. En percevoir les grandes lignes universelles déjà ancrées sur la planète, par exemple, dans toutes les instances de paix dans le monde, telles que les Nations Unies. « Voir », en tant que but suivant à atteindre, c'est rentrer dans le détail d'une pensée de solution à certains problèmes majeurs de l'humanité.

Imaginons, ce soir, que le groupe de méditants dans le monde tende sa vision de groupe, lors de la présente méditation, en conscience vers la Lumière mise à notre disposition en ce clair moment de pleine lune, moment privilégié d'approche de la Hiérarchie. Alors, chaque méditant recevra un fragment, une pensée fugitive, localement (et universellement, à la fois), de la forme-pensée de solution à créer pour un problème donné. Ce problème peut être de nature mondiale, toucher l'ensemble de l'humanité. Et même s'il ne concerne que le méditant, au sortir de sa méditation, son amour en action touchant son propre entourage, gagnera forcément son environnement local, national et global, en vertu de l'interdépendance des humains entre eux et des règnes planétaires entre eux.

Ainsi, cette inspiration créatrice tend vers le futur immédiat, à court terme ou à moyen terme. Ce qui nous amène à envisager la situation actuelle de notre planète, notamment dans le domaine des affaires internationales. L'on pourrait considérer, à titre d'exemple, deux types de bilan : l'un spirituel, l'autre politique.

Où en est la spiritualité aujourd'hui ? Vers quoi se dirige-t-elle à l'orée de l'année 2015 ? La devise du dernier Forum de Bonne Volonté Mondiale nous indique bien une orientation vers une vision collective éclairée et des pensées plus lumineuses « Vers un âge de Lumière »[1].

A titre d'exemple, un homme de terrain qui pratique la spiritualité en action, tel que Matthieu Ricard, nous apporte un point de vue lumineux et panoramique sur la valeur spirituelle de l'altruisme dans le monde des hommes. Il évoque une tendance positive vers un développement qualitatif et non quantitatif, des valeurs humaines. La notion d'« harmonie durable »[2], vient « mettre à jour » celle de développement durable. Par exemple, l'enseignement qu'il conçoit est coopératif, avec un système d'entraide et non plus élitiste ou compétitif. La Bonne Volonté en Action est cette Lumière de service qui rayonne au travers de plus de 130 projets de son association humanitaire[3] : mise en place de cliniques mobiles ou encore construction d'écoles en bambou ou antisismiques. L'éducation « dans le Nouvel Âge »[4], dirions-nous, est, en effet, crucial et mérite une attention particulière qui ne peut faire l'économie d'une éducation de base dans les points mondiaux les moins exposés à cette éducation primaire (si « normalement » dispensée en Occident).

De même, nous pourrions nous interroger sur la situation politique mondiale, aujourd'hui. Elle est bien complexe. Elle constitue un grand défi, c'est-à-dire une grande opportunité spirituelle pour l'humanité. En cette première partie du XXIème siècle, la régionalisation des gouvernances en groupes d'états membres, est maintenant un fait acquis dans l'esprit des citoyens du monde.

Prenons l'exemple de la dernière allocution du président sortant de la Commission Européenne, José Manuel Barroso qui, invité à la Maison de la Paix, à Genève, le 20 novembre dernier, dresse un bilan optimiste sur « L'Union Européenne dans le monde »[5]. Il utilise l'expression « conventional wisdom » (sagesse populaire) pour parler de l'efficacité de l'Europe. Le terme de « sagesse », employé ici dans un contexte de politique internationale, fait résonner une conscience intuitive des citoyens européens pour une meilleure gouvernance régionale dans l'aire mondiale. La gouvernance européenne, en l'occurrence, semble dépasser ses dirigeants et devenir une voix collective en expérimentation ou un laboratoire d'une gouvernance mondiale prochaine qui s'efforce à mettre en avant un bien-être des peuples de cette région.

José Manuel Barroso a reconnu la « résilience » de l'Union Européenne qui résiste avec une forme d' « intelligence » intuitive aux crises successives économiques et politiques de la région. Il constate avec une certaine lucidité et une sagesse pratique, que bien que les Etats membres aient plus de compétence à mettre des « sanctions » qu'à développer un esprit de solidarité (dans les faits), l'Union Européenne a permis, jusqu'ici, d'éviter le repli des Etats européens sur eux-mêmes. Elle reste également un acteur majeur de développement dans le monde (60% d'aide au développement dans le monde vient de l'U.E.).

Cependant, il met l'accent sur le manque de bonne volonté politique de cet organisme. Or, toujours selon lui, seul le partage de la souveraineté donne plus de pouvoir politique à un système de gouvernance régionale. Il souligne, à ce titre, que l'identité nationale, exacerbée dans certains pays membres, ne se construit pas sur la haine des autres. Ainsi, lors des questions interactives avec la salle, en fin d'allocution, à la question posée : « Croyez-vous qu'un jour, il y aura une union politique au sein de l'Union Européenne ? », J.M. Barroso rappelle que le niveau d'interdépendance politique entre les états membres d'une part, et l'UE avec les autres Etats dans le monde – à l'image des Nations Unies – implique un effort politique commun qui est actuellement défaillant. « La situation économique de l'U.E. s'améliorera », annonce-t-il, « c'est l'état politique de l'UE » qui réclame une attention particulière.

Ainsi, nous pourrions dire que ce défi politique européen qui s'inscrit dans un système interdépendant de gouvernance mondiale, constitue bien « une occasion qui se présente aujourd'hui, d'une manière plus irrésistible que jamais »[6], car « la vraie démocratie est encore inconnue ; elle attend le moment où une opinion publique éduquée et éclairée la portera au pouvoir ; c'est vers cet événement spirituel que l'humanité se hâte. »[7] Ces paroles tirées des écrits du Tibétain montrent que, tout comme dans le neuvième Travail d'Hercule, lorsque les incessants désaccords des Etats membres de toute organisation politique internationale prendront fin, tels les verbiages superflus du mental concret, une plénitude créatrice et inspiratrice ouvrira une voie pour le service « politique » des groupes des nations (en gouvernance mondiale ou régionale). Alors, tel l'effet purificateur des cymbales d'Hercule sur le « marais fétide » [8] du monde, nous dissiperons les nuages de la confusion mentale qui règne encore dans le monde des affaires des hommes. N'oublions pas que le lotus pousse dans la boue et la vase pour donner une fleur d'une divine beauté.

Nous vous invitons, maintenant, à méditer avec la note clé : " Je vois le but, je l'atteins et en vois un autre."

[1] http://www.lucistrust.org/fr/meetings_and_events/seminar/geneva

[2] Ricard, Matthieu, Plaidoyer pour l'altruisme, 2013

[3] (http://karuna-shechen.org/fr/projets/)

[4] Bailey, A.A., Education dans le Nouvel Âge, 1954 (ed. Lucis, 1974)

[5] http://www.unige.ch/public/carrousel/LunionEuropeenneDansLeMonde.html

[6] Bailey, Alice A., Les rayons et les initiations, p. 747, ed. angl.

[7] Ibid., p. 746, ed. angl.

[8] Bailey. Alice A., Les travaux d'Hercule, p.74, ed. angl.